Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Paléo Festival #34 (2009)
Ghinzu - Peter Von Poehl - Pascale Picard Band - Franz Ferdinand - Thomas More Project - Bonaparte - The Prodigy - The Ting Tings  (Nyon, Suisse)  mercredi 22 juillet 2009

Aujourd’hui, il y a du lourd sur la grande scène : Ghinzu, Franz Ferdinand et Prodigy, desquels il faudra peut-être partir avant la fin pour profiter de The Ting Things, sous le chapiteau, et la pluie ?

Une petite pluie a le bon goût de tomber avant les concerts, tassant la poussière en nous épargnant la célèbre bouillasse paléolithique, attendue jeudi avec de violents orages…

Nous arrivons après que les troupes belges se sont emparées de la grande scène, fantastique Ghinzu, capable de ce bruit énorme et pourtant mélodieux que nous adorons.

Le temps de prendre trois photos, et on nous interdit l’appareil au téléobjectif trop voyant.

Dommage pour vos yeux. Allez, c’est la musique qui importe, et les sombres musiciens la déroulent joliment.

Pour leur final, ils ont caché l’orchestre philharmonique de Nyon sous la scène, et nous donnent un bon gros "Blow" qui dure longtemps, John Stargasm finissant déhanché, debout sur son clavier.

Nous les aurions bien rappelés, mais bon, on ne badine pas avec l’horloge en Suisse, une heure c’est une heure, le staff technique se fait siffler.

Autour d’une bière, à portée d’oreille, le suédois mais néanmoins francophone Peter Von Poehl a l’air calme et gentil.

Sans trop savoir où nous allons, nous rejoignons le chapiteau de la bande à Pascale Picard. Tabernacle, c’est au Québec que nous arrivons, et à l’accent bien prononcé.

Choc des cultures, la belle se demande si en Suisse aussi on a la chaire de poule. Oui, et c’est qu’elle nous la donnerait presque. Elle alterne des ballades poétiques et un rock énergique, avec une sympathique attitude. Elle est marrante sa bande, avec son Mathieu assis et concentré sur sa guitare qu’il gratte à merveille. Agréable aussi, un peu de Beatles ou de Portishead ici ou là…

Bon. Comme prévu, aujourd’hui, c’est l’assaut de la grande scène. Nous effectuons donc une habile manœuvre de contournement pour rejoindre les Franz Ferdinand, ces archiducs qui déclenchèrent une guerre mondiale.

Les Écossais se déchainent devant les drapeaux gallois et irlandais qui flottent dans le public depuis hier. Ils déroulent une pop saucée de rock qui a son public mais peine à nous toucher. "Take me out", d’ailleurs je me barre, n’en déplaise à ma logeuse, ici à Nyon, qui est écossaise... On lui dira qu’on avait trop faim. D’ailleurs, que pourrais-je manger de typique Jean-Victor ? Des "macaronis de chalet" bien sûr ! C’est un peu comme une tartiflette, avec des pâtes à la place des pommes de terre, mais les nôtres manquent singulièrement de lardons… Nous ferons mieux demain.

On repart de l’autre côté du Paléo, vers le Thomas More Project, au Détour : deux vidéastes et cinq musiciens créent un univers visuel et sonore unique, très électronique, garage. Un peu le thème de la soirée, cet électro-rock, lourd ou subtile.

Je me demande si je n’aurais pas dû zapper les archiducs pour venir plus tôt découvrir cette bulle d’inspirations… Voyons voir…

Bon dieu, ils ont mis Ghinzu à leur place sur le podcast du festival, mais leur Myspace confirme l’impression, c’est tout bon. Jean-Victor s’est éloigné de quelques pas, les oreilles trop pleines. Eh oui mon pote, il faut mettre des boules Quies quand on veut faire des photos !

Ce soir, tout le monde parle des Young Gods, groupe genevois qui a connu un beau succès en Angleterre, il y a longtemps. Ils ont, paraît-il, un show inspiré de Woodstock.

Nous passons complètement à côté, littéralement, séparément, sans être happés, ni l’un ni l’autre, pour nous retrouver, sans nous concerter, au Club Tent, devant Bonaparte, dont les délires nous scotchent. D’abord, la scène a l’air d’un bordel, qui nous rappelle l’excellent Gogol Bordelo qui avait clôturé le festival il y a deux ans.

