Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Clues
Saint des Seins  (Toulouse)  mardi 23 février 2010

Il faut décidément avoir une sacrée faculté d’adaptation pour faire ce métier… Passer en quelques jours du silence religieux d’un Omnibus plein à craquer un samedi soir Malouin (pour la chouette édition hivernale de la Route du Rock) à une micro scène Toulousaine survoltée, voilà qui aurait pu déstabiliser un jeune groupe qui monte, qui monte… Et pourtant…

Compte-rendu passionné de la belle prestation des Clues, un soir d’hiver dans la chaleur moite d’un bar branché Toulousain.

Qu’on le veuille ou non, difficile d’échapper à la magie Canadienne en ces temps d’Olympiades. Et c’est en fuyant la télévision et la neige que l’on prend la plus jolie des claques. On doit cette prouesse à la vénérable association toulousaine La Chatte à la Voisine qui, depuis pas mal d’années, assure une programmation audacieuse dans tout ce que la ville compte de bars, salles et autres péniches, à des prix défiant toute concurrence.

Le lieu du soir : le Saint des Seins, bar musical fort sympathique et accessoirement point de rassemblement de la jeunesse surlookée à franges et mini jupes. Malgré l’exiguïté de l’endroit, l’acoustique est particulièrement soignée, ce qui est suffisamment rare pour être souligné.

Dès 21h, la foule se presse, impatiente de découvrir ce petit groupe qui fait tant causer. "The Clues + Guests" indiquent les flyers. Il faut attendre une bonne demi-heure pour voir débarquer ces fameux Guests : en l’occurrence cela se résume à un duo improbable qui semble tout droit échappé des Chats Persans (l’excellent film Iranien de Bahman Ghobadi). Un OSNI (Objet Sonore…) s’abat sur la salle par le biais d’une longue (com)plainte hindouisante et monotone qui s’étend suffisamment longtemps pour que l’on s’interroge sur la taille de leur répertoire (en même temps, il faut reconnaître que la combinaison flutiot oriental / voix offre des possibilités assez limitées). Ils ont heureusement le bon goût de se retirer après leur unique titre ! Conceptuel.

La place est désormais libre (façon de parler) pour que les cinq membres de Clues essaient de se caser sur l’étroite scène. Avec leur air de ne pas y toucher et leur look d’éternels adolescents, les Canadiens n’en sont pourtant pas à leur coup d’essai. Le groupe est mené par Alden Penner (guitare, chant) et Brendan Reed (batterie), tous les deux membres actifs de la scène de Montréal (le premier via les excellents et feu Unicorns, le deuxième en tant que membre éphémère d’Arcade Fire). Leurs trois autres acolytes ne sont pas en reste et viennent former un line up original, boosté par deux batteries (si, si !) très synchros.

Dès le premier titre ("Elope"), on retrouve cette ambiance tendue, cette complexité dans les compositions, cette fragilité dans la voix qui nous avaient tant touchés sur leur premier album éponyme. Très à l’aise sur scène, le groupe n’hésite pas à échanger avec le public dans un français mâtiné de cet irrésistible accent québécois : "Toulouse est la plus belle ville où nous ayons joué jusqu’ici" (n’y voyez pas d’auto-promo, je ne fais que citer !).

Le single "Haarp" fait mouche avec ces changements de rythmes et on ne peut s’empêcher de comparer leurs compositions à celles d’Arcade Fire : même impression de désordre maîtrisé, même finesse, même variations, mêmes échanges d’instruments… Souhaitons-leur le même succès ! "You Have my Eyes Now" et ses guitares acérées évoquent The National et la fanfare d’Elvis Perkins, puis un "Clues" survolté permet à Alden de cabotiner vocalement.

Le groupe flirte parfois dangereusement avec le grandiloquent ("Perfect fit") mais sans jamais s’y abîmer. Le label Constellation a encore une fois eu le nez creux ! Les titres s’enchaînent sans transitions, variant subtilement les atmosphères.

"Ledmonton" (judicieusement placé en fin de set) finit par emporter les derniers sceptiques avec son final implacable et son refrain lalala, repris en chœur, comme il se doit. Malgré une tentative avortée de réamorçage par le batteur et le synthé, le titre finit par mourir, annonçant le début des rappels. Et c’est tout en douceur que va s’achever la soirée, avec les morceaux les plus posés de l’album ("In the Dream", "Let’s get strong") malheureusement un peu gâchés par le bruit de fond ambiant et les inévitables discussions de comptoir…

Les plus enthousiastes pourront ensuite prolonger ce moment avec le groupe, assurant eux-mêmes leur merchandising, et très disponibles (pourvu que ça dure).

1h d’un concert vraiment accompli, frais et déroutant, qui trottera un petit moment dans nos têtes. On repart émerveillés, le sourire aux lèvres, en espérant les revoir très vite sous la nuit étoilée d’un de nos nombreux festivals estivaux.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Clues en concert au Festival Les Nuits de l'Alligator 2010 (jeudi 18)
Clues en concert au Festival Les Nuits de l'Alligator 2010 (samedi 27)

En savoir plus :
Le site officiel de Clues
Le Myspace de Clues


LaBat’         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=