Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Laura Veirs
Carbon Glacier  (Bella Union / V2)  mars 2004

La voix est douce, le tempo plutôt lent et au premier abord épurées. On pense sur les première mesures de "Ether Sings" à Suzanne Vega, et puis plus tard à Liz Phair ou Lisa Germano tandis que "Icebound stream" a un petit quelque chose de Kazu, chanteuse de Blonde Redhead.

Laura Veirs, jeune auteur compositeur interprète, venu d'outre atlantique n'en est pas à son coup d'essai et Carbon Glacier son nouvel album est une belle réussite.

Elevée dans le Colorado au son du folk blues de papa elle en a gardé l'essentiel. Autrement dit le goût pour les arrangements léchés et les mélodies simples et efficaces mais aussi des chansons habitées et pas seulement interprétées.

Loin de l'Amérique bien pensante, Laura la douce est une rebelle et si sa culture musicale est à chercher du coté de Mississipi John Hurt, son idéologie est plus grunge. En cas de doute, elle nous le confirme dans "Rapture" rendant hommage à ses compagnons de pensées Kurt Cobain et Virginia Woolf.

Car si on pouvait craindre de voir en Laura Veirs une chanteuse à textes façon variétoche, une Isabelle Boulay de langue anglaise, il n'en est rien et c'est un véritable album blues acoustique qui vient titiller nos oreilles. Une économie apparente de moyens servant parfaitement les chansons aux textes efficaces et directs. Ces petites chansonnettes nous procure une émotion rare et même surprenante, comme sur "Rapture" et son petit sifflotement attachant ou encore le magnigfique "Shadow blues" en duo avec Karl Blau et sa voix chaleureuse et discrète à la fois, à rapprocher du "Your Ghost" de Kristin Hersh et Michael Stipes.

Guitare acoustique et blues au programme certes mais aussi quelques petites échappées ludiques comme sur le "Anne Bonny Rag" qui, comme son nom l'indique, nous entraîne dans un rag des années folles comme si on y était tout en élégance et instrumental. Les guitares peuvent également devenir plus agressives comme sur "Salvage smile", beaucoup plus direct et "riot girl", et les mélodies moins évidentes comme sur "The cloud room", au refrain tubesque que l'on se surprend à chantonner ("up in the air, up there, up there..").

Ce disque, qu'elle révèle avoir été écrit en hiver, en porte toute la froideur mais de cette froideur que l'on contemple derrière les vitres, au chaud près de la cheminée confortablement installé dans un fauteuil de cuir....

Sans révolution, Carbon Glacier est cependant un album à découvrir dont le principal intérêt est cette fausse douceur et cette fougue que dégage son auteur. Pas aussi prolifique que Annie di Franco et pas exactement dans le même registre , Laura Veirs mérite néanmoins tout autant d'attention.

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album July Flame de Laura Veirs
La chronique de l'album Tumble Bee de Laura Veirs
Laura Veirs en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Laura Veirs en concert à La Cigale (5 octobre 2005)
Laura Veirs en concert au Festival Les Femmes S'en Mêlent 2007
Laura Veirs en concert à L’Aéronef (samedi 30 janvier 2010)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=