Et puis nous commençons à comprendre ce que nous voyons : quatre ou cinq musiciens déguisés servent un punk vigoureux et moderne, pendant que trois ou quatre danseurs leur tournent autour en changeant de costume : un corbeau, un lapin, une ballerine, un squelette, que sais-je ? Elle crache même le feu, et prend des photos.

Finalement, nous sommes dans leur univers déjanté, complètement, au pays des merveilles, le public suit, à fond, ça bouge. Et le lendemain, je me souviens de quelques rengaines, "you know too much, too much, too much".

Après cette prodigieuse surprise, il faut une nouvelle fois s’armer pour revenir vers la grande scène, s’en prendre plein la figure. Nous nous faufilons, au plus près, qui est déjà loin. On ne tarde pas à ranger l’appareil-photo : ça brasse, ça pousse, ça serre, et ça s’écrémera joliment dès les premiers beats des guerriers tatoués.

The Prodigy n’a plus besoin de rien pour soulever une foule qui les connait par cœur. En noir et blanc, "Firestarter", ils mettent le feu au paléo. C’est la folie absolue, d’une génération qu’ils ont marquée (à part Jean-Victor), et qui commence à vieillir. Plus vite qu’eux ? Je ne sais pas…

De leur dernier album que j’ignore pour l’instant, rien ne me stupéfait à première écoute : ni "Invaders must die", ni "Warrior’s dance", même si on reste dans le big violent beat qui assure. Finalement, nous avons du mal à respirer dans ce champ de mines, et les choses se calment, toutes proportions gardées. Nous apprendrons plus tard au bar du canal qu’ils avaient "des box en plus des autres"… C’est vrai qu’on l’a senti, leur son écrasant.

Pour finir cette deuxième journée, nous opérons un changement générationnel et nous faufilons jusqu’à The Ting Tings. Les teenagers sont là, nous aussi. Avant de rejoindre sa batterie, Jules commence par nous faire une petite démo de JamMan pour nous montrer comment ils vont remplir le Chapiteau, en duo.

Et puis Katie déboule, en short et collant à paillettes, la casquette vissée sur son joli minois, la guitare en bandoulière comme si elle ne la quittait jamais. Et c’est parti, pour une heure de concert parfaitement rodé, terriblement efficace, avec ces mélodies inoubliables, "Great DJ, Shut up and let me go", jusqu’au final flamboyant, "That’s not my name" !

Le duo de Manchester marquera notre mercredi, juste derrière le cosmopolite Bonaparte.

