Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Paléo Festival #34 (2009)
Hugh Coltman - Rodrigo y Gabriela - Amy Macdonald - Tim et Puma Mimi - Karkwa - Moby - Naive New Beaters - 2 Many DJs  (Nyon, Suisse)  jeudi 23 juillet 2009

Décidément, une bonne étoile plane sur ce Paléo. Il a plu dans l’après-midi, ça a dû effleurer le reggae d’Omar Perry et son Homegrow band, mais quand nous arrivons, tout ça est bien fini. Le sol en porte moins les stigmates que les pieds des festivaliers prévoyants : les bottes en caoutchouc sont de sorties.

Nous démarrons au Studio, un bar à gauche du Club Tent, notre rendez-vous fétiche. S’y produit le sympathique Hugh Coltman, songwriter exporté du groupe The Hoax, en exil à Paris, dont il pratique élégamment le dialecte.

Sans nous transporter, le barbu nous offre un bon début de journée, avec son sautillant "Could ou be trusted", et un petit délire maison à l’ukulélé avec du folk dedans. Et puis, peut-on être mauvais quand on fait référence aux Good Vibrations des Beach boys ? J’ai de bonnes raisons de penser que non.

Nous ne laissons néanmoins pas à Colt le temps de finir, car il y a cet événement dont tout le monde parle, et qui fait du bruit au loin, bizarrement.

Je ne m’imaginais pas, à l’écoute préparatoire de cette journée, que ça pouvait déborder.

En effet, le Chapiteau est bourré, plus que d’habitude, et nous nous approchons prudemment par le côté, pour accrocher les profils de Rodrigo et de Gabriela, un duo de guitaristes mexicains.

Lui plus métallique, elle plus acoustique, ils nous entrainent dans leurs rythmes hispaniques. Concentrés, sans un coup d’œil pour le public, mais des regards concertés l’un pour l’autre, ils jouent à fond et ça fonctionne.

Les mains se lèvent, les pieds décollent. Nous ne savions pas qu’on pouvait faire autant avec une, ou même deux guitares.

Gabriela transforme la sienne en batterie, et la sono impeccable nous envoie les pulsations de sa caisse droit dans le cœur.

Rodrigo extirpe de sa gratte des sons dignes des plus grands. Tour à tour, ils vont faire une pause en coulisse, nous montrant combien chacun, a son talent.

Seule faute de goût : laisser le public entonner le "po, popo, po, popo, po" des White Stripes, ce qui a le don de m’irriter. Mais ça ne gâche rien, nous sortons du Chapiteau impressionnés par ces mesures de musique pure.

Le vent chasse les nuages qu’embrase le soleil couchant. La soirée s’annonce belle. Pendant qu’Amy Macdonald commence là-bas sur la grande scène – Jean-Victor veille sur l’écossaise – nous sommes une cinquantaine au Détour.

La présentation de Tim et de Puma Mimi m’avait interpelé : un électro-suisse et une chanteuse japonaise qui se sont trouvés sur internet et qui feraient des concerts par visioconférence ? Je n’y crois pas, mais là n’est pas la question ce soir puisqu’elle est là, elle aussi. Elle, et un guitariste japonais. Lui, et un batteur européen.

Le grand Zurichois fait semblant d’appeler son égérie au téléphone et elle déboule, la microscopique japonaise, droite sortie d’un manga.

C’est parti, elle saute partout, insaisissable, sur l’électro-pop de Tim, fasciné. Les morceaux s’enchainent, avec originalité : Puma Mimi joue du méga et du xylophone, Tim tripote de la flûte traversière – son solo ferait bonne figure sur une de ces compils électro à la mode – ainsi que de la… pomme !

Je vous assure, une japonaise en kimono, qui nous rejoindra dans le public, lui amène le fruit, qui nous rejoindra aussi, sur un plateau. Tim y plante deux électrodes et joue avec, et ça scratche élégamment dans les enceintes, du grand n’importe quoi, original, frais et léger.

Nous nous éclatons sur une superbe reprise des Triplettes de Belleville, sur l’entrainant "Aquarium", et sur le trépidant "Digi digi" qu’ils chantent en duo, adorables, vers la fin. Je me retourne, le Détour est blindé. Mais c’est fini.

En sortant, je retrouve mon Jean-Victor qui m’informe que ça dansait au-delà de la tente alors qu’on entend encore miss Macdonald au loin… Alors ?

"Alors j’ai rempli ma mission. Tirer quelques photos et tenir un peu la main de notre logeuse écossaise (mon épouse aussi) pendant que la voix chaude d’Amy entonnait les tubes que nous aimons tant.

Dommage toutefois qu’elle ait retrouvé sa blondeur (originelle m’a-t-on dit), ça rajoute du candide à son ingénuité, et je préfère les vraies rockeuses. Peu d’émotion, peu de mouvement. C’est ce qui arrive lorsque la programmation prend le risque de mettre des petites sur la Grande. Je m’ennuie encore un peu en attentant "This is the life", et me voilà !"

Nous redescendons au Studio. Sous le Club Tent, les Québécois de Karkwa – carquois pour l’imbécile qui dit qu’il faut une queue de castor dans la bouche pour le prononcer – nous laissent froids.

Je vais tâter de la fosse, c’est mou. Ils ont pourtant pas l’air mauvais musicalement.

