Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La tête vide
Théâtre de l'Aquarium  (Paris)  novembre 2009

Comédie dramatique de Raymond Guérin, mise en scène de Gilles Chabrier, avec Eric Challier, Muriel Coadou, Nathalie Ortega et Frédéric Hulné.

La pièce commence dès l'entrée du spectateur dans un espace arrangé pour l'occasion. Autour d'une scène carrée noire, sont disposées 3 rangées de bancs sur chaque côté du carré. Sur chaque côté, derrière et légèrement au-dessus des bancs, un écran, divisé en 8 carrés, sur lequel des gros plans de visages fermés d'hommes, de femmes et d'enfants, sont projetés.

Lorsque les lumières s'éteignent, deux films sont projetés en même temps. Il s'agit des protagonistes d'un drame, ils témoignent avoir retrouvé les corps enlacés d'un homme et d'une femme, morts par balle, près d'un étang.

Le décor est planté. Les comédiens se présentent, celui-ci est le propriétaire du terrain, celle-là l'enquêtrice, ceux-là joueront les rôles des amants pour la reconstitution de la scène de crime.

Les éléments retrouvés à proximité des corps, pris dans des blocs de glace, sont disposés autour de la scène.

Les discussions s'engageront alors sur les motivations de ce qui semble être le meurtre de la femme puis le suicide de son amant. Couple illégitime, lui huissier austère, elle connue pour ses conquêtes multiples, comment en sont-ils arrivés à cette situation extrême? Que s'est-il passé dans leur tête?

Au fur à mesure des conversations, les esprits s'échauffent, chacun se projetant dans la peau de l'amant, de la maîtresse, de la femme trompée..


En tant que spectateur, devant cet OTNI (objet théâtral non identifié), on ne peut s'empêcher de se poser la question de l'utilité de la débauche de moyens utilisés : projections continues, installations sonores, une scène qui se remplit d'eau comme par magie pour illustrer l'étang, des projections de mots (à l'envers) sur le corps nu d'Eric Challier... Toute cette technique sert-elle le propos? A-t-elle un lien directe avec l'histoire qui nous est racontée?

Certes l'histoire des amants se déroule dans un petit village, sous le regard de chacun. Certes, chacun en aura sa propre interprétation. Certes, les voix se mêlent, chacun y allant de son anecdote, rendant la compréhension de l'acte difficile. Certes, les protagonistes qui ont approché les amants ont subi un trauma qui influencera leur vie en raison de la violence de l'acte et du mystère qu'il renferme.... Mais le jeu des acteurs ne suffit-il pas à nous faire comprendre cette situation? D'autant que les acteurs se montrent excellents, en particulier Muriel Coadou et Eric Challier .

D'aucuns verront dans cette mise en scène une certaine modernité dans l'art de présenter les évènements périphériques à l'histoire. D'autres auront une impression de poudre aux yeux.

Si l'on veut y voir une approche moderne, il est alors à déplorer qu'elle soit mise au service d'un texte aux connotations souvent archaïques dont le principal propos consiste à stigmatiser la femme dans le rôle d'une Ève tentatrice, d'une démone ou d'une sorcière. Mais peut-être ne s'agit-il que des propos des différents protagonistes qui gravitent autour du drame.

En conclusion, même si la performance des acteurs est impeccable, les autres aspects de la pièce feront réagir les spectateurs de diverses manières selon leur sensibilité ou l'interprétation qu'ils donneront du texte et de la mise en scène.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=