Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cheveu - Doppler
Le Fil  (Saint-Etienne)  vendredi 16 otobre 2009

Ce soir, exit les groupes d’indie-pop-rock mélodiquo-branchouilles et précieux qui pullulent comme le chiendent entre les rockailles.

Ce soir, c’est un vent de folie qui va sortir des enceintes du fil. Les groupes qui jouent sont pour ainsi dire des furieux. De fait, même si je ne m’attends pas à voir une longue file d’attente à l’entrée, la salle est tout de même relativement bien remplie.

C’est Cheveu qui sème le premier grain de la tempête. Le trio utilise une boîte à rythmes, une guitare et un casio cash converter. Avec ceci, Cheveu nous produit de l’électro-punk jouissif, une expérimentation minimaliste et bruitiste.

Hommage à la ville, le gratteux débarque sur scène avec un vieux maillot de l’ASSE, mais c’est rapidement le chanteur qui attire l’attention sur lui. Grand et sec, l’homme se tient voûté dans une sorte de convulsion figée. Il libère ses pulsions dans le micro et triture sa voix dans tous les sens avec sa table. A lui tout seul, il fait tout le charisme et la folie du groupe.

Un certain sentiment de frustration émane alors lorsque ses hurlements sont étouffés par les autres instruments.  Les paroles décalées sont difficilement discernables et ils font au moins connaître les chansons par cœur pour les deviner. La faute à un son mal réglé. Malgré ce défaut, l’énergie monte dans le public au fur et à mesure du set et les têtes remuent anarchiquement devant la scène. La prestation se termine beaucoup trop tôt, et malgré les bis de la foule, le groupe se soumet aux ordres d’un rabat-joie, plus obnubilé par les horaires à respecter que l’intérêt du spectacle.

C’est au tour de DOPPLeR. Le groupe lyonnais est venu montrer que dans la capitale des gaules aussi on savait faire du bruit. On passe d’une forme autisme déjanté à celle d’un trouble obsessionnel furieux. La formation est composée d’un guitariste, d’un batteur et d’un bassiste. DOPPLeR officie dans le genre rock noise à tendance frénétique. Les gratteux nous balancent un gros son bien saturé qui fait trembler les murs.

Les morceaux ne baissent jamais de rythme et maintiennent la pression tout le long. Différentes boucles répétitives s’enchaînent avec ardeur et donnent un côté hypnotique aux morceaux.

Malgré la posture très statique des musiciens, le jeu est d’une nervosité extrême. Les flashs blancs qui éclairent la scène résonnent à l’allure des soubresauts de la musique.

Sur plusieurs titres, des paroles viennent accompagner la musique souvent scandées via un mégaphone, rajoutant au côté apocalyptique du groupe. Le batteur possède une belle part lui aussi en livrant un jeu touffu puissant et incroyablement carré. L’énergie déborde mais reste toujours maîtrisée.

Le set se termine et annonce la fin du concert, mais c’est un point de départ pour la suite de la nuit qui sera aussi déjantée que la musique proposée au fil. Mais cela est une autre histoire…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album BUM de Cheveu
La chronique de l'album Dakhla Sahara Session de Group Doueh & Cheveu
Cheveu en concert à La Boule Noire (24 septembre 2008)
Cheveu en concert au Point Ephémère (mercredi 19 octobre 2011)
Cheveu en concert au Festival Rock en Seine 2014 (samedi 23 août 2014)
Cheveu en concert au Festival La Route du Rock #24 (samedi 16 août 2014)
Doppler en concert au Bar Les Trois frères (8 mai 2005)

En savoir plus :
Le site officiel de Cheveu
Le Bandcamp de Cheveu
Le Myspace de Cheveu
Le Facebook de Cheveu
Le Myspace de Doppler
Le site officiel de Doppler

Crédits photos : Eric Ségelle (Toute la série sur Taste of Indie)


Bubba         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=