Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Eagles Of Death Metal - Arctic Monkeys
Le Zénith  (Paris)  vendredi 6 novembre 2009

Deux mois après la sortie de leur excellent troisième album (Humbug), les Arctic Monkeys poursuivent leur étourdissante ascension : ils investissant le Zénith pour deux dates complètes depuis belle lurette. Mis en bouche par le boogie rock couillu des Eagles Of Death Metal, le public parisien a eu droit pendant 1h40 à un récital magistral des jeunes anglais.

Cette double affiche (difficile de considérer les Eagles Of Death Metal comme un simple faire-valoir) pouvait sembler curieuse tant l'univers des deux formations est éloigné. C'est oublier que l'autre membre phare des "Pigeons Of Shit Metal" - comme les avait gracieusement nommé le non moins gracieux Axl Rose - n'est autre que Josh Homme, qui se trouve être également le co-producteur de Humbug. L'autre point commun entre les deux groupes est d'avoir signé deux des meilleurs albums d'une année 2009 pas franchement à la fête rock & rollement parlant.

Dans le public, plusieurs générations se télescopent : jeunes pousses rock ayant grandi au son des Monkeys et connaissant les paroles sur le bout des doigts, nouveaux venus séduits par la maturité démontrée sur Humbug, fans de la première heure rentrant en transe à chaque extrait de Whatever People Say I Am, That's What I'm Not, vétérans du rock venus applaudir le combo le plus excitant de la génération actuelle, et fans des Eagles Of Death Metal postés le long des crash barrières dans l'espoir de pouvoir toucher un bout de moustache de Jesse Hughes.

Dans un Zénith qui finit de se remplir, les américains entament leur set par "Cherry Cola", joué en rangs serrés. Jesse Hughes se révèle moins en jambe (et en voix) qu'à son habitude. L'année 2009 passée sur les routes semble avoir laissé des traces. On sourit tout de même aux quelques facéties du chanteur, qui impliquent deux fois sur trois sa moustache. La setlist alterne entre titres du dernier disque ("Secret Plans", "Heart On", "Now I'm A Fool", "Cheap Thrills" et l'incontournable "Wannabe In L.A.", dont la version jouée ce soir sonne très punk) et extraits des précédents albums. Elle n'a pas bougé depuis une éternité et demanderait à être renouvelée.

A la batterie, Joey Castillo tient sauvagement la baraque dans un style que Dave Grohl ne renierait pas. Brian O'Connor, ogre barbu et bassiste aux mains de géant, le soutient avec force. Peu démonstratifs jusqu'ici, Jesse Hughes et Dave Catching (second guitariste) se réveillent en toute fin de set : après "I Want You Soo Hard (Boy's Bad News)", les américains finissent sur une joute guitaristique rondement menée.

Même si on a connu la bande de Jesse Hughes plus concernée, elle a fort bien rempli son rôle, délivrant une première partie de bonne facture. Certes sans grande surprise, parfois approximative et vraiment pas aidée par un son chaotique (ce qui nous fait craindre le pire pour la suite). Mais même légèrement en deçà de leurs possibilités, un concert des Eagles Of Death Metal reste un moment de rock & roll unique. Il est maintenant temps pour eux de prendre quelques semaines de vacances bien méritées.

Après une attente interminable, les spots s'éteignent, déclenchant une assourdissante vague de hurlements et de sifflets. Impassibles, les chevelus de Sheffield pénètrent tranquillement sur scène et démarrent le lancinant "Dance Little Liar". Agressivité retenue, montée en tension progressive, break ravageur, guitares furieuses : l'entrée en matière est plus que convaincante. Alex Turner secoue sa tignasse en s'excitant sur sa guitare (ou l'inverse) et, surtout, le son est d'une limpidité rarement entendue au Zénith. Sans transition, le groupe balance un "Brianstorm" tonitruant. Matt Helders mouline comme un damné sur sa batterie et met le Zénith en fusion. "This House Is A Circus" et "Still Take You Home", piqures de rappel musclées des deux premiers albums, enfoncent le clou : la fosse s'agite dans tous les sens sur ces riffs ravageurs.

