Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Wreckless Eric & Amy Rigby - Yo La Tengo
Bataclan  (Paris)  lundi 30 novembre 2009

Il y a quelques rares groupes comme Yo La Tengo que l'on suit depuis des années, presque innombrables, dont on possède albums, singles et t-shirts en tout genre.

Des groupes qui peuvent tout se permettre et que l'on ne lâcherait pas même si leurs albums n'étaient plus que des rééditions de chutes de studios de ces 20 dernières années. D'aileurs, sans doute même que l'on adorerait ça !

Quoi qu'il en soit, on ne rate pas plus un concert de Yo La Tengo qu'un supporter de foot ne ratera la France en finale de coupe du monde et nous étions nombreux ce soir là au Bataclan dans le même cas. Même si le balcon était vide, les fans étaient venus nombreux pour cette messe païenne et sonique.

Et alors que nous, disciples de la sainte Trinité Ira/Georgia/James, arrivons tranquillement dans le bataclan, nous voilà cueillis et accueillis par une première partie dans la grande lignée des premières parties de l'histoire du rock.

C'est en effet une partie du staff de Yo La Tengo, si l'on en croit ce que nous disent ces deux quinquagénaires délicieusement drôles, énergiques et touchants.

Lui fait la cuisine, elle s'occupe de leurs vêtements (T-shirts, jeans, etc.).

On apprend également qu'ils se sont mariés peut-être un peu à cause de Yo La Tengo. En effet, ils se sont rencontrés à l'un de leurs concerts.

Quoi qu'il en soit le show de Wreckless Eric et Amy Rigby est à la hauteur de leur humour très british (et en français dans le texte) : décapant et réjouissant.

Ils tenteront une version "plus désaccordée" (selon Eric) de "You Tore Me Down" des Flaming Groovies, chanson que Yo La Tengo avait déjà reprise sur leur album Fakebook.

Après cette parfaite mise en condition, idéale à la fois après la journée de boulot et la pluie battante qui nous attend dehors, les Yo La Tengo arrivent discrètement sur la grande scène du Bataclan sur laquelle le trio est à mon goût disposé de façon à se retrouver très éloignés les uns des autres, ôtant cette intimité propre à ce groupe.

Mais ce n'est qu'une impression et la complicité des Américains ne tarde pas à se faire sentir et se communiquer au public de toute façon déjà conquis. Ca commence doucement, avec Kaplan au clavier qui ne tardera pas à donner de la voix, Hubley étant installée bien loin derrière sa batterie, dos à un décor reprenant les boutons de la pochette de leur nouvel album sorti en septembre.

Après cette introduction en douceur, Ira Kaplan empoigne sa guitare et les choses sérieuses commencent.

La pop de Yo La Tengo, celle qui grince, qui bruite, qui rocke sur d'incroyables mélodies rythmées par l'inimitable jeu de batterie de Georgia remplit le Bataclan, nos oreilles et nos coeurs. Kaplan arc-bouté sur sa guitare fait frémir ses amplis, virevolter son instrument sous le regard impassible de ses camarades de jeu.

Le groupe alternera tout au long du concert les titres du nouveau disque, trop neuf encore, et les valeurs sûres, de presque toutes les époques déchaînant l'enthousiasme du public partagé entre le bonheur jubilatoire de voir (et d'entendre) Kaplan jouer avec ses pédales d'effets et maltraiter sa guitare (le roadie avait fort à faire pour refaire une santé aux guitares aussi souvent et rapidement) et l'émotion lorsque Georgia s'avance gauchement sur scène pour quelques superbes versions acoustiques.

Toujours très concentrés, les trois compères ne pourront davantage contenir leur joie lorsque le duo de la première partie les rejoindra sur scène pour une rock endiablé, riants de l'énergie dévastatrice de Wreckless Eric.

Pour finir, le facétieux Ira proposera au public de choisir les titres du rappel mais je le soupçonne de n'en avoir fait qu'à sa tête pour notre plus grand bonheur de toute façon.

Bonheur définitivement comblé lorsqu'il nous dédicacera, tout sourire, vyniles et t-shirts. La classe jusqu'au bout...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Summer Sun de Yo la Tengo
La chronique de l'album I'm not afraid of you and I will beat your ass de Yo La Tengo
La chronique de l'album Fade de Yo La Tengo
Yo La Tengo en concert au Festival de Dour 2003
Yo La Tengo en concert au Nouveau Casino (12 juillet 2003)
Yo La Tengo en concert au Festival La Route du Rock 2005 (vendredi)
Yo La Tengo en concert au Festival Primavera Sound 06 (jeudi)
Yo La Tengo en concert à Pitchfork Music Festival Paris #3 (édition 2013)
La conférence de presse de Yo La Tengo (12 août 2005)

En savoir plus :
Le site officiel de Wreckless Eric
Le Myspace de Wreckless Eric & Amy Ribdy
Le site officiel de Yo La Tengo
Le Myspace de Yo La Tengo

Crédits photos : David Didier (Toute la série sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=