Aujourd’hui, nous attendons l’orage, ce qui ne me dérange pas pour les grandes scènes : Amy Macdonald et Moby… Nous devinons aussi un thème reggae derrière le reste de la programmation, ce qui n’est pas ma tasse de thé, mais pourrait attraper Jean-Victor. Moi, je pousserai vers les plus reculées des scènes où j’ai repéré deux ou trois originaux…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Blow de Ghinzu
La chronique de l'album Electronic jacuzzi de Ghinzu
La chronique de l'album Mirror Mirror de Ghinzu
Ghinzu en concert à La Boule Noire (13 septembre 2004)
Ghinzu en concert au Normandy (3 novembre 2004)
Ghinzu en concert à l'Elysée Montmartre (1er février 2005)
Ghinzu en concert à l'Antipode (1er avril 2005)
Ghinzu en concert au Festival Garorock 2005 (samedi)
Ghinzu en concert à l'Olympia (13 juin 2005)
Ghinzu en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005 (samedi)
Ghinzu en concert au Festival Solidays 2005 (vendredi)
Ghinzu en concert au Fil (8 avril 2009)
Ghinzu en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Ghinzu en concert au Festival Art Rock 2010
Ghinzu en concert au Festival de Beauregard #8 (édition 2016) - vendredi 1er juillet
Ghinzu en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Dimanche 28 août
L'interview de Ghinzu (24 mars 2009)
La chronique de l'album Going to see where the tea trees are de Peter Von Poehl
La chronique de l'album May Day de Peter Von Poehl
La chronique de l'album Sympathetic Magic de Peter Von Poehl
Peter Von Poehl en concert à La Cigale (30 mai 2006)
Peter Von Poehl en concert au Festival Art Rock 2006 (Dimanche)
Peter Von Poehl en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (jeudi)
Peter Von Poehl en concert au Festival Summercase 2008 (Samedi)
Peter Von Poehl en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
L'interview de Peter Von Poehl (avril 2007)
Pascale Picard en concert à Petit Bain (mercredi 2 décembre 2015)
La chronique de l'album eponyme de Franz Ferdinand
La chronique de l'album You Could Have It So Much Better de Franz Ferdinand
Franz Ferdinand parmi une sélection de singles (juin 2006)
La chronique de l'album Tonight : de Franz Ferdinand
La chronique de l'album Always Ascending de Franz Ferdinand
Franz Ferdinand en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Franz Ferdinand en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
Franz Ferdinand en concert au Festival La Route du Rock 2006 (dimanche)
Franz Ferdinand en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Franz Ferdinand en concert à L'Aéronef (16 mars 2009)
Franz Ferdinand en concert à l'Olympia (17 mars 2009)
Franz Ferdinand en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Franz Ferdinand en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009) - 2ème
Franz Ferdinand en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Dimanche
Franz Ferdinand en concert au Festival Rock en Seine 2013 (vendredi 23 août 2013)
Franz Ferdinand en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #26 (édition 2014) - Samedi
Franz Ferdinand en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2014 - Vendredi
Franz Ferdinand en concert au Festival Cabaret Vert #13 (édition 2017) - Samedi 26 août
Franz Ferdinand en concert à Music Festival Reims La Magnifique Society #3 (édition 2019)
Franz Ferdinand en concert à Music Festival Reims La Magnifique Society #3 (édition 2019) Vendredi 14 juin
La vidéo de DVD par Franz Ferdinand
La conférence de presse de Franz Ferdinand (24 avril 2004)
La chronique de l'album XXY - XX years 1985-2005 de The young Gods
La chronique de l'album Super ready-Fragmenté de The Young Gods
La chronique de l'album Everybody Knows de The Young Gods
La chronique de l'album Data Mirage Tangram de The Young Gods
Young Gods en concert au Nouveau Casino (5 décembre 2005)
Young Gods en concert au Festival Garorock 2006 (samedi)
Young Gods en concert au Centre Culturel Suisse (19 avril 2007)
Young Gods en concert à La Maroquinerie (21 mai 2007)
Young Gods en concert à La Boule Noire (29 mai 2008)
Young Gods en concert au Fil (5 mars 2009)
Young Gods en concert à La Maroquinerie (mardi 7 décembre 2010)
Young Gods en concert au 4AD (jeudi 14 avril 2011)
L'interview de The Young Gods (19 avril 2007)
L'interview de The Young Gods (7 décembre 2010)
Bonaparte en concert au Festival Les Paradis Artificiels #7 (édition 2013) - mercredi 10 avril
La chronique de l'album Invaders Must Die de The Prodigy
La chronique de l'album World's on fire de The Prodigy
La chronique de l'album The day is my enemy de The Prodigy
La chronique de l'album No Tourists de The Prodigy
Articles : Playlist des 30 sons Froggy's Delight - Idles - Shame - The Last Detail - Gruff Rhys - Soft Moon - Father John Misty
The Prodigy en concert au Festival International de Benicàssim #16 (samedi 17 juillet 2010)
The Prodigy en concert au Festival Pukkelpop 2010 (vendredi 20 août 2010)
The Prodigy en concert au Festival Rock en Seine 2014 (samedi 23 août 2014)
The Prodigy en concert au Festival Rock en Seine 2014
The Prodigy en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2015 - Du jeudi au dimanche
La chronique de l'album Super Critical de The Ting Tings
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du dimanche - Wallis Bird - The Temper Trap - Success - The Black Angels
The Ting Tings en concert au Festival La Route du Rock 2008
The Ting Tings en concert au Festival International Benicàssim 2008
The Ting Tings en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
The Ting Tings en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)

En savoir plus :
Le site officiel du Paléo Festival
Le Myspace du Paléo Festival

Crédits photos : Jean-Victor Brouchoud


RGdC         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=