Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jacques Dutronc
Arènes de l'Agora  (Evry)  samedi 9 janvier 2010

Quelle mouche Corse a donc piqué Jacques Dutronc ? Retiré depuis des années sur l'Île de Beauté, le beau Jacques y jonglait avec un emploi du temps de ministre (Corse) : siestes, cigares, whisky et chats. La dernière fois que l'on a entendu parler du Playboy des 60's (la version "chanteur"), cela remonte à sa tournée de 1992.

L'événement est donc de taille. On aperçoit d'ailleurs Philippe Manœuvre dans la salle. Alors : vrai événement, dernière facétie d'un pré-retraité ou simple mise à jour des comptes en banque ? La question se pose vu qu'aucun nouvel album n'est envisagé (ce qui n'est peut-être pas plus mal) et que notre Aventurier préféré n'a rien de plus à offrir que lors de sa précédente tournée. Si ce n'est 18 ans de plus au compteur.

Oui, mais voilà : Dutronc, on l'aime. Irrévocablement. Sans retenue. On l'a aimé à l'instant-même où on a entendu "Les Cactus" pour la première fois. On a aimé ses chansons sans savoir que c'étaient les siennes. Il a beau appartenir à la génération de nos parents, on ne peut s'empêcher de l'aimer. On l'aime parce qu'il détonne, parce que ses chansons ne nous quittent plus sitôt entendues. Parce qu'il est furieusement drôle. Et, surtout, on l'aime parce qu'il est Rock. Oui : ce monsieur de 67 ans avec une hanche en plastique, qui chante ce soir devant un parterre de cartes vermeilles, est infiniment plus subversif que n'importe quelle bouffonnerie de Superbus.

Dans "Et Moi Et Moi Et Moi", il y a autant de Kinks que de Rolling Stones. Et puis Dutronc, contrairement à Johnny, ne s'est jamais tourné en ridicule. Le concert de ce soir, qui inaugure la tournée, est l'occasion de vérifier que son aura est toujours intacte et que ses chansons n'ont pas pris une ride. En un mot : sa sortie de pré-retraite est une belle réussite. Alignant les tubes de son répertoire, Dutronc a la partie facile. Mais il le fait avec conviction, bien épaulé par un groupe en béton armé (qu'on aurait aimé plus subtil par moments).

Là où le mari de Françoise Hardy nous surprend le plus, c'est lorsqu'il enfile son superbe costume de crooner : les versions de ses ballades chantées ce soir sont prodigieuses ("L'Opportuniste", "Gentleman Cambrioleur", "Le Plus Difficile", "J’Aime Les Filles", "Il Est Cinq Heures, Paris S’éveille", "Le Petit Jardin" ou encore "Les Playboys"). Sa voix, rayonnante, est restée intacte. Elle a conservé son charme d'époque. Il n'y a dès lors plus de contestation possible : Dutronc est un grand chanteur.

Seules ombres au tableau : cette danseuse naine en robe décolletée rose qui vient se trémousser sans raison à la droite du chanteur. C'est du plus mauvais goût. On se serait également dispensé de quelques jeux de lumières lourdingues. Dutronc aurait par ailleurs gagné à raccourcir son délire samba assaisonné de claquette ("La Compapade"), certes amusant, mais ennuyeux à la longue. Enfin, les quelques erreurs techniques sans conséquence émaillant le spectacle sont, quant à elles, habilement rattrapées par le maître de cérémonie.

Fidèle à son personnage, Dutronc joue la carte de la nonchalance et du cynisme entre deux morceaux, nous distille quelques délicieuses perles de mauvaise foi et d'humour acide. Juste avant de regagner les coulisses après un dernier titre, il lance à la cantonade : "Les répétitions vous ont plu ? Voici le concert !", puis rejoue "Et Moi, Et Moi, Et Moi", qui avait déjà ouvert le concert.

Il pose sur son siège un panneau où est inscrit "A Demain", puis se retire. Le public, au début timide mais qui s'est progressivement lâché, ne l'entend pas de cette oreille. Debout, il en redemande pendant de longues minutes. En vain, croit-on lorsque les lumières se rallument. Mais alors que l'on s'apprête à regagner la sortie, Dutronc réapparaît sur scène, visiblement ému par l'enthousiasme du public. Pour une fois nous assistons à un vrai rappel, gagné à la force des poignets, et pas vraiment prévu. Le groupe rejoue "La Fille Du Père Noël", puis Dutronc demande au public quelle chanson il veut entendre. Devant les centaines de réponses qui fusent de toutes parts, il lance : "J'entends rien alors on fait c'qu'on veut", et il entame "Les Cactus". Après une dernière acclamation, nous sortons de la salle absolument ravis, accompagnés par la voix de Paul McCartney et son "Eleanor Rigby".

 

En savoir plus :
Le site officiel de Jacques Dutronc
Le blog de Pierre


Pierre Baubeau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=