Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Local Natives
La Maroquinerie  (Paris)  mercredi 17 février 2010

Sans une once d’arrogance mais avec une modestie, très caractéristique, nos cinq Local Natives nous ont servi un live puissant et très prometteur.

C’est qu’ils démarrent hâtivement et très fort. Un seul mot d’ordre : marquer le rythme des mélodies. Des percus de base aux rebords métalliques des toms en passant par les maracas ; tout est prétexte à taper et à balancer dessus afin de pointer au mieux le rythme.

Les chansons s’enchaînent également à une cadence effrénée : le vivace "Wilde Eyes", le vigoureux "Camera Talk", l’irascible "Sun hands"…

Le public comme scié se retient dans ses élucubrations d’onomatopées hystériques. On est là pour écouter et se prendre une claque auditive intense. D’ailleurs, Taylor Rice (voix et guitare) le fait remarquer : "why you're so quiet ?".

C’est alors que telle une urgence pop évidente "Airplanes" est jouée. Le public est alors dans tous ses états.

Passée le cap de l’admiration, la Maroquinerie s’enchante et n’hésite pas à réserver une ovation en plein milieu du show.

Comme élancés par le public, les membres du groupe ne tiennent pas eux-mêmes en place.

On assiste à un jeu de chaises musicales où, tour à tour, chacun prend la place de l’autre sur un instrument.

Alors que Kelcey Ayer (voix, claviers, percussions) empoigne une guitare, Ryan Hahn (guitare et voix) part au clavier et Andy Hamm (basse) épaule Matt Frazier (batterie) en arrêtant tout pour profiter de balancer du tambourin et secouer des maracas.

On peut penser alors que toute la puissance du live réside dans leur cohésion de groupe et dans leur capacité à maîtriser chaque instrument.

Cependant, c’est sans compter les voix qui, malgré la force des rythmes, ne sont tout de même pas en reste.

Les voix des compères se mêlent et s’alignent : d’une part, celle de Kelcey, tout en retenue mais frissonnante, d’autre part celle de Taylor sonnant comme une supplique frénétique sans oublier celle des chœurs toujours exaltés. Cette synergie se révèle sur l’appel brûlant "Who knows who care", l’oppressant "Cards & quarter" et l’excellent "Shape sifter".

Si Gorilla Manor est un album sérieux et très accompli, le live est quant à lui surprenant, pressant et écrasant. Congratulations.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Gorilla Manor de Local Natives
La chronique de l'album Hummingbird de Local Natives
Local Natives en concert au Festival Les Nuits de l'Alligator 2010 (jeudi 18)
Local Natives en concert au Festival Pukkelpop 2010 (vendredi 20 août 2010)
Local Natives en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Vendredi
Local Natives en concert au Festival La Route du Rock #23 (jeudi 15 août 2013)

En savoir plus :
Le site officiel de Local Natives
Le Myspace de Local Natives

Crédits photos : Marie Guerre (Toute la série sur Taste of Indie)


Nancy         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=