Plus tard, les deux impressions se confirment : un bon rock m’attire l’oreille, mais la tente est presque vide… Cela doit être la faute à Moby. La pelouse de la grande scène se transforme en boîte de nuit pour une heure trente. Ayant un autre plan en tête, nous regardons ça un moment, de très loin, sur la terrasse encombrée. Pas grave, Moby sans l’image, mais avec le son, ça devrait suffire. N’empêche, je n’y comprends pas grand-chose : il y a une chanteuse, un violon, une batterie… Il fait quoi Moby ? Ha, le voilà ! Il est content qu’il ne pleuve pas alors qu’il va nous jouer un truc sur la pluie.

Allez, n’insistons pas, c’est encore un de ces concerts de grande scène dans lesquels il faut s’investir sérieusement pour en profiter. Nous ne l’avons pas fait, nous filons vers notre prochaine étape.

De retour au Détour, nous découvrons les Naive New Beaters dont plusieurs personnes nous ont parlé depuis le début de la soirée, sans vraiment mémoriser le nom. Faites donc un effort car ça vaut le coup. Ces trois doux dingues, venus de Paris mais aux prétentions Los Angéliques, nous immergent dans leur univers de rideaux électriques.

Il y a l’homme à la coupe médiéval, derrière sa machine à beats captivants.

Il y a le chevelu à la blanche guitare aux lignes puissantes et efficaces. Et il y a David Boring, le chanteur au bonnet et au gilet improbables, qui scande un bon anglais râpeux, entrecoupé d’intermèdes dans un français qu’il tricote : il nous la demande notre attention de concentration, les goys, ça l’est pas mal sympa de le n’avoir boycotté Moby pour nous. Personnellement, j’adore et suis tenté d’y retourner demain, au Club Tent pour bien finir la soirée.

Et pour finir celle-ci, il y a le choix. La Pulqueria versus 2manydjs. Nous rejoignons les seconds, même si mon cœur irait au ska hispanique des premiers qui, eux aussi, repassent demain de toute façon.

Au début, je trouve ça nul, qu’ils sont de trop, les deux disk jockeys, qui font pas grand-chose derrière leur table. Peut-être ménagent-ils leurs effets ?

Quand le rideau "radio" tombe et découvre les vidéos du groupe, c’est l’explosion, nous entrons dans le royaume des bootlegs, et ils ont le bon goût de commencer par du Gossip, nous rappelant le début de ce Paléo. Et là, c’est bon, du mashup très profond, aux beats lourds : la Casbah des Clash, et même du Beethoven brutal.

En m’agitant au milieu de clubbers déchainés, je trouve curieux que d’aussi bons mélangeurs ratent quelques enchaînements et abusent autant des boucles, mais bon, ça passe.

Le passage obligé par Mickael Jackson suscite le frisson de rigueur cet été, et la piqûre de rappel de Prodigy fait monter l’adrénaline. Pour conclure au paradis, un très puissant Nirvana.

La lumière s’allume, c’est la fin de la soirée, comme si c’était le bout de la nuit. Le Paléo a toujours ses bootlegers, DJ Zebra l’année dernière, DJ Moule la précédente. Personnellement, je les trouvais meilleurs que ces 2manydjs là.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Stories From The Safe House de Hugh Coltman
La chronique de l'album Shadows, Songs of Nat King Cole de Hugh Coltman
La chronique de l'album Who's happy ? de Hugh Coltman
Hugh Coltman en concert à L’Alhambra (11 mars 2009)
L'interview de Hugh Coltman (21 novembre 2008)
La chronique de l'album 11 :11 de Rodrigo y Gabriela
Rodrigo y Gabriela en concert au Festival Les Transmusicales 2007 (Vendredi)
Rodrigo y Gabriela en concert au Festival Le Rock Dans Tous ses Etats 2008
Rodrigo y Gabriela en concert à L'Aéronef (vendredi 13 novembre 2009)
Rodrigo y Gabriela en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi
La chronique de l'album Les chemins de verre de Karkwa
Karkwa en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (samedi)
Karkwa en concert à La Vapeur (10 mars 2009)
La chronique de l'album Hotel de Moby
La chronique de l'album Wait for Me de Moby
Moby en concert à La Cigale (16 mars 2005)
Moby en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - dimanche
La chronique de l'album Divers EP de Naive New Beaters
La chronique de l'album Wallace de Naive New Beaters
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du samedi - Chew Lips - K'Nann - Viva and the Diva - Plan B - Quadricolor
Naive New Beaters en concert à Denfert Rochereau (dimanche 21 juin 2009)
Naive New Beaters en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Naive New Beaters en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Naive New Beaters en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009) - 2ème
Naive New Beaters en concert au Festival FNAC Indétendances 2009 (samedi 15 août 2009)
Naive New Beaters en concert au Fil (30 avril 2010)
Naive New Beaters en concert au Festival Rock en Seine 2010 (samedi 28 août 2010)
Naive New Beaters en concert au Festival Beauregard #8 (édition 2016) - samedi 2 juillet
L'interview de Naive New Beaters (5 mai 2009)
2manydjs en concert au Festival Pukkelpop 2010 (samedi 21 août 2010)
2manydjs en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Marseille
2manydjs en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Samedi 29 septembre

En savoir plus :
Le site officiel du Paléo Festival
Le Myspace du Paléo Festival

Crédits photos : Jean-Victor Brouchoud


RGdC         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=