Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Féline
La Féline EP  (Haute Félidée / Believe)  novembre 2009

Ca commence comme un inédit d’Ennio Morricone pour Sergio Leone, guitare surf aigrelette chevauchant de grands espaces désolés. Ca se poursuit par une évocation du "Mystery Train" (dernier 45 tours Sun de Presley), couplets frenchys enlacés au fier refrain anglais… Et le nom du groupe est un clin d’œil au célèbre film de Jacques Tourneur, le plus américain de nos réalisateurs.

Malgré ces références US, les musiciens de La Féline savent se tenir à distance de toute considération "puriste" : pas besoin d’enregistrer à Nashville pour évoquer un quelconque grand Ouest. Leurs influences western sont post-modernes, digérées par l’histoire de l’Art : Amérique à la Jarmush ou Lynch, mythes réappropriés avec une sensibilité européenne, sans décorum graisseux typique – drapeau sudiste, Stetson et tout le toutim.

Chaleur des guitares folk rafraîchie à l’ombre des home studios… la musique du groupe est transfrontalière et passe bientôt à autre chose : les titres suivant se font un peu plus électroniques, entre synthés vintage d’un Laurent Sinclair (clavier historique de Taxi Girl) et nappes cotonneuses d’une BO de Sofia Coppola (Sébastien Tellier, Air).

La voix d’Agnès Gayraud a des inflexions qui rappelent Natacha Tertone ("Le Grand Déballage") ou Armelle Pioline (du groupe Holden). Elle se revendique de Kate Bush, mais s’avère encore trop timide pour rivaliser… Un peu noyé dans le mix actuel, son chant gagnerait à être mieux assumé : il ne faut pas avoir honte des voix ténues ; surtout lorsque celles-ci ont de bonnes mélodies à se mettre sous la dent ! (Note : dans certaines vidéos disponibles sur son Myspace, on l’entend chanter plus distinctement, et c’est très réussi).

Sur une page web qui leur est consacrée, on trouve cités comme influences à la fois le "Jezebel" de Gene Vincent… et Gorgio Moroder ! Ou bien, en grand écart encore plus bizarroïde : Colette Magny et Prefab Sprout. Si la pose est connue – refuser une quelconque étiquette – la musique n’a pas besoin de tels chichis : il perce derrière tout ça assez de singularité pour ne pas s’encombrer de ces milliards de références.

L’intitulé des titres, chantés en deux langues, dit encore cette versatilité d’inspiration : passant d’un "Mystery Train" à "Superman", saluant les "Three Graces" et finissant par un clin d’œil au "John McCabe" du film d’Altman… Tout cela part un peu dans tous les sens, mais c’est un pêché de jeunesse d’autant plus vite pardonné… que les chansons sont bonnes, et s’impriment durablement dans le cervelet.

Malgré une configuration réduite à 3 musiciens, l’univers de La Féline propose une multitude de pistes intéressantes, et l’on a hâte d’entendre ce que le groupe offrira, lorsqu’il aura canalisé son inspiration. Dans sa version téléchargeable, le EP est d’ores et déjà augmenté d’un bel inédit en français, plus quelques remix pour allonger la sauce… en attendant le LP.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Wolf & Wheel EP de La Féline
La chronique de l'album Adieu L’enfance EP de La Féline
La chronique de l'album Adieu L’enfance de La Féline
La chronique de l'album Triomphe de La Féline
La chronique de l'album Royaume EP de La Féline
La chronique de l'album Vie Future de La Féline
L'interview de La Féline (16 décembre 2010)

En savoir plus :
Le Myspace de La Féline


Nicolas Brulebois         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

La Féline (16 décembre 2010)


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=