Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cymbals eat guitars
Why there are mountains  (Memphis industries / PIAS)  octobre 2009

Ça a commencé en duo, par un cover-project de Weezer aux marges d'un campus étatsunien, en 2005. Muté en quatuor, c'est parti pour finir sous les feux de la rampe, en pleine lumière, tout au milieu d'une scène rock-indé qui n'en aura jamais fini de s'inventer sans cesse de nouveaux renouveaux. Rendez-vous est pris avec la postérité : l'album fera date. C'est Pitchfork et le NME qui le disent. Alors autant la noter tout de suite : 26 octobre 2009, sortie officielle de Why there are mountains. Premier album déjà célébré de Cymbals eat guitar, nouvelle coqueluche de l'independentia rock.

Il faut reconnaître des attributs testiculaires au quartet et une capacité de les déballer dès la première rencontre ("sévèrement burnés, les ricains, et ils le montrent", comme on dirait). À ce titre, "...and the hazy sea", impérial titre d'ouverture, s'impose en incontournable : tout en énergie, en tension – et en invention tant il est vrai que l'on n'est jamais tout à fait sûr de savoir où les prochaines mesures nous mèneront. La voix s'écorche, explose, à l'avenant d'un rock non stabilisé et pas tout à fait revenu du psychédélisme et des 90's. Tout simplement excellent.

Malheureusement toutes les compositions n'ont pas cette carrure et l'on retombe trop souvent, comme par réflexe, dans les méandres d'une pop ennuyeuse où la voix et la guitare de Joseph d'Agostino ne semblent pas trop savoir comment se tenir. C'est palpable sur l'embarrassante deuxième moitié de "Indiana", outrageusement sous-beatlesienne quand elle aurait pu tirer parti des saturations oniriques de la première moitié. Même constat pour "Share", dont l'électricité statique, tristement, n'éclate pas en l'orage que l'on espère, mais alimente le groupe de secours d'une pop poussive.

"Living north" rattrape la sauce en laissant un peu saillir les muscles, couleur la sueur, avec de vrais-faux airs de Dinosaur Jr et de Pavement. "What dog sees" prouve que le quartet peut aussi jouer la carte d'une densité minimaliste. "Like blood does", en clôture d'album, n'est pas loin d'être inspiré. Mais, n'en déplaise aux hérauts du nouveau renouveau du rock indé, reste un album en demi-teintes, capable de véritables traits de génies mais capable aussi du plus quelconque. Quand les saveurs languides et sucrées dégénèrent en sirupeuses plages d'ennui... Il y aurait pu avoir la grandeur d'un Ok computer ou d'un Black Black dans ce Why there are mountains. Dommage.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Cymbals eat guitars en concert au Nouveau Casino (mardi 24 novembre 2009)

En savoir plus :
Le Myspace de Cymbals eat guitars
Le site officiel de Cymbals eat guitars


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 juin 2021 : Culture à gogo

Avant la pause estivale (toute relative), on ne chôme pas sur Froggy's Delight. Avant d'attaquer le sommaire de la semaine, voici le replay de la Mare Aux Grenouilles #29 mais aussi celui de l'interview de Half Bob et Raymonde Howard pour leur Bd-Disque "the Year Loop Broke". Merci de votre soutien !

Du côté de la musique :

Rencontre avec Alice Animal à l'occasion de son CONCERT (oui oui) au Festival Poly'sons de Montbrison
"Since 1966" de Jean Philippe Fanfant
"Sentimental" de Johnny Mafia
"Nowhere land" de Karkara
"Peache of mine " de Laura Prince
"Dominique Pagani 5/5 et La Ritournelle" de Listen In Bed
"Cyclotimic songs" de Marc Sarrazy & Laurent Rochelle
"Kaboom" de Michel Meis 4tet feat. Theo Ceccaldi
"Secret place" de Noé Clerc Trio
"Gerry (music inspired by the motion picture)" de Ô Lake
"Countdown" de Simon Moullier
"Sous la peau" de Versari
et toujours :
"Cavalcade" de Black Midi
"Years in marble" de Raoul Vignal
"Damnatio Memoriae" de Syd Kvlt
"(n) Traverse Vol. 1" de Warren Walker
"Schubert, Symphonie N°5 & Haydn, Symphonie N°99" de Concentus Musicus Wien & Stefan Gottfried
"After the rain" de Indolore
"Dominique Pagani 4/5", avant dernier volet thématique de Listen in Bed
"Amore, disamore" de Olivier Longre
"Oslo tropique" de Oslo Tropique

Au théâtre :

les nouveautés :
"Tout le monde ne peut pas être orphelin" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Et c’est un sentiment qu’il faut déjà que nous combattions je crois" au Théâtre Paris-Villette
"Pelléas et Mélisande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Powder Her Face" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Aux poings" au Théâtre de la Tempête
"Je suis le vent" au Théâtre de la Bastille
"La Veilleuse, cabaret holographique" au Centquatre
les reprises :
"Soeurs" au Théâtre de la Colline
"Un Poyo rojo" au Théâtre du Rond-Point
"Sherlock Holmes et le mystère de la vallée de Boscombe" au Grand Point Virgule
"Matthieu Penchinat - Que fuis-je ?" au Théâtre du Marais

Expositions :

les nouveautés :
"Dans les têtes de Stéphane Blanquet" à la Halle Saint-Pierre
"Victor Hugo - Dessins - Dans l'intimité du génie" à la Maison de Victor Hugo
"Augustin Rouart - La peinture en héritage" au Petit Palais
déjà à l'affiche :
"L'Empire des sens de Boucher à Greuze" au Musée Cognacq-Jay
"Pierres précieuses" au Muséeum national d'Histoire naturelle
"Elles font l'abstraction" au Centre Pompidou
"Peintres femmes, 1780-1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Moriyama – Tomatsu : Tokyo "à la Maison Européenne de la Photographie
"Tempêtes et Naufrages - De Vernet à Courbet " au Musée de la Vie romantique
"Edition Limitée - Vollard, Petiet et l’estampe de maîtres" au Petit Palais
"Divas - D'Oum Kalthoum à Dalida" à l'Institut du Monde Arabe
"L'Heure bleue de Peder Severin Krøyer " au Musée Marmottan
"Dali, l'énigme sans fin" à l'Atelier des Lumières
"Gaudi, architecte de l'imaginaire" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Médecin de nuit" d'Elie Wajeman
"Seize printemps" de Suzanne Lindon
"Josée, le tigre et les poissons" de Kotaro Tamura
"Il n'y aura plus de nuit" d'Eléonore Weber
Ciné en Bref avec :
"The Father" de Florent Zeller
"Adieu les cons" d'Albert Dupontel
"Promising Young Woman" d'Emerald Fennell
"ADN" de MAïwenn
"L'Etreinte" de Ludovic Bergery
"Garçon chiffon" de Nicolas Maury

Lecture avec :

"De la guerre" de Jean Lopez
"Hamnet" de Maggie O Farrell
"Les heures furieuses" de Casey Cep
et toujours :
"Minuit à Atlanta" de Thomas Mullen
"Les pièces manquantes" de Manon Gauthier
"Le roman des damnés" de Eric Branca
"La fille à la porte" de Veronica Raimo

Du côté des jeux vidéos :

Des streams tous les jours à 21H sur la chaine twitch de Froggy's Delight.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=