Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Eric Rohmer
1920-2010  janvier 2010

Le cinéma perd son conteur

Le Cinéma est affaire de réalisateurs, voir de metteurs en scène. Cette réalité évidente, ne l’était pas avant que François Truffaut, alors jeune loup aux dents acérées, n’écrive en 1955 un long texte paru dans les Cahiers du cinéma (couverture jaune) et soutenu par André Bazin, rédacteur en chef de la revue.

"De la politique des auteurs", remettait au centre de la problématique cinématographique, le réalisateur/metteur en scène, comme seul auteur véridique de l’œuvre projetée.

Cela, naturellement cachant une autre charge, à la hussarde celle là (quoi que !) contre "une certaine idée de la qualité du cinéma français" qui avait comme but non avoué (mais le savaient-ils) de faire table raz du passé et d’offrir quelques années plus tard la fraîcheur attendue d’une nouvelle vague.

Même si aujourd’hui, la remise en question de ce coup d’état ne fait plus de doute, on ne peut pas nier l’émergence d’un grand nombre de talent qui certains ont signés nombres de films qui resteront comme référence dans l’histoire du Cinéma.

Éric Rohmer (1920-2010) faisait partie de ceux qui, avec Jean-Luc Godard, François Truffaut, Jacques Rivette, Claude Chabrol entre autres, ont su conjuguer l’image et le verbe au même temps.

Éric Rohmer se savait littéraire avant d’être homme d’image. N’a-t-il été rédacteur des Cahiers entre 1957 et 1963. Entretenant encore, la flamme de ce mouvement qui ne s’éteindra définitivement qu’en 1968.

De son vrai nom Maurice Joseph Schérer né à Tulle, l’homme de cinéma sera d’abord prof de littérature avant de rejoindre les bancs de la cinémathèque et retrouver la bande des Cahiers. Il défendra des réalisateurs tels Rossellini, Renoir Hawks ou encore Mizoguchi. Mais il est également et surtout un grand défenseur Hitchcock comme son compasse Truffaut. Comme l’auteur des "400 coups" il consacrera un livre au Maître du suspense co-signé avec Chabrol.

On connaît son talent journaliste, sa prose le conduira en 1959 a écrire et signer son premier film "Le signe du lion" mais il faudra attendre 1969 pour qu’il se voit consacrer avec son film "Ma nuit chez Maud". Déjà présent dans "Ma nuit", on perçoit chez l’auteur, cet observateur des comportements amoureux. Il profitera de son regard pour nous offrir une œuvre que l’on croit légère et dont la complexité se lit dans chaque plan. Et pour bien souligner qu’un film n’est pas une œuvre isolée dans le temps de la projection, il organise des cycles dans lesquels ses films prennent tout naturellement place.

"Contes moraux", "Comédies et proverbes", "Contes des quatre saisons". Autant de chapitres qui résume parfaitement ses paroles : "que mes films sont des contes, pas des contes de fées, mais des contes réalistes comme ceux de Maupassant".

Il reçu en 2001, un Lion d’Or au Festival de Venise pour l’ensemble de son œuvre.

 


        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 10 janvier 2021 : En route pour l'aventure

On ne sait pas encore ce qui nous attend en 2021, espérons pouvoir enfin retourner voir des spectacles bientôt, en attendant on va essayer d'organiser de nouveaux des concerts en live sur notre chaine Twitch. On vous en parle bientôt. D'ici là, voici la sélection de la semaine.

Commençons par le sommaire et le replay de la Mare Aux Grenouilles #18

Du côté de la musique :

"Vivaldi, Le quattro stagioni" de Alexandra Conunova
"Contrastes" de Duo W
"Beethoven, si tu nous entends" de La Symphonie de Poche & Nicolas Simon
"Ras la trompe" de Lila Tamazit Trio
"La sélection de Julien Bousquet" émission #6 de Listen In Bed
"Fleurs" de Mélody Louledjian & Antoine Palloc
"Monks of nothingness" de Olivier Lasiney & Yantras
"In paradisum" de Schola Cantorum of the Cardinal Vaughan Memorial School
et toujours :
"Le cas très inquiétant de ton cri" de MelmACHello
"Douze oiseaux dans la forêt de pylônes électriques" de Nicolas Jules
"L'allégresse" de DaYTona, la 200ème chronique de CycoLys
"Across the universe" Saison 2, Mix 7, encore un beau mix de Listen In Bed
"Hiver(s)" de Matthias Billard

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Le dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"Ali Baba" de Macha Makeieff
"Mon père avait raison" de Sacha Guitry
"Adieu Monsieur Haffmann" de Jean-Pierre Daguerre
"Le canard à l'orange" de Marc-Gilbert Sauvajon
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Madame Arthur ose Bashung"

Expositions :

en virtuel :
"Picasso et la bande dessinée" au Musée Picasso
"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Soulages" à l'Espace Lympia
"Christian Dior, couturier du rêve" au Musée des Arts Décoratifs
"Bacon en toutes lettres" au Centre Pompidou
"Turner, peintures et aquarelles - Collections de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Delacroix" au Musée du Louvre
"Berthe Morisot" au Musée d'Orsay

Cinéma :

at home :
"Dim Sum Funeral" de Anna Chi
"Son of Sofia" d'Elina Psykou
"Fin du monde" de Carolina Hellsgård
"Brooklyn" de Pascal Tessaud
"Hôtel Fantôme" de Daniel Kehlmann
"Motherland" de Tomas Vengris
"La classe volante" de Kurt Hoffmann
et un regard vers le cinéma hollywoodien avec :
"Le plus grand cirque du monde" de Henry Hathaway
"Une étoile est née" de William Wellman
"La Taverne de la Jamaïque" d'Alfred Hitchcock
"Top Secret" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Inside story" de Martin Amis
"Là où nous dansions" de Judith Perrignon
"Le bonheur est au fond du couloir à gauche" de J.M. Erre
"Les douze morts de Napoléon" de David Chanteranne
"Tiger" de Eric Richer
"Un papillon, un scarabée, une rose" de Aimee Bender
et toujours :
"59 rue des Archives" de Bruno Guermonprez, David Koperhant & Rebecca Zissmann
"Oeuvres complètes III" de Roberto Bolano
"Vox populi" de Thomas Harnois

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=