Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Combichrist - Rammstein
Bercy  (Paris)  mercredi 9 décembre2009

Quatre ans après leur dernière tournée pour l'album Reise, Reise, le groupe de metal allemand est enfin revenu à Paris. C'était donc l'occasion pour moi de prendre ma revanche et m'acheter un billet avant que les stocks ne soient écoulés. J'ai failli encore rater le coche mais, heureusement, ils ont ajouté une date le 9 décembre. Tout ça pour dire que ça faisait quatre ans que j'attendais ce moment et six mois que je gardais précieusement le billet.

Et voilà, vingt heures presque précises, la première partie commence avec Combichrist, un groupe de techno hardcore Norvégien qui chauffe la salle à coup de batteries puissantes et sons eĺectro. Le chanteur (Andy LaPlegua) à la voix caverneuse a de l'énergie à revendre sur la scène qu'il parcourt de long en large. Les deux batteurs se déchainent sur leurs instruments. Les baguettes volent et, peut-être excédés que des éléments de sa batterie tombent régulièrement sous le poids de sa force, un des deux batteurs va jusqu'à balancer deux de ses tambours sur l'autre batteur. L'ambiance est déjà très chaude... Dans le public, nous sommes tous debout, gradins compris. Andy LaPlegua dédicace une dernière chanson à Rammstein, histoire d'exciter le public un peu plus, et termine avec "What the F*ck Is Wrong with You People ?". Bon son. Bon échauffement.

21h. Les lumières s'éteignent. La salle bouillonne. Sur l'intro de "Rammleid" (premier morceau de leur petit dernier : Liebe ist für alle da ou LIFAD pour les intimes), le groupe fait son entrée à coups de hache qui transpercent les parois en fond de scène. Une lumière blanche jaillit vers la salle à chaque éventrement. Till Lindemann se présente en dernier dans son tablier rouge et entame la chanson, en dévoilant un appareil lumineux dans sa bouche. Dès les premières syllabes, sa voix méchamment caverneuse nous lobotomise. Déjà à bloc, nous scandons "Ramm...Stein !" les poings levés.

Suivent deux autres morceaux de LIFAD : "B********" et "Waidmann's Heil". Déjà les premiers feux d'artifice explosent et les premières flammes jaillissent de la bouche des guitaristes et du chanteur. Même en étant éloigné de la scène, on sent la chaleur des flammes dans le Palais Omnisport. Heureusement qu'ils ont prévu les ventilateurs géants qui descendent régulièrement faire de l'air.

Petit retour vers le passé ensuite avec "Keine Lust" (de Reise, Reise), "Weisses Fleisch" (de Herzeleid) et "Feuer Frei !" (de Mutter). Nous sommes en effervescence devant ces flammes qui sortent du plafond et sol. Il faut dire le groupe a pris le soin de ne choisir que des chansons bien enragées ce qui, certes, ne manque pas dans leur discographie.

Le groupe revient ensuite sur la présentation de LIFAD. Till, assis par terre, éteint la lampe de chevet qui illumine la scène avant de commencer à chanter "Wiener Blut", qui fait référence à l'histoire de l'Autrichien qui a séquestré sa fille dans une cave. Pour souligner l'ambiance morbide, des poupées pendues descendent au-dessus de la scène et finissent par tomber une à une sous l'effet de feux d'artifice qui brisent les fils.

A la fin du morceau, le groupe quitte la scène et laisse Christian Lorenz "Flake" à ses claviers. Celui-ci joue, comme d'habitude, le rôle de l'esclave de Till, à qui il essaie d'échapper, en vain. L'ambiance prend alors une touche plus suave avec "Frühling in Paris". Mais ça n'est qu'une courte parenthèse avant "Ich tu dir weh" ("Je te fais du mal") où Till martyrise à nouveau Flake en le jetant dans une baignoire, avant de s'élever à environ six mètres sur une colonne, avec un pot de lait à la main, pour lui déverser une douche de feu d'artifice. La baignoire explose de pétards à son tour et Flake en sort d'une nouvelle combinaison argentée.

Puis, le groupe enchaine avec le morceau "Liebe ist für alle da" et alterne de nouveau avec des morceaux des albums précédents. Sur "Benzin" (Rosenrot), Till asperge de feu un courageux volontaire (en habit anti-brûlure) venu sur scène. Puis il entame quelques pas militaires sur "Links 2 3 4" (Mutter) avant de terminer sur "Du hast" (Sehnsucht).

Le groupe s'éclipse après 1h15 de guitares saturées (de Paul Landers et Richard Zven), batterie et basse déchainées (Christoph Schneider et Olivier Riedel) et clavier excentrique. Le public en furie joue le jeu et Rammstein revient sur le très attendu "Pussy" (LIFAD). Till déverse ses paroles crues et conclut le morceau en chevauchant une machine de forme conique, de laquelle il envoie une éjaculation de mousse sur la première fosse, en se déplaçant sur la largeur de la scène pour être sûr de n'épargner personne.

Après "Sonne" de l'album Mutter, Flake se lance dans un slam à travers la foule sur un bateau pneumatique. Il fait le tour de cette marée humaine, guidé de main en main. A son retour sur scène, le groupe assis dans un coin porte un toast à l'anniversaire du guitariste Paul Landers. Avant de nous servir un "Ich will" (Mutter) bien rodé et de nous quitter à nouveau.

Dans la salle nous sommes complètement déchainés. On obtient un retour avec "Engel" (Sehnsucht) où Till apparaît avec de grandes ailes d'ange. Puisqu'un concert de Rammstein est un spectacle pyrotechnique et quelque peu "pyromane", il fallait que le groupe nous "allume" une dernière fois avec des flammes sortant des extrémités des ailes...

Après 1h40 de défoulement, il ne nous reste plus qu'à laisser retomber l'effet euphorisant de ce concert, à la hauteur de la réputation du groupe. Un moment transcendant.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Rammstein en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2013
Rammstein en concert à Download Festival

En savoir plus :
Le site officiel de Combichrist
Le Myspace de Combichrist
Le site officiel de Rammstein
Le Myspace de Rammstein


Ed         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=