Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le funambule
Théâtre des Abbesses  (Paris)  septembre 2009

Pièce chorégraphique conçue et interprétée par Angelin Preljocaj sur le texte éponyme de Jean Genet.

Cette soirée du 3 septembre 2009, au Théâtre des Abbesses, était un événement à plusieurs titres. D'abord, c'était la première soirée de la saison de danse 2009/2010 du Théâtre de la Ville. Ensuite Angelin Preljocaj, 52 ans, était sur scène en tant que danseur, lui qui, avant de monter cette pièce, avait abandonné les planches pour se consacrer à la chorégraphie pendant une vingtaine d'années.

Preljocaj s'est imprégné du texte "Le funambule" que Jean Genet avait écrit à son amant au point de le faire sien. Ce texte, adressé à Abdallah, acrobate, funambule dans un cirque, danseur sur un filin d'acier, est une réflexion sur l'artiste de cirque, le danseur, le rapport à son art, son narcissisme, son rapport au public...

Preljocaj se glisse dans la peau non d'Abdallah, mais dans l'image que Genet veut bien en donner.

Le spectateur ne verra donc finalement ni Abdallah ni Preljocaj, mais sera invité dans un jeu un peu indécent à deviner, par la danse et une scénographie de lumière et d'ombres, quelle résonance le texte de Genet trouve chez Preljocaj, double d'Abdallah.

Tout d'abord, le texte est récité. Le ton de la voix est monocorde. L'artiste en équilibre entre danse et texte. Le texte est austère, les mouvements du corps le sont aussi. On retrouve la gestuelle d'une de ses pièces "MC 14/22, ceci est mon corps", donnée la saison dernière à l'Opéra Garnier, tout comme le décor d'un autel blanc, sacrificiel à la danse peut-être, sur lequel et sous lequel son corps se tord.

Au-delà de la performance artistique, c'est la scénographie brillante de Constance Guisset qui donne son lustre à cette pièce en la chargeant de références et de symboliques visuelles. Dans des rouleaux de papiers tendus entre le plafonds et la scène, rappelant au passage "Les Paravents", le danseur s'enroulera, sans les déchirer, les utilisera pour en faire un théâtre d'ombre, ou les détruira au coutelas. C'est d'ailleurs à raison qu'Angelin Preljocaj fit monter la jeune femme sur scène pour partager avec elle les applaudissements à l'issue de la représentation.

De cette pièce, on retiendra d'abord des images d'une grande poésie, comme ce corps qui se déforme sous l'autel par le jeu des lumières, les membres du danseur qui se démultiplient dans un miroir, les paillettes d'or qui s'envolent de son corps tournoyant ou la danse avec le couteau.

On retiendra aussi un texte qui invite le spectateur à une réflexion sur ce qui lui est donné à regarder et sur ce qu'il recherche dans la danse. On ne pouvait imaginer une meilleur manière d'ouvrir la saison.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=