Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hot Chip
One life stand  (EMI)  février 2010

Hot Chip a prouvé depuis ses débuts qu'il pouvait être une machine à tubes imparables ("Ready For The Floor", "Over And Over", "And I Was A Boy From School", ou encore "Out At The Pictures"). Rebelote avec ce One Life Stand qui distille son lot d'hymnes électro. Mais pas seulement : malgré une légèreté de surface, les anglais gagnent en profondeur.

La musique d'Hot Chip peut, il est vrai, avoir quelque chose d'irritant. Flirtant parfois avec la facilité mais souvent magnifique, elle a clairement quelque chose d'addictif. Chaque plongée dans ce One Life Stand rend un peu plus accro. Pas un jour ne s'est écoulé depuis son acquisition sans qu'il ne passe dans nos enceintes.

La première écoute laisse pourtant assez perplexe. Les nouveaux morceaux proposent pour la plupart des couplets construits sur un motif répété inlassablement. Cela aurait pu s'avérer problématique sans les refrains ravageurs ou les mélodies imparables qui illuminent la majorité des chansons. Les londoniens ont cette qualité féline de toujours réussir à retomber sur leurs pattes.

"Hand Me Down Your Love" en est l'exemple parfait : plutôt quelconque jusqu'au refrain, la chanson bancale se mue ensuite en un titre irrésistible. L'envolée lyrique finale reste un des grands moments du disque : on est littéralement transportés.

Si l'on arrive à passer outre les sons de synthés 80's qui parsèment l'album et à fermer les yeux sur quelques ratés ("I Feel Better", l'intro de "Thieves In The Night"), One Life Stand révèle un vrai trésor mélodique. "Thieves In The Night", "Hand Me Down Your Love", "One Life Stand", "Brothers" : Hot Chip aligne les merveilles. Mais le clou du spectacle reste l'irrésistible "Take It In" (qui clôt l'album), meilleure chanson jusqu'ici composée par le groupe.

On n'est pas convaincus par tout ce qu'offre Hot Chip sur ce disque, mais chaque morceau (mis à part "I Feel Better" et son horrible vocoder) suscite l'étonnement. Surtout, Hot Chip arrive à injecter une dose d'humanité dans un monde électro d'ordinaire bien froid. Leur musique sensible et mélancolique montée sur ressorts dégage une chaleur communicative. Le secret d'Hot Chip réside peut-être dans cet équilibre parfait entre tubes pour dancefloor et subtilité pop, entre hédonisme et sérieux. Autre élément assez rare dans un groupe électro pour le signaler : Alexis Taylor est vraiment un bon chanteur.

Bourré d'hymnes en puissance et distillant sa dose de frissons électro, One Life Stand est un disque qu'on ne peut s'empêcher d'aimer malgré ses défauts. En attendant le nouveau LCD Soundystem, Hot Chip prouve qu'il reste largement au-dessus de la mêlée et signe notre premier vrai coup de cœur de l'année.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The warning de Hot Chip
La chronique de l'album Kadavar - Pond - My Morning Jacket - Last Train - Hot Chip - Here we go magic - Tame Impala de Festival Rock en Seine 2015 - Dimanche 30 août
Hot Chip en concert au Festival International Benicàssim 2008
Hot Chip en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
Hot Chip en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Hot Chip en concert au Festival International de Benicàssim #16 (vendredi 16 juillet 2010)
Hot Chip en concert au Festival Pukkelpop 2010 (vendredi 20 août 2010)
Hot Chip en concert au Festival La Route du Rock #23 (Samedi 17 août 2013)
Hot Chip en concert à Pitchfork Music Festival Paris #3 (édition 2013)
Hot Chip en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019)

En savoir plus :
Le site officiel de Hot Chip
Le Myspace de Hot Chip
Le blog de Pierre


Pierre Baubeau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=