Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le roi nu
Théâtre de la Tempête  (Vincennes)  janvier 2010

Fable de Evguéni Schwartz, mise en scène de Philippe Awat, avec Anne Buffet, Eddie Chignara, Mikael Chirinian, Florent Guyot, Dominique Langlais, Pascal Oudot, Bruno Paviot, Magali Pouget et Francis Ressort.

Evguéni Schwartz utilisait, comme d'autres auteurs dissidents des avant gardes russes de la période révolutionnaire enserrés dans l'étau du constructivisme soviétique, la stratégie du contournement stylistique par le biais d'un avatar du conte pour enfants emprunt à la fois de naïveté et de vérisme pour disait-il non pas "dissimuler une signification, mais pour dévoiler, pour dire à pleine voix, de toutes mes forces, ce que je pense".

Dans "Le roi nu" écrit en 1934, il recombine notamment trois contes d’Andersen ("Le porcher amoureux", "La princesse au petit pois et Les habits neufs de l’empereur"), pour diffuser - tenter en l’occurrence puisque cette pièce a été interdite en son temps avant même d'être créée - une critique radicale de tous les totalitarismes, produits monstrueux de la terreur et du conformisme, et ce du stalinisme au nazisme, doublée d‘une satire sociale.

Phlippe Awat a opté pour un univers qui s’inspire du contexte artistique contemporain à l’opus, en empruntant simultanément au cartoon, alors en son âge d'or, et au grotesque, le premier comme version animée de l'art russe traditionnel de la caricature russe et le second déclinaison de l’expressionnisme qui sévissait outre-Rhin.

Dans une scénographie très épurée de Valérie Yung, privilégiant la ligne droite selon l’esthétique art déco, qui se pare de décors graphiques habilement conçus par Fanny Paliard s'animant sous les lumières travaillées de Nicolas Faucheux, l'ensemble évoquant les codes dadaistes, se déroulent les aventures d'une princesse éprise d'un porcher (Francis Ressort) qui, grâce à la pugnacité et l'ingéniosité de ce dernier et de son acolyte (Dominique Langlais), va pouvoir éviter le mariage avec un tyran psychotique craignant les mésalliances, et de la mésalliance à la théorie pseudo scientifique de la race pure …

La mise en scène au cordeau est soutenue par un rythme rapide voire trépident qui, fort judicieusement, ne s’apesantit pas sur la teneur politique, Philippe Awat ayant suffisamment confiance dans l’acuité du regard du spectateur pour ne pas faire dans la redondance.

Tous les personnages font l’objet d’un traitement très individualisé, des costumes (avec la patte inspirée de Dominique Rocher) au jeu, de manière à leur donner une certaine épaisseur sans pour autant les dépouiller de leur potentiel comique, ridicule ou burlesque.

Dans la famille des puissants, il y a donc le roi petit, le drôlissime François Frapier qui joue également le rôle du poète de la Cour genre Caramels fous, sa fille la princesse, petite elle aussi, croisement d’une culbuto et d’une toupie à qui Pascale Oudot donne une verve pétulante, et le tyran monté en graine genre échassier - car Philippe Awat joue également sur la morphologie des personnages pour composer sa distribution ce qui ajoute une dimension très visuelle à la charge moqueuse - dont Eddie Chignara, qui a parfois des accents à la Elie Kakou, réussit une composition particulièrement bouffonne de bêtise terrifiante.

Autour d'eux, sévit un aéropage également haut en couleurs et irrésistible : cuisinier poussif et chambellan capitaine des dragons hennissant (Bruno Paviot), une Heidi reconvertie en gouvernante kapo (Magali Pouget), ministre des tendres sentiments genre Barbie adoptée par la famille Adams (Anne Buffet) et premier ministre taraudé par sa compromission (Mikaël Chirinian).

Les comédiens, tous au taquet, dispensent une jubilatoire farce chorale dont l'arme est le rire sous toutes ses formes et le matériau le mot souvent trituré, même si le premier prend ici un peu le pas sur le second en raison de l'abondance créative du spectacle.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=