Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Silvain Vanot
Bethesda  (Megaphone / Coopérative Music)  octobre 2009

Bethesda signifie "la maison de Grâce" en hébreu et correspond aussi aux Bains de Jérusalem, tels qu’on les nomme, paraît-il, dans le Nouveau Testament.

Référence étonnante pour ce sixième album de Silvain Vanot, sorti huit années après le dernier en date, Il Fait Soleil (2001). Cette période de retrait a permis au chanteur de s’extraire de l’industrie musicale, qu’il estimait de plus en plus faussée, et lui a donné la possibilité de se tourner vers d’autres projets, plus discrets, mais non moins passionnants. Outre sa collaboration avec Mareva Galanter, il a rédigé un livre sur Bob Dylan et effectué la Bande Originale du film de Jean-Marc Moutout, Violence des échanges en milieu tempéré − film houellebecquien qui montre le jeu du pouvoir en entreprise et ses conséquences sur la vie privée des salariés : oeuvre implacable sur la cruauté des rapports professionnels soumis au patronat.

On peut avancer sans se tromper que les chansons de Silvain Vanot s’expriment selon la même modalité, portant un regard sans concession sur le monde : les rapports humains, tissés de mensonge, sont examinés au scalpel. On n’a d’ailleurs pas oublié Corvéable à Merci de son premier album, dont la charge de colère résonne encore aujourd’hui.

L’écriture exigeante de Vanot se retrouve aujourd’hui dans Bethesda. Ce disque a été enregistré dans un petit village du Pays de Galles, près d’une carrière d’ardoise, dont le nom est Bethesda… "Il y avait les montagnes avec la neige derrière ; en cinq minutes de voiture on se retrouvait au milieu des lacs, dans le désert total. La force tellurique de cette terre, je crois qu’on en a profité…", précise-t-il dans une interview. Si les chansons ont conservé l’intensité habituelle du chanteur, elles ont gagné en apaisement et apportent une sécheresse digne du meilleur Neil Young (influence majeure et jamais démentie de Sylvain Vanot).

Cet isolement explique aussi la grande liberté avec laquelle l’album a été produit – liberté mélodique (la voix aiguë assumée totalement), liberté de ton, de style (la musique se déploie de bout en bout selon une instrumentation artisanale), de rythme (la lenteur, surtout, apporte paradoxalement à l’ensemble un dynamisme, et une profondeur). Les textes conservent leur concision, et leur gravité ("Rivière", "Bambi / Forêt Noire", "O Mon Tour") ; leur caractère elliptique  − qui correspond à un degré au-dessus du dépouillement – ("Nature Boy", "Bois Flottant") ; enfin leur humour, noir, comme sur "Implacable" dont on peut reprendre les premiers mots : "J’aimerais coucher avec toi / Pour me venger de ton père / (…) Parce que ta mère est trop vieille…". Vaste programme de la part d’un auteur qui n’a rien perdu de sa verve, ni de sa force poétique.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Une 2ème chronique de l'album Bethesda de Silvain Vanot
La chronique de l'album Ithaque de Silvain Vanot
Silvain Vanot en concert à L'Archipel (samedi 9 janvier 2010)
Silvain Vanot en concert au Grand Mix (jeudi 11 mars 2010)
L'interview de Silvain Vanot (mardi 22 décembre 2009)

En savoir plus :
Le site officiel de Silvain Vanot
Le Bandcamp de Silvain Vanot
Le Facebook de Silvain Vanot


David Falkowicz         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Silvain Vanot (22 décembre 2009)


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=