Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La tête vide
Théâtre de l'Aquarium  (Paris)  novembre 2009

Comédie dramatique de Raymond Guérin, mise en scène de Gilles Chabrier, avec Eric Challier, Muriel Coadou, Nathalie Ortega et Frédéric Hulné.

La pièce commence dès l'entrée du spectateur dans un espace arrangé pour l'occasion. Autour d'une scène carrée noire, sont disposées 3 rangées de bancs sur chaque côté du carré. Sur chaque côté, derrière et légèrement au-dessus des bancs, un écran, divisé en 8 carrés, sur lequel des gros plans de visages fermés d'hommes, de femmes et d'enfants, sont projetés.

Lorsque les lumières s'éteignent, deux films sont projetés en même temps. Il s'agit des protagonistes d'un drame, ils témoignent avoir retrouvé les corps enlacés d'un homme et d'une femme, morts par balle, près d'un étang.

Le décor est planté. Les comédiens se présentent, celui-ci est le propriétaire du terrain, celle-là l'enquêtrice, ceux-là joueront les rôles des amants pour la reconstitution de la scène de crime.

Les éléments retrouvés à proximité des corps, pris dans des blocs de glace, sont disposés autour de la scène.

Les discussions s'engageront alors sur les motivations de ce qui semble être le meurtre de la femme puis le suicide de son amant. Couple illégitime, lui huissier austère, elle connue pour ses conquêtes multiples, comment en sont-ils arrivés à cette situation extrême? Que s'est-il passé dans leur tête?

Au fur à mesure des conversations, les esprits s'échauffent, chacun se projetant dans la peau de l'amant, de la maîtresse, de la femme trompée..


En tant que spectateur, devant cet OTNI (objet théâtral non identifié), on ne peut s'empêcher de se poser la question de l'utilité de la débauche de moyens utilisés : projections continues, installations sonores, une scène qui se remplit d'eau comme par magie pour illustrer l'étang, des projections de mots (à l'envers) sur le corps nu d'Eric Challier... Toute cette technique sert-elle le propos? A-t-elle un lien directe avec l'histoire qui nous est racontée?

Certes l'histoire des amants se déroule dans un petit village, sous le regard de chacun. Certes, chacun en aura sa propre interprétation. Certes, les voix se mêlent, chacun y allant de son anecdote, rendant la compréhension de l'acte difficile. Certes, les protagonistes qui ont approché les amants ont subi un trauma qui influencera leur vie en raison de la violence de l'acte et du mystère qu'il renferme.... Mais le jeu des acteurs ne suffit-il pas à nous faire comprendre cette situation? D'autant que les acteurs se montrent excellents, en particulier Muriel Coadou et Eric Challier .

D'aucuns verront dans cette mise en scène une certaine modernité dans l'art de présenter les évènements périphériques à l'histoire. D'autres auront une impression de poudre aux yeux.

Si l'on veut y voir une approche moderne, il est alors à déplorer qu'elle soit mise au service d'un texte aux connotations souvent archaïques dont le principal propos consiste à stigmatiser la femme dans le rôle d'une Ève tentatrice, d'une démone ou d'une sorcière. Mais peut-être ne s'agit-il que des propos des différents protagonistes qui gravitent autour du drame.

En conclusion, même si la performance des acteurs est impeccable, les autres aspects de la pièce feront réagir les spectateurs de diverses manières selon leur sensibilité ou l'interprétation qu'ils donneront du texte et de la mise en scène.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=