Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'homme à tête de chou
Théâtre du Rond Point  (Paris)  novembre 2009

Spectacle chorégraphié par Jean-Claude Gallotta, avec Adrien Boissonnet, Sylvain Decloitre, Nicolas Diguet, Hajiba Fahmy, Ximena Figueroa, Marie Fonte, Ibrahim Guétissi, Benjamin Houal, Yannick Hugron, Cécile Renard, Eléa Robin, Thierry Verger, Loriane Wagner et Béatrice Warrand.

A-t-on le droit de ne pas crier au génie dans ce qui apparaît comme le dernier projet auquel Bashung ait participé? A voir la réaction du public lors de la première de "L'homme à tête de chou", on peut craindre que non.

Pourtant le risque pour le spectateur lorsqu'un spectacle est monté autour du nom de deux provocateurs géniaux, Serge Gainsbourg et Alain Bashung, mais que ceux-ci sont désormais institutionnalisés, est de se retrouver face à un exercice de dévotion confite.

Puisque ce spectacle de danse n'évite pas ce travers, il s'agit d'un contresens complet par rapport à l'œuvre laissé par ces deux grands noms de la chanson française.

Évacuons la partie consacrée à Gainsbourg. Le texte reste le même que celui du disque, les chansons dans le même ordre.

La performance de Bashung pose un problème plus épineux. L'interprétation est bonne mais comme copiée sur celle de Gainsbourg. Hormis la voix, magnifique, Bashung ne donne pas l'impression de s'être approprié le texte.

La musique, réorchestrée par Denis Clavaizolle, auteur de belles ambiances chez Jean-Louis Murat, est étirée afin que le spectacle s'étale sur 1h15 au lieu de la grosse demie-heure que dure originellement l'album de Gainsbourg. Or Denis Clavaizolle, est plus à l'aise dans les ambiances jazz de la fin de l'album que dans certains airs aux couleurs africaines du début.

D'autre part, la musique et le chant enregistrées sont diffusées à partir de seulement deux énormes enceintes de façade, l'une à droite de la scène, l'autre à gauche, ce qui, dans une salle de la taille de la salle Renaud Barrault du Théâtre du Rond-Point, oblige à un volume sonore trop important pour l'auditeur et ne permet pas d'apprécier le travail de mixage qu'on aurait dû remarquer si un système de multidiffusion avait été mis en place.

Enfin, la chorégraphie se veut illustrative, le texte de Gainsbourg pris comme un film noir dans lequel on retrouve les ingrédients de la passion amoureuse, du sexe et de la mort. Or on assiste à des rondes dont on a l'impression qu'elles sont tirées du film baba-cool "Hair" de Milos Forman. Sur un texte parfois à la limite de la pornographie, les danseurs se retrouvent à mimer des mouvements d'une sensualité qui rappellent plus le téléfilm érotique du dimanche soir sur M6 que l'univers sombre de Gainsbourg.

Alors que la danse est devenue l'art vivant dans lequel on assiste actuellement au plus grand nombre d'innovations et de provocations de toutes sortes, Jean-Claude Galotta offre une chorégraphie vieillotte et hors de propos. Pas de sensualité, de nudité à peine (et en respectant la parité politiquement correcte un homme/une femme) alors que pour une fois l'exhibition des corps, si commune dans la danse contemporaine, n'aurait pas été une provocation vaine et non-avenue mais se justifiait par le choix d'un propos illustratif. Au lieu de ça, il habille ses danseurs de chaussures de ville, chaussettes, slip et liquette dans un accoutrement peu valorisant de leur plastique.

Dans la scène finale, durant laquelle une Marilou se déplace sur la scène en traînant les pieds, la culotte descendue sur les chevilles et une guitare tenue par une sangle cachant son ventre, on compare avec ce que Prejlocaj avait proposé dans "MC 14/22 - Ceci est mon corps" à l'Opéra Garnier (pas exactement un haut lieu de la "décadanse") l'année dernière, c'est à-dire un danseur de plus en plus handicapé dans ses mouvement par des rubans adhésifs. On ne trouve alors décidément aucune audace à la chorégraphie de Galotta.

Le manche de la guitare électrique, posée tel un phallus sur le ventre de la danseuse, pointe vers le sol. Ceci est tout un symbole et résume l'impression que laisse l'ensemble de ce spectacle, celui d'un Gainsbourg et d'un Bashung trahis auxquels on aurait interdit tabac et alcool.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 juin 2021 : Culture à gogo

Avant la pause estivale (toute relative), on ne chôme pas sur Froggy's Delight. Avant d'attaquer le sommaire de la semaine, voici le replay de la Mare Aux Grenouilles #29 mais aussi celui de l'interview de Half Bob et Raymonde Howard pour leur Bd-Disque "the Year Loop Broke". Merci de votre soutien !

