Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce This is It
Kenny Ortega  octobre 2009

Réalisé par Kenny Ortega. Etats-Unis. 2009. Documentaire musical. Avec Michael Jackson.

This Is It : le dernier Moonwalk de Michael Jackson

Oui, bien entendu : This Is It n'est que le début de la longue et lucrative exploitation de la mort de Michael Jackson.

Oui, ce film, construit à partir des enregistrements des répétitions à Los Angeles, ne remplacera jamais le concert en lui-même.

Non, il ne consolera pas les fans transis (puis refroidis) qui possédaient un billet pour les shows prévus l'été dernier à l'O2 Arena de Londres. Ni ceux qui espéraient un passage du chanteur dans leur pays.

Oui, on est allé voir le film faute de mieux, pour se donner une idée de ce qu'aurait pu être ce show. Par curiosité.

Oui, on pouvait craindre le pire : du sentimentalisme à l'Américaine, des témoignages de fans inconsolables, ou encore une mise en scène larmoyante des dernières images de Michael.

Rien de tout ça. This Is It est avant tout un superbe et émouvant hommage au King Of Pop, d'une élégante sobriété. Il nous montre le chanteur sans fard, dans son élément. Il le révèle tel qu'il est : passionné et passionnant. On découvre un Michael Jackson touchant, en grande forme, et régulièrement impressionnant. On a du mal à l'imaginer dans un cercueil peu de temps après.

En le voyant en action, c'est l'évidence même : à 50 ans, Michael maîtrisait totalement son sujet. Il était le dernier artiste total, un touche-à-tout génial qui savait exactement ce qu'il voulait et qui maîtrisait tous les aspects de son art sur le bout des doigts. Si ses pas de danse n'ont plus tout à fait l'agilité de ses 20 ans, on continue de les regarder bouche bée, avec des yeux d'enfants. Il en est de même de ses performances vocales - quoi qu'en dise Michael (qui répète à qui veut l'entendre qu'il retient sa voix pour l'économiser). Il faut aussi le voir donner ses consignes aux musiciens, diriger ses danseurs, donner son avis sur tout, guider et motiver sa troupe avec virtuosité et une énergie communicative. Le tout avec une douceur et une gentillesse incomparables.

L'admiration que lui voue sa troupe - dévouée corps et âmes - semble sans borne. A ce titre, la scène où Michael répète "Billie Jean" devant un parterre de danseurs en extase est révélatrice de son aura. On prend encore plus conscience de l'impact qu'a eu ce gamin génial coincé dans un corps d'adulte sur plusieurs générations d'ados. Non content d'avoir signé une poignée de singles irrésistibles et deux albums intemporels (Off The Wall et Thriller), il a au passage révolutionné le rapport de la musique à l'image, propulsé les shows musicaux dans une autre dimension, pratiqué avec succès et ingéniosité le mélange des genres musicaux, et prouvé à la terre entière qu'un artiste noir pouvait aussi devenir une pop star. Mieux : la pop star ultime.

Ce besoin viscéral de repousser les limites et de viser la perfection absolue, on le ressent profondément lors de ces répétitions : Michael ne lâche pas sa troupe d'une semelle, la recadre quand il faut, la pousse toujours plus haut. Voir le spectacle prendre forme sous nos yeux est une expérience marquante. Tout transpire ici l'envie de donner et de prendre le maximum de plaisir. Michael, qui nous sert du "God" et du "Love" à la pelle (seul aspect irritant du film), ne ménage pas sa peine en ce sens.

This Is It est une bizarrerie cinématographique qu'on regarde avec des étoiles dans les yeux, même si le tableau est noirci par des regrets éternels que plus rien ne pourra combler. Le concert que Michael Jackson et son équipe nous concoctaient s'annonçait grandiose. Le plaisir qu'il y prenait visiblement rend l'issue de l'histoire encore plus triste.

