Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cheveu - Doppler
Le Fil  (Saint-Etienne)  vendredi 16 otobre 2009

Ce soir, exit les groupes d’indie-pop-rock mélodiquo-branchouilles et précieux qui pullulent comme le chiendent entre les rockailles.

Ce soir, c’est un vent de folie qui va sortir des enceintes du fil. Les groupes qui jouent sont pour ainsi dire des furieux. De fait, même si je ne m’attends pas à voir une longue file d’attente à l’entrée, la salle est tout de même relativement bien remplie.

C’est Cheveu qui sème le premier grain de la tempête. Le trio utilise une boîte à rythmes, une guitare et un casio cash converter. Avec ceci, Cheveu nous produit de l’électro-punk jouissif, une expérimentation minimaliste et bruitiste.

Hommage à la ville, le gratteux débarque sur scène avec un vieux maillot de l’ASSE, mais c’est rapidement le chanteur qui attire l’attention sur lui. Grand et sec, l’homme se tient voûté dans une sorte de convulsion figée. Il libère ses pulsions dans le micro et triture sa voix dans tous les sens avec sa table. A lui tout seul, il fait tout le charisme et la folie du groupe.

Un certain sentiment de frustration émane alors lorsque ses hurlements sont étouffés par les autres instruments.  Les paroles décalées sont difficilement discernables et ils font au moins connaître les chansons par cœur pour les deviner. La faute à un son mal réglé. Malgré ce défaut, l’énergie monte dans le public au fur et à mesure du set et les têtes remuent anarchiquement devant la scène. La prestation se termine beaucoup trop tôt, et malgré les bis de la foule, le groupe se soumet aux ordres d’un rabat-joie, plus obnubilé par les horaires à respecter que l’intérêt du spectacle.

C’est au tour de DOPPLeR. Le groupe lyonnais est venu montrer que dans la capitale des gaules aussi on savait faire du bruit. On passe d’une forme autisme déjanté à celle d’un trouble obsessionnel furieux. La formation est composée d’un guitariste, d’un batteur et d’un bassiste. DOPPLeR officie dans le genre rock noise à tendance frénétique. Les gratteux nous balancent un gros son bien saturé qui fait trembler les murs.

Les morceaux ne baissent jamais de rythme et maintiennent la pression tout le long. Différentes boucles répétitives s’enchaînent avec ardeur et donnent un côté hypnotique aux morceaux.

Malgré la posture très statique des musiciens, le jeu est d’une nervosité extrême. Les flashs blancs qui éclairent la scène résonnent à l’allure des soubresauts de la musique.

Sur plusieurs titres, des paroles viennent accompagner la musique souvent scandées via un mégaphone, rajoutant au côté apocalyptique du groupe. Le batteur possède une belle part lui aussi en livrant un jeu touffu puissant et incroyablement carré. L’énergie déborde mais reste toujours maîtrisée.

Le set se termine et annonce la fin du concert, mais c’est un point de départ pour la suite de la nuit qui sera aussi déjantée que la musique proposée au fil. Mais cela est une autre histoire…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album BUM de Cheveu
La chronique de l'album Dakhla Sahara Session de Group Doueh & Cheveu
Cheveu en concert à La Boule Noire (24 septembre 2008)
Cheveu en concert au Point Ephémère (mercredi 19 octobre 2011)
Cheveu en concert au Festival Rock en Seine 2014 (samedi 23 août 2014)
Cheveu en concert au Festival La Route du Rock #24 (samedi 16 août 2014)
Doppler en concert au Bar Les Trois frères (8 mai 2005)

En savoir plus :
Le site officiel de Cheveu
Le Bandcamp de Cheveu
Le Myspace de Cheveu
Le Facebook de Cheveu
Le Myspace de Doppler
Le site officiel de Doppler

Crédits photos : Eric Ségelle (Toute la série sur Taste of Indie)


Bubba         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=