Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dominique A
Kick Peplum (EP)  (Cinq 7)  septembre 2009

2009 restera comme une année faste pour les amateurs de Dominique A : non content d’avoir sorti son meilleur album depuis des lustres (La Musique, en formule synthé solo et néanmoins accessible), il a proposé un deuxième CD à destination des fans (La Matière, disponible dans l’édition limitée coffret de La Musique), d’une veine un peu plus sombre et expérimentale.

Soit déjà 24 chansons à se mettre sous la dent, parmi lesquelles quelques très bonnes surprises : "Le Sens", "Nanortalik", "Bel Animal" ou "Valparaiso", notamment, pourraient figurer sur un Best-Of aux côtés des hauts faits d’armes passés, sans rougir de la comparaison…

Bien sûr, il existe des râleurs pour suggérer quel album magnifique le grand Ané aurait obtenu s’il avait fait un choix, trié dix ou douze pépites parmi les 24 titres proposés… C’est l’éternel débat du simple contre le double (voire le triple) : limiter et opter pour une "qualité" forcement subjective ? Ou bien la profusion, laissant le choix à l’auditeur de faire son marché parmi toutes les pistes proposées ?

De notre côté, déçu par ses récentes productions en groupe (Auguri, Tout Sera Comme Avant, L’Horizon) et préférant ses publications parallèles (Une Femme Chante Sur Le Quai, Tout N’Est Plus Comme Avant, Les Sons Cardinaux), cette option généreuse nous a ravi : liberté de trier soi-même le bon grain de l’ivraie, sans avoir à spéculer sur d’éventuelles démos inédites, potentiellement meilleures que le disque final (comme c’était souvent le cas, par le passé).

Lors de notre interview réalisée le 27 mars dernier, il avait beaucoup été question de ces productions parallèles, et de leur valeur par rapport aux albums officiels. A la question de savoir s’il referait un jour un EP, le grand Dominique affirmait alors ne pas vouloir saturer le marché avec une nouvelle production, lui qui venait déjà de publier deux disques d’un coup !

Il n’aura pourtant pas été long à changer d’avis : courant mai, il enregistrait "à la maison" quatre nouveaux titres complètement inédits, dans la même configuration que La Musique et La Matière (solo à forte prédominance synthé). Le résultat, intitulé Kick Peplum, vient donc de sortir et n’est pas disponible dans le commerce, mais vendu pendant ses concerts.

Au-delà du goût prononcé de l’artiste pour les beaux objets en série limité (manière, selon lui, de lutter noblement contre le piratage), on y retrouve une certaine idée de l’intégrité artistique : ce disque, tout "parallèle" soit-il, n’est absolument pas anecdotique, ne recycle pas de rogatons, et vaut son pesant de cacahuètes. Les quatre titres nous semblent presque meilleurs que ceux proposés par La Musique et La Matière réunis (qui, eux-mêmes, étaient déjà plutôt bons) ! C’est dire…

Sur la pochette, le EP indique "4 chansons autour de la musique". On peut y voir une référence au titre du dernier album ; mais pas uniquement : chacun de ces morceaux tourne en fait autour d’un élément thématique musical, qu’il s’agisse d’un souvenir de chanson, de la passion pour un artiste, d’un nom de label, ou même d’un détail technique relatif au studio d’enregistrement…

Ainsi, "Gisor", qui ouvre l’album, rend hommage à un artiste méconnu, Dominique Petit (alias Gisor), auteur en 1981 d’un unique album de synth-pop outrancière et décalée. A priori, on est surpris : si Dominique a baigné dans la new-wave étant môme, il en était apparemment revenu… et dans notre interview de mars, se moquait (gentiment) des artistes obscurs ressuscités à l’occasion des compilations BIPPP, Jeunes Gens Mödernes ou IVG, parues l’an dernier chez Born Bad ou Naïve.

Volte-face surprenante, donc, mais morceau de toute beauté… Et l’on est ravi, en fin de compte, que ces références soient si joliment assumées ! Gisor est ici évoqué comme un souvenir d’enfance, et son titre-phare ("Partir") devient une chanson dans la chanson. Si la création originale de Dominique Petit pouvait sembler grandiloquente et potentiellement ridicule (on recommande l’écoute, à titre documentaire), elle devient émouvante par le souvenir bâti autour.

On retrouve dans cette démarche la facette "chroniqueur rock" que l’on a toujours apprécié chez Dominique A (ses billets sur Comment Certains Vivent ou articles dans diverses revues)…  Ainsi qu’une propension (de plus en plus marquée) à se replonger dans l’enfance et l’adolescence pour en nourrir son travail, comme avait pu le faire également son complice Katerine.

