Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'âge d'or hollandais - De Rembrandt à Vermeer
La Pinacothèque de Paris  (Paris)  Du 7 octobre 2009 au 7 février 2010

La Pinacothèque de Paris poursuit sa collaboration avec le Rijksmuseum d'Amsterdam en présentant une sélection d'oeuvres exceptionnelles de la peinture néerlandaise du 17ème siècle considérée comme "L'âge d'or hollandais".

Le sous-titre, "De Rembrandt à Vermeer", annonce la couleur de cette exposition qui présente un florilège d'œuvres majeures, des tableaux mais également des œuvres graphiques et quelques objets d'art, dont les faiences de Delft, qui attestent de la diversité et de la richesse de la production picturale de cette époque.

Richesse de style, de registres et de peintres aux noms certainement totalement inconnus du grand public qui, entre le réalisme inquiet de Rembrandt, le maître du clair-osbcur, présent avec plusieurs toiles dont le portrait de son fils Titus et le symbolisme poétique de Vermeer, avec une seule oeuvre, l'énigmatique toile "La lettre d'amour" retenue comme visuel de l'affiche, ont contribué à magnifier cette période.

L'âge d'or hollandais : une peinture de l'âme

L'exposition organisée sous la direction artistique de Marc Restillini, directeur de la Pinacothèque, et le commissariat de Ruud Priem du Rijksmuseum d'Amsterdam est une réussite exceptionnelle car elle présente des toiles d'une beauté sublime et d'une sensibilité pétrie de spiritualité.

Or cela ne relève pas de l'évidence quand on rappelle les circonstances socio-historiques dans lesquelles ses toiles voient le jour. Il s'agit essentiellement d'une peinture de commande exécutée par des peintres de métier, qui sont des bourgeois établis, rétribués par les nouveaux riches que sont les marchands et négociants enrichis par le commerce maritime d'un petit pays anodin qui est devenu une puissance commerciale hégémonique et un centre culturel.

Chargés d'en exalter les valeurs essentielles, à savoir l'esprit d'entreprise et l'art de vivre, ainsi que d'immortaliser les potentats, dont Frans Hals est le portraitiste officiel, tout en respectant l'iconoclasme calviniste, les peintres vont néanmoins trouver leur espace de liberté.

Grâce à une technique éprouvée ils insufflent un supplément d'âme tant dans les paysages lénifiants que dans les scènes de genre d'une banalité ordinaire au point où Claudel y voyait un art chrétien, écrivant "cette image de dieu qui reposait enfoui sous le quotidien".

Recomposant la lumière et l'espace, ils restituent leur vision de la réalité et truffent leurs tableaux de signes allégoriques. Ainsi si pour la minorité catholique d'Utrecht, la peinture religieuse demeure, les protestants usent du subterfuge des personnages en prière comme Nicolas Maes ou des paysages comme Adam Pynacker avec des bateliers symbolisant la fuite en Egypte. Même les natures mortes et les vanités rappellent la brièveté et la vacuité de la vie terrestre.

Alors sacralisation de l'humain et de la condition tragique de l'homme ou détournement habile du quotidien pour masquer une sensibilité liturgique, peu importe. Déclinée en sections thématiques, cette exposition est éblouissante et prouve que, en ces temps-là, la lumière venait du Nord.

 
En savoir plus :

Le site officiel de la Pinacothèque de Paris

Crédits photos : Meindert Hobbema - Le moulin à eau - c. 1666 - Rijkmuseum, Amsterdam - © Image Department Rijksmuseum, Amsterdam, 2009


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=