Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Eiffel
Les yeux fermés  (Labels)  mars 2004

Téléphone Exit, Noir Désir Out, qui reste-t-il dans le monde rock français ? Et bien sans doute Eiffel qui, contrairement à ce que pensait un éminent critique musical, ne restera pas qu’un point d’ancrage apprécié des radios pour remplir leurs quota de chansons françaises.

Eiffel, c’est une ambition terrible pour tenir sans faire de compromis, c’est le rock sauvage et brut, au sens animal des termes, loin du petit rock policé pour jeunes gens de bonnes familles, c’est un sens mélodique aigu et des compositions qui tiennent le choc de l'acoustique, c’est l’énergie d’une écriture incisive qui sait prendre le temps de l’émotion tout en évitant la pop, c’est une voix aux limites du cri qui navigue des brûlots hard rock à la tendresse amoureuse.

Formé en 1998, guitares, basse, batterie et claviers, Eiffel c'est deux albums Abricotine (2001) et Le quart d'heure des ahuris (2002) et des centaines de concerts. Car Eiffel a bien compris que seul le live pouvait les faire connaître et leur permettre d'exprimer, et de partager, ce plaisir violent qu'il éprouve à jouer.

Comme Romain Humeau, auteur-compositeur, nous le confiait en interview : "Des fois il suffit de dix secondes dans un morceau au début du concert pour que tout bascule irrémédiable dans le génial ou dans le mauvais. C’est la vie. C’est Le live. Eiffel c’est la vie c’est le live !".

Pour nous le confirmer et nous le prouver en cas de besoin, Eiffel sort un superbe double album live Les yeux fermés absolument indispensable !

Le premier disque, consacré aux concerts électriques enregistrés pendant leurs dates parisiennes, permet de retrouver les incontournables d'Eiffel dans des déclinaisons rock de toute beauté.

De l’urgence psalmodiée de "Il pleut des cordes" enchaîné sur la puissance noisy de "T’as tout, tu profites de rien", du rock tripal avec "Au néant" au punk rock aux accents hagenien de "Hype", des guitares saturées de "Ne respire pas" à l'entêtant "Off" avec un clin d'oeil à Dutronc.

Et puis deux versions longues ahurissantes (sic!) de "Te revoir" et en clôture une apocalyptique "Douce adolescence".

Par ailleurs, Eiffel aime explorer et même si "Nous sommes un groupe de rock donc on a choisi d’aller dans le sens du bruit mais il y a d’autres choses qui nous plaisent et on va éclairer différemment", d'où le projet de live plus acoustique, avec des instruments à cordes et à vent. Et le deuxième disque restitue l’ambiance plus intimiste de ces concerts intitulés spéciaux, enregistrés à Rennes et Paris où le groupe s'est entouré de violons, alto, violoncelle et hautbois.

Ces concerts permettent de constater l'une des influences revendiquées d'Eiffel, en l'espèce la chanson française, la "vieille" chanson française comme il nous l'avait précisé, celle de Vian, Brassens, Ferré, Gainsbourg et Brel auquel il rend un vibrant hommage avec une exceptionnelle interprétation du "Plat pays".

Trois morceaux présents en électrique et en spécial permettent de vérifier l'excellent travail d'écriture et d'arrangement accompli par Romain Humeau. "Sombre", avec une longue intro à la flûte byzantine et hypnotique, nous emmène dans les jardins persans chers à Shéhérazade, "Les yeux fermés" se love autour d'une guitare et "Ne respire pas" flirte avec des déluges de cordes tsiganes.

Bien sûr, impossible de renoncer totalement à l'énergie et aux décibels du rock. Ainsi si "Les écorchés" démarrent sur des cordes plaintives, les riffs de guitare ne sont pas loin et quand la batterie s'en mêle...on frôle la perfection !

A écouter sans modération donc ...et ne ratez pas leur prochaine tournée !

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Live aux Eurockéennes de Belfort 6 juillet 2003 de Eiffel
La chronique de l'album Ma part d'ombre de Eiffel
La chronique de l'album Tandoori de Eiffel
La chronique de l'album Le Temps des Cerises et Gagnants / Perdants de Eiffel - Noir Désir
La chronique de l'album A Tout Moment de Eiffel
Eiffel parmi une sélection de singles (juin 2012)
La chronique de l'album Foule Monstre de Eiffel
La chronique de l'album Stupor Machine de Eiffel
Eiffel en concert à La Cigale (22 octobre 2003)
Eiffel en concert à La Maroquinerie (15 janvier 2007)
Eiffel en concert au Bataclan (4 avril 2007)
Eiffel en concert au Festival Class'Eurock 2007
Eiffel en concert à l'Olympia (19 novembre 2007 )
Eiffel en concert au Fil (jeudi 29 octobre 2009)
Eiffel en concert au Bataclan (mercredi 18 novembre 2009)
Eiffel en concert à Flèche d'or (lundi 14 décembre2009)
Eiffel en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (jeudi 15)
Eiffel en concert au Centre Culturel Paul Baillart (jeudi 6 mai 2010)
Eiffel en concert au Festival Le Chant de Foire #15 (2010)
Eiffel en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 6 août 2010)
Eiffel en concert au Zénith (vendredi 15 octobre 2010)
Eiffel en concert au Trianon (mercredi 28 novembre 2012)
L'interview de Eiffel (octobre 2003)
L'interview de Eiffel (8 décembre 2006)
L'interview de Eiffel (31 août 2009)
L'interview de Eiffel (vendredi 6 août 2010)
L'interview de Eiffel (mercredi 12 septembre 2012)
L'interview de Eiffel (mercredi 22 février 2019)


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Eiffel (26 avril 2019)
Eiffel (12 septembre 2012)
Eiffel (7 août 2010)
Eiffel (31 aout 2009)


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=