Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Exsonvaldes
There's no place like homes  (Volvox Music)  janvier 2010

Très discutable album que ce There's no place at homes. En 2009, les parisiens d'Exsonvaldes empruntent des codes rock indus à l'anglaise, sortent Near the edge of something beautiful, avec des arrangements electro rock pas vilains du tout (mélange de Hooverphonic, dEus et Muse).

Cette nouvelle galette, sortie même pas un an après, est clairement un recyclage. Dans un style bien épuré, entre pop et folk, ils troquent les quelques grosses guitares et effets de synthés bien arrangés par des guitares rythmiques et des choeurs. Exercice intéressant, certes, mais pas vraiment innovant.

Ah ! Avant de dérouler l'album, cette voix un peu irritante du chanteur (sorte de brian molko un peu fatigué), j'ai du mal à m'y faire, heureusement la simplicité musicale va faire le reste.

On retrouve donc "Everything I see" avec deux guitares folk en cadence, batterie simpliste derrière (c'est simple, on dirait une boîte à rythme), l'ensemble est assez agréable je dois dire. On pourrait y trouver un semblant de Smiths, sans la superbe voix de Morrissey.

Sur "Lali" (qui avait frappé les esprits sur l'album précédent), le groupe montre qu'il est capable de la transformer en une chouette ballade pop rock à la guitare, avec une voix féminine venant se greffer, toute douce. De bons ingrédients à la Belle and Sebastian, sauf qu'Exsonvaldes est français et que ce genre – pop / folk – dans notre beau pays, n'est pas vraiment une marque de fabrique. Ils suivent le sympa sillon tracé par les Tahiti 80, Girls in Hawaii...

Voulaient-ils faire leur Radiohead avec ce "Going away" ? A l'instar de "Creep", ce titre phare d'Exsonvaldes sorti sur l'album Time we spent together est également rejoué folk. M'enfin bon, toujours est-il que les guitares rythmiques y sont bien accrocheuses, amenant ainsi une belle ballade en cadence, simple et efficace.

"Sunlight" ne casse pas des briques mais dévoile une gentille mélodie tout de même. Vient ce "Old and weak", tout lent au départ, qui s'emballe en une bonne balade pop avec de bien entêtantes guitares acoustiques, des claquements de main derrière, des "papalaaaaa" en choeur.

Enfin, on tient LE morceau folk de l'album (non, je rectifie, LE morceau de l'album, original ce coup ci), "Folk song" (bon, le titre l'est moins, original) chanté à deux, accompagné d'une guitare folk du plus bel effet, on aurait aimer qu'il soit plus long d'une ou deux minutes.

Ils se livrent bientôt à l'exercice de la reprise et offre une copie meilleure que l'original, à la manière du "I will survive" de Cake. Il fallait oser cette reprise du "Take on me" de A-Ha, et l'ensemble bien pop folk fait vite oublier les synthés des beaux gosses suédois, même si on avait connu pire à l'époque.

"I know" part encore comme une jolie ballade folk avant que batterie et accords de guitare donnent de la hauteur à l'ensemble. Comme "Everything I see", "Last year" est une belle ballade assez "Smithienne". Rien d'exceptionnel, on se l'accorde, mais joliment frais.

Soyons honnête, dans son ensemble j'aime beaucoup les ballades enjouées de ce There's no place at homes, simple, frais, entraînant comme il faut. Mais cet enthousiasme me gêne et il retombe vite quand on sent qu'il s'agit d'un recyclage. Le copier-coller laisse toujours une étrange sensation dans les oreilles, ainsi je préfèrerai toujours Kid A à Amnesiac, Clandestino à la Proxima Estacion : Esperanza ou exemple plus adéquat à la situation qui nous préoccupe, je regretterai toujours que le Unplugged in New-York de Nirvana est eu plus d'estime que In Utero et Nevermind réunis, sous pretexte que l'acoustique passe mieux. J'imagine très bien les Exsonvaldes se dire "non, ce Near the edge of something beautiful, on le refait mais moins chargé" mais bon, trop tard, même si c'est de la joli pop/folk à l'arrivée.

On attend donc de pied ferme le prochain – vrai – effort de ces parisiens qui ont le sens de la mélodie, c'est indéniable. Qu'ils prennent leur temps ce coup ci.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Near the Edge of Something Beautiful de Exsonvaldes
La chronique de l'album Lights de Exsonvaldes
La chronique de l'album Aranda de Exsonvaldes
Exsonvaldes en concert à l'Elysée Montmartre (9 mars 2005)
Exsonvaldes en concert au Café de la Danse (4 mai 2006)
Exsonvaldes en concert au Triptyque (21 février 2007)
L'interview de Exsonvaldes (17 mars 2009)
L'interview de Exsonvaldes (vendredi 3 mai 2013)
L'interview de Exsonvaldes (juin 2016)

En savoir plus :
Le site officiel de Exsonvaldes
Le Myspace de Exsonvaldes


Yannick Maquenhen         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Exsonvaldes (3 mai 2013)
Exsonvaldes (17 mars 2009)


# 12 janvier 2020 : Pas de soldes sur Froggy's

C'est la saison des soldes. Peut être l'occasion d'acheter au rabais quelques oeuvres d'artistes qui auraient mérité que l'on paie le prix fort. Qu'à cela ne tienne, voici le sommaire de la semaine rempli de découvertes et d'artistes à soutenir, soldés ou non.

Du côté de la musique :

"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"Demain est mort" de Larme Blanche
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool
et toujours :
"Broken toy" de Dirty Bootz
"Voix du ciel" de Ensemble Gilles Binchois
"Telemann : Frankfurt Sonatas" de Gottfried von der Goltz
"Lemon the moon" de Nitai Hershkovits
"Le rêve et la terre : Debussy, Ginastera" de Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Phèdre" au Théâtre des Abbesses
"Du ciel tombaient des animaux" au Théâtre du Rond-Point
"Les Passagers de l'aube" au Théâtre 13/Jardin
"Pièce en plastique" au Théâtre de Belleville
"Les Feux de l'Amour et du Hasard" au Grand Point Virgule
"Ruy Blas, grotesque et sublime" au Théâtre Essaion
"Les Michel's" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Dom Juan - Le festin de pierre" au Théâtre de la Cité internationale
"Le dernier carton" au Théâtre du Gymnase
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Ritals" au Théâtre La Scène Parisienne
"Odyssée" au Lavoir Moderne Parisien
"Philippe Fertray - Pas de souci" au Théâtre de la Contrescarpe
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" à la Comédie Bastille
"Constance - Pot pourri" au Théâtre de l'Oeuvre
"Dans ma chambre" au Théâtre Les Déchargeurs
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles de janvier

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

"Barthes*" de Vincent Gérard, Cédric Laty, Bernard Marcadé et et Camille Zéhenne
la chronique des films sortis en décembre
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos
et toujours :
"Juste une balle perdue" de Joseph D'anvers
"La séparation" de Sophia de Séguin
"Otages " de Nina Bouraoui
"Sukkwan island" de David Vann

Froggeek's Delight :

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=