Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Timon d'Athènes
Maison de la Poésie  (Paris)  novembre 2009

Shakespeare and slam, d'après William Shakespeare, mise en scène de Razerka Ben Sadia-Lavant, avec Avec Denis Lavant, Casey, D’ de Kabal, Marie Payen, Mike Ladd et Doctor L.

"Timon d'Athènes" de Shakespeare à la Maison de la Poésie. Un texte classique, une salle agréable qui propose généralement des spectacles de qualité, a priori on s'attend à passer une soirée tranquille. Puis on s'aperçoit qu'il s'agit de slam, Shakespeare en rap et slam; on reste un peu dubitatif. Parmi les noms des acteurs et slammeurs, on reconnaît des noms familiers Denis Lavant, Mike Ladd, Docteur L., et l'on passe d'une certaine crainte à une curiosité certaine.

Sur la scène, sans décor, sont dressés quelques micros. A l'arrière un canapé, une batterie et une guitare, des portants sur lesquels des vêtements accrochés qui descendront des plafonds au début de la pièce. La scénographie maligne de Clémence Farrell trouvera vite son sens.

Dans cette pièce, Timon, riche athénien, dépense sans compter, organise des fêtes fastueuses pour des courtisans flagorneurs. Bientôt ruiné, ses anciens thuriféraires lui tournent le dos. Blessé dans son orgueil, il quitte la ville pour vivre en ermite, misanthrope insociable et solitaire. Redevenu riche par le fruit du hasard, il armera les troupes d'un général rebelle décidé à renverser Athènes.

Denis Lavant entre en scène dans un costume rouge brillant improbable, s'empare d'un micro et commence à déclamer le texte de Shakespeare, adapté par Sophie Couronne. Les différents acteurs changeront maintes fois de vêtements, tous plus brillants et de mauvais goût les uns que les autres, et dont on se demande dans quelle fripe Agnès Falque et Dorothée Lissac ont bien pu aller les dénicher. Seule Casey, dans le rôle d'Apementus, le philosophe cynique qui refuse les richesses, restera vêtue de noir tout au long de la pièce.

La mise en scène de Razerka Ben Sadia-Lavant, sobre, dans laquelle les protagonistes se débarrassent de leurs vêtements en les jetant à même le sol relève d'une très belle idée et souligne ce mépris de Timon pour l'argent qu'il soit riche ou ruiné.

Les acteurs/slammeurs ont une présence impressionnante. De la part de Denis Lavant, cela n'étonnera personne, mais il faut le voir prendre des airs de vieille roulure, de crooner sur le retour avec son chapeau en peau de zèbre sur la tête.

Mike Ladd, qui a sorti son premier album en 1997, mais qui dans une vie précédente a été professeur de littérature à l'université de Boston, est le double de Timon. Il reprend les longues tirades, en rap dans la langue originale du texte. Mike Ladd est aussi à l'aise devant 5 000 personnes aux Eurockèennes de Belfort qu'au milieu du public dans des petites salles. Lui qui, lors de ses concerts moque les attitudes des rappeurs West Coast,, n'a pas besoin, à la Maison de la Poésie, de forcer son talent pour aller accrocher le public.

Casey ne se départit jamais d'une moue méprisante, son accent sied à ravir au texte du philosophe cynique. Par sa voix profonde et sa stature d'ogre, D' de Kabal incarne parfaitement un général athénien rebelle, il fait croire au personnage. Enfin Marie Payen, actrice blonde a priori fragile, explose complètement et s'impose de manière étonnante au milieu de toutes ces fortes personnalités. C'est elle qui au final, par sa présence, sera la surprise de ce casting.

Il ne faut pas oublier Doctor L., aux ambiances sonores. Musicien et producteur, il collabore avec Rodolphe Burger de Kat Onoma ("Comme son nom l'indique" en grec, on y revient), ancien prof de philo. On ne s'étonne donc pas de le trouver à l'aise au cœur de cette pièce musicale et littéraire.

Le pari de Razerka Ben Sadia-Lavant de confronter un texte classique avec un rythme moderne de déclamation est donc totalement réussi. Autre pari réussi, celui des acteurs et de la Maison de la Poésie qui consiste à montrer que le rap et le slam ne consiste pas uniquement, comme on veut bien nous le faire croire de manière caricaturale, en des petites phrases provocantes à l'emporte-pièce ou en des textes qu'on croirait écrit par un collégien qui redouble sa cinquième.

Tous ces talents conjugués transforment ce texte classique en un spectacle à la forme novatrice et politiquement moderne à l'heure du bling-bling. En conclusion, précipitez-vous pour le voir !

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=