Du côté de la musique :

Rencontre avec Alice Animal à l'occasion de son CONCERT (oui oui) au Festival Poly'sons de Montbrison
"Since 1966" de Jean Philippe Fanfant
"Sentimental" de Johnny Mafia
"Nowhere land" de Karkara
"Peache of mine " de Laura Prince
"Dominique Pagani 5/5 et La Ritournelle" de Listen In Bed
"Cyclotimic songs" de Marc Sarrazy & Laurent Rochelle
"Kaboom" de Michel Meis 4tet feat. Theo Ceccaldi
"Secret place" de Noé Clerc Trio
"Gerry (music inspired by the motion picture)" de Ô Lake
"Countdown" de Simon Moullier
"Sous la peau" de Versari
et toujours :
"Cavalcade" de Black Midi
"Years in marble" de Raoul Vignal
"Damnatio Memoriae" de Syd Kvlt
"(n) Traverse Vol. 1" de Warren Walker
"Schubert, Symphonie N°5 & Haydn, Symphonie N°99" de Concentus Musicus Wien & Stefan Gottfried
"After the rain" de Indolore
"Dominique Pagani 4/5", avant dernier volet thématique de Listen in Bed
"Amore, disamore" de Olivier Longre
"Oslo tropique" de Oslo Tropique

Au théâtre :

les nouveautés :
"Tout le monde ne peut pas être orphelin" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Et c’est un sentiment qu’il faut déjà que nous combattions je crois" au Théâtre Paris-Villette
"Pelléas et Mélisande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Powder Her Face" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Aux poings" au Théâtre de la Tempête
"Je suis le vent" au Théâtre de la Bastille
"La Veilleuse, cabaret holographique" au Centquatre
les reprises :
"Soeurs" au Théâtre de la Colline
"Un Poyo rojo" au Théâtre du Rond-Point
"Sherlock Holmes et le mystère de la vallée de Boscombe" au Grand Point Virgule
"Matthieu Penchinat - Que fuis-je ?" au Théâtre du Marais

Expositions :

les nouveautés :
"Dans les têtes de Stéphane Blanquet" à la Halle Saint-Pierre
"Victor Hugo - Dessins - Dans l'intimité du génie" à la Maison de Victor Hugo
"Augustin Rouart - La peinture en héritage" au Petit Palais
déjà à l'affiche :
"L'Empire des sens de Boucher à Greuze" au Musée Cognacq-Jay
"Pierres précieuses" au Muséeum national d'Histoire naturelle
"Elles font l'abstraction" au Centre Pompidou
"Peintres femmes, 1780-1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Moriyama – Tomatsu : Tokyo "à la Maison Européenne de la Photographie
"Tempêtes et Naufrages - De Vernet à Courbet " au Musée de la Vie romantique
"Edition Limitée - Vollard, Petiet et l’estampe de maîtres" au Petit Palais
"Divas - D'Oum Kalthoum à Dalida" à l'Institut du Monde Arabe
"L'Heure bleue de Peder Severin Krøyer " au Musée Marmottan
"Dali, l'énigme sans fin" à l'Atelier des Lumières
"Gaudi, architecte de l'imaginaire" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Médecin de nuit" d'Elie Wajeman
"Seize printemps" de Suzanne Lindon
"Josée, le tigre et les poissons" de Kotaro Tamura
"Il n'y aura plus de nuit" d'Eléonore Weber
Ciné en Bref avec :
"The Father" de Florent Zeller
"Adieu les cons" d'Albert Dupontel
"Promising Young Woman" d'Emerald Fennell
"ADN" de MAïwenn
"L'Etreinte" de Ludovic Bergery
"Garçon chiffon" de Nicolas Maury

Lecture avec :

"De la guerre" de Jean Lopez
"Hamnet" de Maggie O Farrell
"Les heures furieuses" de Casey Cep
et toujours :
"Minuit à Atlanta" de Thomas Mullen
"Les pièces manquantes" de Manon Gauthier
"Le roman des damnés" de Eric Branca
"La fille à la porte" de Veronica Raimo

Du côté des jeux vidéos :

Des streams tous les jours à 21H sur la chaine twitch de Froggy's Delight.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=