Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kill Bill volume 1
Quentin Tarantino  sortie janvier 2004


"Revenge is a dish best served cold . Old klingon proverb" ouvre le film.

Gros plan sur le visage défiguré et ensanglanté d’Uma Thurman, sur les santiags du tueur puis sur sa main baguée qui essuie avec douceur les plaies de sa victime. Premières répliques à l’humour imparable : "Je ne suis pas un sadique …On pourrait faire cuire un œuf sur ta tête". Pistolet. Eclaboussures de sang.

Tarantino ne nous prend pas en traître. Inutile de s’y tromper si on connaît le monsieur. Il est encore temps de sortir pour le spectateur égaré, un tel égarement relevant d’ailleurs soit du masochisme soit de la maladie mentale. En effet, rentre-t-on impudemment dans une salle de cinéma ?

Il annonce tout de suite la couleur. Et elle sera jaune, jaune comme la chevelure de la blonde Black Mamba, membre du Détachement International des Vipère Assassines gang de tueurs du fameux Bill, jaune comme son break le Pussy wagon, jaune comme son jogging Courrèges à la manière de celle d’Emma Peel de Chapeau melon et bottes de cuir, jaune comme sa combinaison de motard réplique de celle de Bruce Lee dans son dernier film inachevé "Game of Death", jaune comme le sable du désert où s’est déroulé le carnage qui exige vengeance, jaune comme la couleur du soleil, jaune qui devient rouge car partout où il passe il tue, tranche, décapite à l’arme blanche en libérant des geysers sanglants.

Six ans se sont écoulés depuis son dernier film. Autant dire qu’on l’attendait au tournant. Et il nous scotche dans nos fauteuils !

Tarantino a réalisé le film fantasmé et magnifié de tous les films dont il a nourri sa cinéphilie insatiable, un film kaléidoscope flamboyant qui réunit tous les genres, toutes les époques et toutes les influences : western spaghetti, thriller, kung-fu, chambara, manga.

Bien que basé sur le visuel des comics et des jeux vidéo ( voir la scène mémorable celle de la bataille de la longue liane jaune US contre une tueuse nippone déguisée en écolière armée d’une chaine à boule, version moderne de la masse d'arme médiévale où à la fin de l’escarmouche fatal, on ne peut s’empêcher de crier : "The winner is..." comme dans les jeux Dead or alive ou Vyper fighting ) avec des dialogues-bulles minimalistes toujours dans le registre comico-trash et une bande-son singulière qui détourne les appariements communs (ainsi les exécutions à la manière des films d’animation japonais, qui font les délices de nos chères petites têtes blondes, accomplies sur une musique à la Ennio Morrricone ou le duel final, à la manière de Hero, dans un paysage enneigé sur un air de flamenco ), il n’en demeure pas moins un film au sens classique du terme, truffé de références et d’hommages à ses aînés qu’ils aient œuvrés dans les séries A, B ou Z.

Ainsi trouve-t-on un remake époustouflant de "La Fureur de vaincre" avec Bruce Lee pour la bataille rangée dans le restaurant ou Sonny Chiba maître du cinéma kung-fu des années 70 en version japonaise stakhanoviste et kitsch de Bruce Lee dans le rôle pivot du forgeur de sabre..

Et puis ses personnages, lonesome cowboy, yakusa, samouraï, héros antique, justicier, sont des êtres de chair et d’os, et de sang très abondant, pétris dans la même glaise humaine, jamais manichéenne, qui ne peuvent échapper aux dieux qui ont tissés les fils de leur destin. Comment l’enfant qui assiste au lent assassinat de ses parents peut structurer son univers autrement que dans la violence et dans le désir de devenir le maître des assassins? Comment écarter toute idée de vengeance quand on ôte la vie de ceux qui vous sont chers ?

Et si cette vengeance implacable n’était qu’un avatar de la quête ? A suivre avec le volume 2.

"On me dit que Kill Bill est un film violent ! Sûr que c’est violent !Mais c’est un film de Tarantino quoi ! On ne va pas à un concert de Metallica pour demander de baisser le son ! "

 

Film de Quentin Tarantino avec Uma Thurman, Lucy Liu, David Carradine, Daryl Hannah, Vivica A. Fox, Julie Dreyfus, Chiaki Kuriyama et Sonny Chiba
Film américain (2003). Durée : 1h 52mn.

 


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=