Mettez de côté vos a priori, oubliez l'image de monstre excentrique à laquelle on a trop tendance à réduire Michael Jackson, et courrez voir ce film. This Is It permet de rappeler à ceux qui auraient la mémoire courte la sidérante maîtrise musicale de ce prodigieux danseur, qui frôle régulièrement ici le génie à l'état pur. "Qu'est-ce que j'aurais donné pour voir ça !" est la phrase qui nous assaille tout au long du film, à sa sortie, et qui continuera à nous hanter longtemps après encore.

 

Durée : 1h52

En savoir plus :
Le site officiel du film
Le Blog de Pierre


Pierre Baubeau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 janvier 2021 : Voir le bon côté des choses

Dans ce couvre-feu avancé à 18h il faut voir le bon côté des choses, vous aurez du temps pour lire, écouter des disques, voir des films et des capataions de spectacles et surtout pour nous rejoindre sur la TV de Froggy's Delight sur laquelle nous vous préparons une nouvelle Mare Aux Grenouilles et une nouvelle série de concerts en direct ! Suivez la chaine, c'est gratuit, pour ne rien manquer !

Du côté de la musique :

"The missing view" de Sol Hess en concert sur la TV de Froggy le 30 janvier
"Théo Charaf" de Théo Charaf
"Welfare jazz" de Viagra Boys
"Adonais" de Bruno Ducol
"Collector" de Chapi Chapo
"Regard 1882" de Duo Neria
"Mozart piano 4 hands" de Duo Pégase
"The fates EP" de Grandma's Ashes
"Folies berbères" de Karimouche
"Wasteland : What ails our people is clear" de Lice
"Another night in" le mix #9 de Listen In Bed
et toujours :
"Vivaldi, Le quattro stagioni" de Alexandra Conunova
"Contrastes" de Duo W
"Beethoven, si tu nous entends" de La Symphonie de Poche & Nicolas Simon
"Ras la trompe" de Lila Tamazit Trio
"La sélection de Julien Bousquet" émission #6 de Listen In Bed
"Fleurs" de Mélody Louledjian & Antoine Palloc
"Monks of nothingness" de Olivier Lasiney & Yantras
"In paradisum" de Schola Cantorum of the Cardinal Vaughan Memorial School

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Le Jeu des ombres" de Valère Novarina
"Nous l"Europe : le banquet des peuples" de Laurent Gaudé
"Les Justes" d'Albert Camus
"Icone" de Gérard Watkins
"Hamlet Kebab" de Rodrigo Garcia
"Comme il vous plaira" de Shakespeare
"Figaro divorce" de Odon von Orvath
"Ebauche d'un portrait" de Jean-Luc Lagarce
"Pichet Klunchun and myself" de Jérôme Bel et Pichet Klunchun

Expositions :

en virtuel :
"Joan Miro Bleu I, Bleu II, Bleu III" au Centre Pompidou
"Turner, peintures et aquarelles - Collections de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Delacroix" au Musée du Louvre
"Berthe Morisot" au Musée d'Orsay
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon

Cinéma :

at home :
"L'Exercice de l'Etat" de Pierre Schoeller
"Caché" de Michael Haneke
"Métisse" de Mathieu Kassovitz
"Sauvage" de Nicolette Krebitz
"Arlington Road" de Mark Pellington
"Jimmy Rivière" de Teddy Lussi-Modeste
"Fin du monde" de Carolina Hellsgard
et un Spécial Georges Méliès
avec "Le mystère Méliès" documentaire de Eric Lange et 13 courts métrages

Lecture avec :

"Belladone" de Hervé Bougel
"Le chant du perroquet" de Charline Malaval
"Les grandes occasions" de Alexandra Matine
"Nos corps étrangers" de Carine Joaquim
et toujours :
"Inside story" de Martin Amis
"Là où nous dansions" de Judith Perrignon
"Le bonheur est au fond du couloir à gauche" de J.M. Erre
"Les douze morts de Napoléon" de David Chanteranne
"Tiger" de Eric Richer
"Un papillon, un scarabée, une rose" de Aimee Bender

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=