Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Emilie Simon
The big machine  (Barclay)  octobre 2009

Avec l'automne est sorti The Big Machine, le dernier album d'Emilie Simon. Révolution personnelle et changement de cap en vue pour la demoiselle qui délaisse quelque peu l'électro pour prendre un virage que l'on peut qualifier de pop. Véritable orfèvre de la musique électronique made in France, Emilie Simon a souhaité se détacher de ses automatismes et de son univers björkien pour lorgner du côté de Kate Bush.

Vous noterez le paradoxe du titre de l'album à l'heure de ce virage. Composé initialement au piano pour la spontanéité de l'instrument, The Big Machine résulte, selon les dires de son auteur, d'un réel  souci de changer les règles du jeu. L'occasion de casser les repères et la routine, de se mettre en danger en quelque sorte. Désireuse d'ouvrir ce nouvel univers à d'autres, Émilie Simon profite dès lors de son installation à New-York pour revoir son processus de création et de s'entourer de musiciens adhérant au projet. Autre changement, celui du choix de l'anglais comme vecteur de communication. Exceptés sur "Fools like us" et "Ballad of the big machine" mêlant les langues de Molière et de Shakespeare, Emilie Simon délaisse sa langue natale pour les dix autres titres.

Vous l'aurez compris, quitte à changer la déco autant le faire jusqu'au bout. Emilie Simon ne se limite donc pas à déplacer quelques meubles et à ajouter quelques touches de couleur par-ci par-là. On a affaire ici à un véritable ravalement de façade musical. Pour quel résultat me direz-vous ? J'y viens...

Ce qui est (trop ?) frappant à la première écoute, c'est la filiation avec Kate Bush. Le chant d'Emilie Simon se rapproche (volontairement ou inconsciemment) de celui de la Britannique. Ce trait majeur de ce nouvel album pourra en agacer plus d'un. Il est vrai que la voix peut faire tiquer. La Montpelliéraine est une très bonne chanteuse, nul doute sur ce point, mais on regrettera le côté maniéré du chant sur la majorité des morceaux. Emilie Simon semble dès lors avoir perdu en simplicité et on regrettera la féérie vocale des premiers albums.

Quid du versant musical de l'album ? Le disque s'appuie sur une solide base rythmique (basse et batterie) à laquelle viennent se greffer piano et autres claviers ainsi que des arrangements de cuivres mis en forme par Kelly Pratt (croisé aux côtés d'Arcade Fire et de Beirut). L'ensemble sonne très années 80 avec les qualités et défauts de cette époque. Le côté pop est indéniable mais parfois c'est un peu trop... On retiendra quelques perles musicales comme "Rainbow", magistrale ouverture de l'album, le franglais "The Devil at my door", le groovy "Rocket to the moon" ainsi que la relative simplicité de "Ballad of the big machine".

Une page se tourne et c'est assumé.  Emilie Simon risque de déstabiliser les fidèles de la première heure mais saura sans nul doute fédérer un nouveau public. Me concernant, mon avis est bel et bien contrasté. The Big Machine est dans l'ensemble un bon album (très bon diront certains) mais à mon goût assez inégal. J'adhère à une partie mais zappe facilement le reste. Mitigé plus que déçu donc.

A vous de juger !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Emilie Simon
La chronique de l'album Vegetal de Emilie Simon
La chronique de l'album Franky Knight de Emilie Simon
Emilie Simon en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (samedi)
Emilie Simon en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (dimanche)
Emilie Simon en concert au Festival des Vieilles Charrues 2007 (samedi)
Emilie Simon en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mercredi 14)
Emilie Simon en concert au Festival Rock en Seine 2014 (samedi 23 août 2014)
Emilie Simon en concert au Festival Rock en Seine 2014

En savoir plus :
Le site officiel de Emilie Simon
Le Myspace de Emilie Simon


Groggy         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=