Mais ce n'est rien comparé à l'euphorie qui s'empare de la foule lorsque retentissent les premiers accords de "I Bet You Look Good On The Dancefloor". Alex Turner n'a même pas besoin de chanter, le public crie à sa place. Après un "Sketchead" pas inoubliable, le groupe nous offre les trois premiers titres de Humbug, dans l'ordre s'il vous plaît : "My Propeller", "Crying Lightning" et "Dangerous Animals". Le contraste avec les titres joués précédemment est flagrant : la frustration et la rage adolescente ont laissé place à une plus grande assurance et à des chansons plus tortueuses.

"The View From The Afternoon" ravive la flamme des nostalgiques avant que "Cornerstone" ne vienne faire souffler un rafraîchissant air pop sur le Zénith. La fin du concert réserve deux autres grands moments : "The Jeweller's Hands", montagne russe aux accents psychédéliques et "Secret Door", sûrement ce que les anglais ont produit de mieux en trois albums. Pas un hasard si cette pièce montée pop clôt le concert par un ballet de toute beauté, seul moment d'esbroufe de la soirée : un coup de caisse claire claque dans la salle et déclenche une explosion de confettis argentés. Point de grandiloquence ici, l'effet de surprise est réussi et la vision d'ensemble superbe. Afin de faire durer le plaisir, le titre se prolonge par des choeurs très Beatlesiens qui s'éteignent subitement, laissant le public momentanément orphelin.

Les quatre Monkeys, accompagnés pour l'occasion d'un clavier-guitariste, reviennent pour un rappel de deux chansons : la magnifique et tubesque "Fluorescent Adolescent", où Alex Turner ralentit volontairement le tempo avant de repartir de plus belle, et "505", bizarrerie planante qui s'excite progressivement jusqu'à un final rageur. Après des saluts laconiques mais sincères, le gang de Sheffield se retire, laissant leurs guitares rugir toutes seules et les spectateurs applaudir à tout rompre.

D'aucuns reprocheront aux Arctic Monkeys d'avoir eu trop peu d’interactions avec le public, sans doute par timidité. L'exubérance, ce n'est pas leur truc. Les Arctic Monkeys ne sont pas et ne seront jamais les Hives, et c'est tant mieux : concentrés, tout acquis à leur musique, sobres et efficaces, leur attitude est d'une grande classe. Sans rien faire d'autre que de chanter (remarquablement bien) et jouer de la guitare, Alex Turner captive l'attention. Sa voix de crooner, au timbre et au phrasé si particuliers, transporte ailleurs.

Son presque impeccable, très beaux jeux de lumière, setlist quasi idéale (on aurait bien aimé également entendre "Teddy Picker" ou "Only One Who Knows") : il aura juste manqué un peu de folie pour que le concert soit parfait. Les Arctic Monkeys confirment qu'ils ont bel et bien leur place sur le podium des formations rock des années 2000. Ce soir, le Zénith était "the place to be".

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Heart On de Eagles of Death Metal
Eagles Of Death Metal en concert au Festival Rock en Seine 2009 (dimanche 30 août 2009)
Eagles Of Death Metal en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du samedi
Eagles Of Death Metal en concert au Festival Le Cabaret Vert #8 (jeudi 23 août 2012)
Eagles Of Death Metal en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #27 (édition 2015) - Dimanche 5
La chronique de l'album Whatever people say I am, that's what I'm not de Arctic Monkeys
La chronique de l'album Who the fuck are Arctic Monkeys? de Arctic Monkeys
La chronique de l'album Humbug de Arctic Monkeys
Arctic Monkeys en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (samedi)
Arctic Monkeys en concert au Festival International de Benicàssim #17 (samedi 16 juillet 2011)
Arctic Monkeys en concert à Casino de Paris (mardi 31 janvier 2012)
Arctic Monkeys en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2014 - Samedi
Arctic Monkeys en concert au Festival Rock en Seine 2014 (vendredi 22 août 2014)
Arctic Monkeys en concert au Festival Rock en Seine 2014

En savoir plus :
Le site officiel de Eagles Of Death Metal
Le Myspace de Eagles Of Death Metal
Le site officiel de Arctic Monkeys
Le Myspace de Arctic Monkeys
Le Blog de Pierre


Pierre Baubeau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=