Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mustang
A71  (Jive Epic Group)  octobre 2009

A une époque où les industries musicale, cinématographique et télévisuelle de masse s’avèrent incapable de se renouveler en s’enfonçant chaque jour davantage dans la redite la plus insipide, une galette de vinyle vient nous redonner un peu d’espoir. Faisant instantanément de A71 de Mustang un OVNI dans cet océan de médiocrité.

Complètement dans son époque, ouvertement grand public, le trio clermontois a décidé de remettre au goût du jour le rock primitif : banane, jean retourné sur des chaussures à semelles épaisses, chemises à carreaux. Rouvrant le livre à la page de la France innocente et insouciante : la drague comme religion, les virées en voiture avec les potes, les coups de tête ou les coups de blues. Sorte de croisement entre American Graffiti de Georges Lucas et Adieu Philippine de Jacques Rozier. Voilà pour la façade. Car derrière cette imagerie sans équivoque, Mustang s’avère plus complexe et atypique qu’il n’y paraît.

Musicalement tout d’abord. Jean Felzine hurle à longueur d’interview son amour immodéré pour Suicide. Parfaitement (et maladroitement) matérialisé lors de leurs premiers concerts vus cette année : pour la dernière ligne droite du set Jean Felzine délaisse subitement sa Gretch pour masturber un synthé crade ("Anne-Sophie", "Pia Pia Pia"), modifiant ainsi durablement cette impression initiale de groupe passéiste. Pour aboutir à un son unique somme toute très contemporain à mille lieues de D.J. Fontana ou des Chaussettes Noires. Autre élément fondamental du son Mustang : la voix de crooner de Jean Felzine, sorte de mariage forcé entre Dominique A et Eddy Mitchell.

Enfin, que serait A71 sans ses textes. Tour à tour drôles, tout à fait arrogants ("J’en ai dans le pantalon"), parfaitement machos, gentiment obscène mais toujours parfaitement ciselés, extrêmement intelligents. Combinant à merveille humour et foutre. On pense avant tout à Boris Vian, Eddy Mitchell, Daniel Gérard. L’ombre de Bashung flotte également parfois au-dessus de l’édifice. Certaines sorties s’avèrent un peu trop évidentes ("En Arrière Et En Avant" (Gainsbourg) ou "Pia Pia Pia" (Nino Ferrer)) mais force est de constater qu’on n'a pas entendu un tel parolier depuis un baille...

Amusant enfin de noter les déviations répétées dans le registre de la chanson française notamment sur les deux dernières chansons, clairement les plus ambitieuses du lot, mettant parfois l’auditeur mal à l’aise devant une telle mise à nu de leur auteur. Pour la forme on regrettera quand même l’absence du titre offert par Don Cavalli : "oh chérie de mon cœur, come back à la maison", "my heart y fait mal". Trop dur peut-être à assumer au final…

Très clairement A71 constitue le meilleur disque en français entendu en 2009. Mieux encore, il atomise en trois riffs et deux couplets la concurrence, rendant instantanément les Paris Calling aussi ringards que dépassés, les renvoyant du même coup à leurs études dans leurs costumes étriqués de bons petits soldats rock’n roll.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Ni Vis Ni Connus de Henri Caraguel - Sofian Mustang
La chronique de l'album Sélection singles & EP de Mustang - Akira Kosemura - Sylvain Fesson - Lonny Montem
Mustang en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
Mustang en concert au Festival Les Nuits de l'Alligator 2010 (lundi 22)
Mustang en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (samedi 17)
Mustang en concert au Festival Paroles et Musiques #19 (2010) - samedi
Mustang en concert au Fil (vendredi 19 octobre 2012)

En savoir plus :
Le site officiel de Mustang
Le Bandcamp de Mustanga
Le Facebook de Mustang


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=