En seconde position sur le disque, "Sarah, Bristol" part aussi d’un souvenir discographique : la passion de l’artiste, alors jeune homme, pour un label de Bristol nommé Sarah Records, qui publiait des EP vinyles d’indie pop, raccords avec son goût pour les beaux objets artisanaux limités, vecteurs d’un lien plus intime entre l’auditeur et l’artiste.

Concrètement, la chanson part de ces deux mots (Sarah, Bristol) pour bâtir une atmosphère anéenne typique : humanité peu reluisante (rade miteux, odeurs de friture, mecs collants) où se trouve plongée une jolie jeune femme, contraste et friction entre ces deux pôles. La noirceur évoque les meilleurs moments de l’album Remué, et l’on retrouve un sens du décor et de l’ambiance (posés en quelques traits) qui nous avait manqué, dans les disques trop ouvertement "oniriques" de ces dernières années.

Même topo sur "Manset" : sous couvert d’hommage à son modèle (de plus en plus) revendiqué Gérard Manset, Dominique A met en scène des retrouvailles (titre d’une de ses anciennes chansons, tiens) au sein d’une famille brisée… avec, donc, ce souvenir obsédant du père qui écoute Manset. Là encore, la base textuelle est relativement rêche ; mais comme dans les chansons précédentes, ce pseudo-réalisme débouche sur une métaphorisation onirique qui permet d’éviter l’anecdote (on n’est pas chez Bénabar !) et crée un puissant décalage poétique.

C’est ce que l’on aime par-dessus tout chez Dominique A : cette manière de confronter le trivial au lyrique… l’un tirant l’autre pour le sortir du marasme vériste ; et inversement, le détail réel permettant à la poésie de ne pas être désincarnée (comme ç’avait trop souvent été le cas sur les deux albums précédents).

La quatrième chanson va aussi dans ce sens, évoquant un élément concret de l’enregistrement musical ("Chambre d’Echo") : elle joue sur le mot et métaphorise l’entrée de la voix dans le lit de la musique, bouclant la boucle avec ses touts débuts (solo et synthétiseurs idem) : le dernier morceau de La Fossette qui, en son temps (1992), nous parlait déjà de "L’Echo"…

On l’aura compris : pour les amateurs de Dominique A, l’acquisition de ce EP s’avère absolument indispensable, puisqu’il contient un authentique chef d’œuvre ("Gisor"), et trois autres chansons figurant parmi les meilleures de ces dernières années. Bilan plutôt inespéré, pour un disque vendu en dehors du circuit classique… et nouvelle preuve du regain créatif du bonhomme.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Tout sera comme avant de Dominique A
La chronique de l'album L'horizon de Dominique A
La chronique de l'album Sur nos forces motrices de Dominique A
La chronique de l'album La Musique de Dominique A
La chronique de l'album Vers les lueurs de Dominique A
La chronique de l'album Eléor de Dominique A
La chronique de l'album Toute latitude de Dominique A
La chronique de l'album La Fragilité de Dominique A
Dominique A en concert à la Salle Jeanne d'Arc (21 novembre 2003)
Dominique A en concert à la Salle de la Cité (11 novembre 2004)
Dominique A en concert à l'Olympia (30 novembre 2004)
Dominique A en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
Dominique A en concert au Festival International de Benicassim 2006 (vendredi)
Dominique A en concert au Festival La Route du Rock 2009 (dimanche)
Dominique A en concert au Grand Mix (vendredi 27 novembre 2009)
Dominique A en concert à Casino de Paris (jeudi 26 novembre 2009)
Dominique A en concert au Fil (samedi 6 février 2010)
Dominique A en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Samedi
Dominique A en concert au Festival La Route du Rock #22 (vendredi 10 août 2012)
Dominique A en concert au Festival La Route du Rock #22 (samedi 11 août 2012)
Dominique A en concert à Théatre Lino Ventura (jeudi 4 avril 2013)
Dominique A en concert à L'Aéronef (samedi 25 mai 2013)
Dominique A en concert au Festival Europavox 2015 - Samedi 23 mai
Dominique A en concert au Festival de Beauregard #7 (édition 2015) - Vendredi
Dominique A en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2015 - Du jeudi au dimanche
Dominique A en concert au Colisée (dimanche 29 novembre 2015)
La vidéo de En solo aux Bouffes du Nord (DVD) par Dominique A
L'interview de Dominique A (6 mars 2006)
L'interview de Dominique A (26 avril 2006)
L'interview de Dominique A (octobre 2007)
L'interview de Dominique A (27 mars 2009)
L'interview de Dominique A (samedi 7 juillet 2012)
L'interview de Dominique A (jeudi 19 mars 2015)

En savoir plus :
Le site officiel de Dominique A
Le site Comment certains vivent
Le Facebook de Dominique A


Nicolas Brulebois         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Laetitia Velma et Dominique A (28 mars 2011)


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=