Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Max Raabe & Palast Orchester
Salle Pleyel  (Paris)  30 octobre 2009

La salle Pleyel recevait en ce 30 octobre le Palast Orchester qui fête cette année ses 20 ans d'existence. Bien que le succès de Max Raabe et son orchestre reste confidentiel en France, la salle était pleine, rempli par un public très disparate, plutôt germanophile, dans lequel on croisait des dandys décadents, des femmes habillées comme dans les années folles, des garçons sensibles, tout aussi bien que des allemands en birkenstock en octobre, ou des personnes osant des chemises à fleurs hautement improbables.

En Allemagne, Max Raabe et son orchestre remplissent les salles, ils vont d'ailleurs bientôt jouer dix-sept jours d'affilée à Berlin. Leurs tournées les ont déjà emmenés à travers l'Europe, mais aussi au Japon ou en Chine. Ils ont aussi joué aux Etats-Unis, et ont fait salle comble au prestigieux Carnagie Hall de New York. C'est surtout leurs deux albums de reprises de tubes (Abba, Britney Spears, Queen, Nena, Soft Cell...) en version swing années 30 qui les ont fait connaître du grand public.

Sur scène, l'orchestre est tiré à quatre-épingles. Composé d'une section de sept cuivres, d'un guitariste-joueur de banjo, d'un percussionniste, d'un pianiste, et d'une contrebasse, tous ces hommes arrivent vêtus d'une chemise blanche, veste blanche avec pochette, nœud papillon pantalon noir et souliers vernis. Le cheveu est gominé. La seule femme de l'orchestre, la violoniste Cecilia Crisaffulli, arbore une robe longue rose. Quant à Max Raabe, il porte un smoking noir à veste courte et queue-de-pie, chemise blanche, plastron blanc, nœud papillon blanc, pochette blanche. A l'entracte, les vestes blanches des musiciens seront troqués pour des vestes noires et la robe rose pour une robe rouge longue au dos nu profond.

La soirée commence par le titre éponyme de la tournée, et du dernier album, Heute Nacht oder nie. A la fin de cette chanson, Max Raabe s'adresse au public en français pour dire, avec une légère pointe d'accent, "Nous allons vous interpréter ce soir des chansons swing des années 20/30 dans leur arrangement de l'époque".

S'enchaînent alors des titres de classiques du jazz big band, de comédies musicales, des fox-trot, des rumbas. Des chansons écrites des deux côtés de l'Atlantique parmi lesquelles, pour les États-Unis - "Over my shoulder ", "Dream a little dream ", "Singing in the rain " (pour laquelle Max Raabe précisera, toujours en français "Vous connaissez peut-être cette chanson dans sa version big band avec Monsieur Gene Kelly, nous allons l'interpréter dans un arrangement pour orchestre de bal, pas dans la version big band, plus sauvage, avec Monsieur Gene Kelly"), pour l'Allemagne : "Hab' keine Angst vor dem ersten Kuss ", "Du bist meine Greta Garbo ", "Ich küsse ihre Hand Madame ", ou pour la France : J'attendrai (unique chanson du programme qu'il présentera en allemand afin d'annoncer qu'elle est interprétée en français), "La mer " et "Dans la vie faut pas s'en faire ".

Ce qui fait le succès de cette formation, outre d'excellents musiciens, souvent multi-instrumentistes, et un répertoire composé essentiellement d'airs classiques et populaires, c'est avant tout l'humour décalé qui se dégage de cet ensemble. Max Raabe, baryton à la voix de velours, semble interpréter toutes ses chansons de manière très dégagée, ne sourit jamais, s'avance vers le micro pour chanter mais retourne s'accouder au piano dès qu'il ne chante plus. Son sourcil se dresse parfois en accent circonflexe pour souligner telle fantaisie dans l'arrangement ou telle pointe d'esprit dans le texte. Ses présentations de chansons, avec l'air guindé, sont aussi pleines d'humour. Ainsi, avant d'interpréter "Qui a peur du grand méchant loup?" (hé, oui), il l'introduira, d'un ton très snob, par "La musique et les épreuves de la vie sont souvent enlacées, mais lorsque cela ne nous concerne pas directement, on s'en fout". D'ailleurs sur cette chanson, les musiciens s'en donnaient à cœur-joie, se dressant plein de vitalité sur leur fauteuil pour entonner les "hahahahaha!" qui ponctuent la fin du refrain. Sur la chanson "Am Amazonas", durant laquelle le pianiste Ian Wekwerth fait des mimiques de singe, tandis que son complice Vincent Riewe tape sur ses percussions en levant très haut les bras, tous s'amusent, seul Max Raabe gardant sa concentration et son sérieux comme l'exige son personnage de scène.

Après l'entracte et les deux chansons de Weill et Brecht qui ont ouvert la seconde partie, un petit zeppelin télécommandé s'envolera des coulisses pour flotter au-dessus du public. Toute la soirée est traversée de surprises et de moments de bonne humeur.

Après un premier rappel nourri, l'orchestre a interprété une de ses interprétations les plus populaires, à savoir le "Sex Bomb " de Tom Jones en version swing.

Cette soirée était irrésistible, d'une grande fraîcheur, d'une élégance surannée et saupoudrée d'humour décalé. Le public ne s'y est pas trompé, qui a réservé à Max Raabe et au Palast Orchester un véritable triomphe.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Palast Orchester


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=