Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Waiting For Words
Interview  (Paris)  samedi 14 novembre 2009

Présents sur la scène musicale depuis plusieurs années, les Waiting For Words ont aussi à leur actif plusieurs albums. Dans un registre musical qui n'est que rarement placé sous les feux des projecteurs, ils nous retracent, quelques minutes avant d'ouvrir pour T21 (Trisomie 21) à Paris, leur parcours. Ils nous parlent aussi des difficultés, alors qu'un groupe comme La Roux remet la synthpop au goût du jour ou que le succès de Depeche Mode ne faiblit pas, de s'imposer en France lorsqu'on décide de jouer de la musique synthétique.

D'où venez-vous et quelles sont vos influences ?

El Lute : Nous sommes de la région parisienne. Personnellement mes influences, contrairement à ce qu'on pourrait croire, sont plutôt punk, rock, reggae, world music...

Mycrotronik : Quant à moi, depuis tout petit j'ai baigné dans des ambiances électro, Kraftwerk, Jarre, Tangerine Dream.

El Lute : Mais on prend ça comme une force. Nos backgrounds respectifs nous donnent une identité musicale propre qui nous permet de sortir du carcan de la synth pop.

ZeN : J’ai découvert la musique avec La Voix Du Lézard (ndlr : ex-Skyrock. Radio très importante dans la fin des 70’s/début 80’s pour la musique underground, new wave, experimentale)… donc Kraftwerk, Jarre, toute la new wave des 80’s (DM, Cure, Duran, OMD…) mais aussi Prince, Jackson, la pop… Donc oui, comme dit El Lute, une variété d’influences qui se ressent dans notre musique.

Vous vous revendiquez donc de la scène synth pop européenne ?

Mycrotronik : Il y a bien une scène européenne dont on fait partie.

El Lute : En même temps, de par nos influences, nous avons une identité propre. On fait la musique qui nous plaît. Si elle plaît aussi à un grand nombre tant mieux, et si elle ne plaît pas à d'autres, tant mieux aussi.

Mycrotronik : Nous n'essayons pas de rentrer dans une case ou dans une autre. La diversité de nos influences apporte une vraie richesse à nos compositions.

ZeN : Il est très dur de dire aujourd’hui ce qui est "synthpop" ou pas. Personnellement, je pense que nous faisons de la synthpop (pop avec des synthés), mais nous sortons tellement du format stéréotypé de ce style. Avec en plus les influences déjà citées, si nous devions nous situer, nous serions quelque part entre la New Wave, la Synthpop et une pop finalement assez classique. Mais ceci est un débat vraiment Français. Nous ne rencontrons pas ça en Allemagne, Belgique ou Angleterre… On peut jouer avec Universal Poplab, De/Vision, Onetwo… ou ce soir T21. Personne ne se pose vraiment la question… à part en France.

Dans votre style, est-il facile de trouver des dates de concert ?

El Lute : En effet, ce n'est pas simple. En Grande-Bretagne, nous en trouvons plus facilement qu'en France. Nous partageons alors la scène avec des groupes pop indie, dont les membres sont bien plus jeunes que nous. Mais en France, aussi bien à Paris qu'en province, c'est extrêmement dur.

Mycrotronik : Cela devient même de plus en plus difficile.

ZeN : Nous revenons d'Allemagne et nous avons pu constater que là-bas le public sort plus qu'en France. Depuis quelques années, nous remarquons d'ailleurs que le public parisien sort de moins en moins. Avec la fermeture de la Loco, qui arrive après une succession de fermetures ou d’interdictions de concert, commence enfin un débat nécessaire autour de ce phénomène.

Comment s'organisent vos concerts ?

ZeN : Puisque nous n'étions pas soutenus, nous nous sommes organisés en coopération. Nous avons notre propre web radio. Et je me suis associé avec Joris pour créer Night Live Events. A travers cette structure, nous organisons des évènements pour d'autres artistes et lorsqu'il y a un concert à organiser pour Waiting For Words, cela passe par Night Live Events.

El Lute : Nous avons toujours tout fait nous-mêmes. Déjà auparavant, nous organisions nos propres concerts, pressions et distribuions nos albums. C'est la première fois en vingt ans d'existence que nous signons sur un label (ndlr : le label anglais Foundry Records).

Au niveau claviers, qu'utilisez-vous ?

Mycrotronik : Pour le live, nous utilisons un clavier Korg et un clavier maître relié à un expander virus.

El Lute : Pour les rythmiques, des séquences sur ordinateur et des drums et percussions électroniques live.

ZeN : Nous intervenons aussi au niveau mixage. Nous avons notre propre table de mix. Et puisqu'on n'est jamais aussi bien servi que par soi-même, nous connaissons nos réglages par cœur. Nous travaillons donc en aval pour l'ingénieur du son.

Votre reprise de "Photographic" de Depeche Mode n'a-t-elle pas un côté rétro-futuriste ?

Mycrotronik : Cette reprise est venue d'une collaboration avec Foretaste. Je ne sais pas si c'est rétro-futuriste, mais c'est un morceau que nous avons beaucoup de plaisir à jouer.

ZeN : Nous avons toujours eu une reprise de Depeche Mode dans le set. Durant un temps, ça a été "Enjoy The Silence". Nous avons aussi fait "Clean", "Nothing" et "Sun and The Rainfall". C'est essentiellement un public fan de Depeche Mode qui vient dans les évènements où nous nous produisons. Donc nous nous faisons plaisir et ça fait plaisir au public. Cependant nous reprenons aussi parfois d'autres artistes, comme OMD ou Camouflage. Lors des prochains concerts, nous souhaitons faire d'autres reprises, parfois plus surprenantes.

Votre nouveau maxi, The Curve est sorti sur des plate-formes de téléchargement. Allez-vous l'éditer sous une autre forme ?

ZeN : Nous venons de recevoir le premier carton de cds aujourd'hui pour le mettre en vente à l'issue du concert. The Curve, sous forme de cd, sera en vente dans les principales enseignes de vente de disques d'ici une dizaine de jours. Nous continuons donc à proposer le support physique en plus du digital.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album A walk through the night de Waiting for words
Waiting For Words en concert au Glaz'Art (samedi 14 novembre 2009)
L'interview de Waiting for Words (juin 2004)
L'interview de Waiting for words (14 octobre 2005)

En savoir plus :
Le site officiel de Waiting For Words
Le Myspace de Waiting For Words


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=