Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hors d'atteinte
Karin Slaughter  (Editions Grasset)  mars 2010

Dès les premières pages, Karin Slaughter place d'emblée la barre très haute dans "Hors d'atteinte" qui commence par l'enlèvement de deux femmes dont une est brûlée vive et qui se voit mourir, dans une voiture qui finit par exploser sous les yeux de l'autre, une femme policier que l'on retrouve en état de choc.

Le lecteur choqué lui aussi par cette déflagration de violence décrite de manière implacablement brutale et réaliste pense que le soufflé ne peut que retomber.

Fausse déduction car l'auteur s'y connaît pour maintenir la tension addictive qui ne connaîtra aucune baisse de régime, pas même avec son dénouement terrifiant, et hisser le taux d'adrénaline à son maximum dans un roman qui ne vole pas son étiquette de thriller.

L'enquête marathon, qui tient en une semaine chrono, menée par le supérieur et collègue de la femme survivante, qui a pris la poudre d'escampette, et son épouse, médecin-légiste, est racontée à partir de deux récits parallèles et cependant en décalage temporel, l'un en amont de l'autre et l'éclairant par une sorte de rétro-projection.

Elle se déroule dans l'Amérique profonde, dans une petite bourgade de ce Sud poisseux, tant par ses idées que par son climat, qui ne s'est jamais remis de la défaite lors de la guerre de Sécession et macère tel un cul de basse fosse où tous les fléaux qui rongent les neurones et les coeurs, pauvreté, alcoolisme, drogue, racisme, néo-nazisme, violence sous toutes ses formes à commencer par la violence familiale, bêtise, corruption, meurtre et barbarie ont trouvé terre d'asile effaçant toute trace d'humanité et que l'amour a déserté.

Karin Slaughter, représentante du style gothique sudiste, livre un thriller haletant et stressant, un western sanglant, une fresque boschienne qui plonge au cœur des atavismes et décortique les zones de ténèbres et les secrets qui obscurcissent la raison des hommes immergés dès leur naissance dans une société délétère.

Sa plume est trempée dans une encre résolument noire qui ne croît pas à la rédemption même si certains personnages sortent grandis ou apaisés par les épreuves subies qui se caractérisent toutes par une perte irrémédiable. Le bout de la route est encore loin.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique du roman "Pas de pitié pour Martin" du même auteur
La chronique du roman "Irréparable" du même auteur
La chronique du roman "Genesis" du même auteur
La chronique du roman "Broken" du même auteur

En savoir plus :
Le site officiel de Karin Slaughter


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=