Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Commuter - Waiting For Words - T21 (Trisomie 21)
Le Glaz'Art  (Paris)  samedi 14 novembre 2009

Commuter a eu la lourde charge, en ce samedi de match de foot Irlande-France comptant pour la qualification à la coupe du monde en Afrique du Sud, d'ouvrir cette soirée dont on nous disait qu'elle allait être la dernière occasion de voir T21 sur scène à Paris.

En raison des horaires tendus afin de permettre à T21 de faire un long set, Commuter, artiste venu de Bretagne, rentre sur scène peu de temps après l'ouverture des portes devant une salle qui semble un peu vide.

Debout derrière une table de mixage et un ordinateur, il porte à t-shirt noir sur lequel est inscrit "Man Machine" en référence au mythique album des allemands de Kraftwerk. Son set a commencé sur des ambiances cold, ses compositions résonnaient de sons qui rappelaient les albums Electric Café ou The Mix de Kraftwerk. Au fur et à mesure les rythmes se faisaient plus techno, dans une montée en puissance sonique.

Commuter a brillamment réussi à chauffer la salle pour les groupes suivants. A l'issue de son set, il nous avouera avoir été surpris que des fans de T21 viennent lui dire avoir apprécié sa musique dont les influences sont pourtant clairement plus orientées techno que celles de la tête d'affiche.

C'est sans perdre de temps que les Waiting For Words installent leur matériel, claviers, batterie électronique et vidéo. Tout le set sera accompagné de projections afin de soutenir l'ambiance des morceaux.

Le groupe est emmené par un chanteur charismatique, ZeN, qui n'hésite pas à aller chercher le public.

Derrière ZeN, le groupe se compose de El Lute, qui arrive à fondre sa batterie électronique dans l'ensemble aussi harmonieusement que s'il s'agissait d'une boîte à rythme avec un cœur, et de Mikrotroniks aux claviers, en costume blanc, lunettes rondes et chapeau melon. Le visuel du groupe n'est donc pas oublié, avec la diffusion derrière le groupe de vidéos que n'auraient pas reniées les Buggles.

Ce groupe, qui a déjà bien traîné sa bosse sur les scènes européennes, propose une pop synthétique épique inspirée par les mélodies syncopées des groupes eighties comme Depeche Mode ou Camouflage.

Leur set se composera de morceaux de leur dernier maxi, The Curve, comme l'efficace et sombre "Cause I Do Believe" ou "AMD", hommage explicite à OMD (Orchestral Manoeuvre in the Dark, ou Manoeuvres orchestrales dans le noir comme le disent Sttellla dans leur chanson "Années 80 / Années septante-dix"), mais aussi de morceaux plus anciens, comme "Above the sky" ou "Traveling Man".

C'est avec la reprise de "Photographic" que Waiting For Words clôtureront ce concert, chanson que Depeche Mode avaient d'ailleurs sur leur set list de leur tournée Touring The Angels de 2007.

Les T21, jadis Trisomie 21, groupe culte qui s'était imposé au milieu des années 80 comme une réponse hexagonale à l'electronic body music européenne des Front 242, Cassandra Complex ou Nitzer ebb, en privilégiant un côté sombre et cold wave grâce à des lignes de basse mixées très en avant, montent enfin sur scène.

La salle est peu remplie pour un groupe qui avait pourtant fait salle comble lors de ses derniers passages parisiens. Le foot semble avoir eu raison de la volonté d'un certain nombre de fans de se déplacer, alors que cette date est annoncée comme le dernier concert parisien du groupe lillois.

Mais ceux qui sont là, cheveux poivre et sel pour certains, look gothique pour d'autres, ont pu apprécier un concert sans faute de goût, durant lequel se côtoyaient les morceaux les plus récents "Shakespeare", "The Camp" (taillée pour la scène) ou "Red or Green" et les vieux classiques "Il Se Noît", "La Fête Triste", "Waiting For" ou "Joh'burg".

En raison du peu d'affluence, la proximité avec le groupe permettra que se crée une atmosphère presque intime, où l'émotion était privilégiée par rapport à la puissance des basses et de la guitare de François Pavan. Les frères Lomprez termineront ce concert impeccable par une version de "Another Move", extrait de Works, qui laissera la part belle à l'improvisation.

Si c'était là leur dernier concert parisien, on peut affirmer que les T21 sont sortis par la grande porte.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Dits For The Commuter Belt de Bromheads Jacket
La chronique de l'album Yours Truly, The Commuter de Jason Lytle
L'interview de Commuter (samedi 14 novembre 2009)
La chronique de l'album A walk through the night de Waiting for words
Waiting For Words en concert à Interview (samedi 14 novembre 2009)
L'interview de Waiting for Words (juin 2004)
L'interview de Waiting for words (14 octobre 2005)
L'interview de T21 (Trisomie 21) (samedi 14 novembre 2009)
La chronique de l'album Happy Mystery child de Trisomie 21
La chronique de l'album Black Label de Trisomie 21
Trisomie 21 en concert au Black Dog (9 octobre 2004)
Trisomie 21 en concert à La Loco (28 novembre 2004)
L'interview de Trisomie 21 (9 octobre 2004)

En savoir plus :
Le Myspace de Commuter
Le site officiel de Waiting For Words
Le Myspace de Waiting For Words
Le site officiel de Trisomie 21
Le Myspace de Trisomie 21

Crédits photos Commuter et Waiting For Words : Frédéric Mayo (avec son aimable autorisation)
Crédits photos Trisomie 21 : Anne (avec son aimable autorisation)


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=