Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Laetitia Sadier - Zak Laughed - Jerri
La Fil  (Saint-Etienne)  samedi 13 mars 2010

Je ne savais pas à quoi m’attendre en rentrant dans ce grand cube ficelé d’acier : le Fil de la ville aux sept collines. Une nuit qui promet de la fraicheur à tout va + de la neige même pas encore fondue + une porte blindée + deux patibulaires pros du dévisagement à la lampe torche = accroche toi à ton sac et remonte ton col mémé.

Et puis j’ai vu de la lumière, alors je suis rentrée. Et là, contraste complet avec l’extérieur : chaleur, sourires accueillants de parfaits inconnus venus regarder de la musique.

Pour ma part, l’expérience inédite s’est révélée comparable à une pièce en trois actes, liés les uns aux autres pour se contredire ou se compléter.

ACTE I : Laëtitia Sadier, d’abord toute seule comme une petite fille avec sa guitare à l’envers, sa mèche rebelle et ses loupiotes pour éclairer les ombres suspectes. Je n’étais pas née dans les années 90 (disons que mes oreilles n’avaient pas encore éclos), quand elle jouait avec ses copains de Stereolab, voyons voir ce que donne ce projet solo.

Quelques notes pour chauffer les doigts, quelques murmures pour chauffer la voix, une petite gorgée et c’est parti pour un voyage au pays qui susurre des mots interdits aux oreilles des passants. En toute intimité, pour le public côté cour, elle chante comme une fée clochette, enchainant les chansons comme on lance des sorts avec une voix grave et posée, qui fait l’effet d’un courant d’air chaud au dessus d’un bon café bien corsé, ça soulage. A la promiscuité relative du public côté jardin, elle offre un mélange de saveurs auditives hypnotisant semblable à un ciel sans nuage, ça apaise. Et cette dernière chanson qui ne veut pas finir nous confie-t-elle. Déjà ? J’ai cligné des yeux, je me suis réveillée l’esprit engourdi, à peine le temps de retourner dans mon corps pour la voir se lever et partir. Tout m’a semblé bien trop court, bien trop bref, m’a laissé un goût d’inachevé, comme ce fichu rêve que je ne finis jamais, interrompu par le même claquement de porte, fichu voisin. Finalement, elle n’a besoin de personne, toute seule comme une grande fille avec sa guitare, son tabouret et son micro. Rideau, au revoir, merci.

ACTE II : Zak Laughed et compagnie : un petit lutin en colère, avec la bosse de l’anglais, coiffé comme Oliver Twist qui nous trouve trop loin, pas assez bavards, trop calmes, pas assez bruyants.

Malgré une indéniable maîtrise des instruments du haut de ses 16 ans (lui non plus n’était pas né en 1990), après moult changements de guitares, je ne l’ai pas suivi dans son invitation à la trépigne. La faute à mon petit orteil (un peu loin de mon cerveau) encore agrippé à mon nuage précédent.

Pour les amateurs, il est venu avec trois potos pour l’encadrer (le cousin machin a mis les doigts dans la prise là-bas au fond ?), le regarder (un ticket gagnant à la loterie qui s’est offert une place à la gauche du guest ?), lui faire deux trois sons en plus (en plus du droit de se faire charrier après une tentative de séduction du public ?). Pour les connaisseurs, son style folk rock bien formaté d’enfant précoce défraye la chronique depuis quelques temps. Rideau, tchao gamin.

ACTE III : Jerri, c’est lequel déjà ? Le chat ou la souris ? Et bien, c’est les deux, non, les quatre Anthony, Laurent, Flavien et Mickaël. C’est un groupe de chez groupe, qui joue à la chaise musicale entre deux morceaux, 1, 2, 3 je vais à la batterie, prend la place de machin au clavier pas branché (oups, help, merci les gars), truc va à la guitare, je lui filerai la mienne pour le prochain morceau, quand je serai au grand clavier.

3 musiciens muets qui ont probablement prêté leur voix au chanteur pour qu’il dégage une telle puissance enragée, j’espère qu’il ne fait pas trop peur à la boulangère avec une voix pareille. Les écouter, c’est aussi surfer sur une planche magnétique en forme de nénuphar à paillettes au gré des flux électrostatiques du cosmos ; un peu envoûtant, follement grisant. Parce que leur style est "un mélange très fourni de pop folk électronique typé post punk" (ndlr : citation de l'émission Le Fil Eclectic #5).

Pour les Nuls, c’est un mélange de n’importe quoi électronique, ce qui à mon avis n’a rien de musical ni d’harmonieux à l’origine, mais Jerri tous ensemble arrive à en faire quelque chose de véritablement cohérent et transportant. Et pour le final, Laëtitia Sadier et SoulJah'zz se pointent tranquillement, pour jouer un morceau d’écorché, histoire de jouer les prolongations encore et encore. Au fait, c’est la première fois que j’entends fuck dans une chanson d’amour sans être choquée. Applause. Rideau, au revoir, à bientôt.

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Silencio de Laetitia Sadier
La chronique de l'album Something Shines de Laetitia Sadier
La chronique de l'album Rooting For Love de Laetitia Sadier
Articles : Listen in Bed - La sélection de Laetitia Sadier (émission 15 saison 3)
Articles : Listen in Bed - Stereolab & Laetitia Sadier (émission 22 saison 3)
Articles : Listen in Bed - Les dix chansons préférées de Laetitia Sadier (émission 18 saison 4)
Laetitia Sadier en concert au Café de la Danse (dimanche 31 octobre 2010)
L'interview de Laetitia Sadier (samedi 27 septembre 2014)
La chronique de l'album Fab four suture de Stereolab
Stereolab en concert au Festival Primavera Sound 2006 (samedi)
Stereolab en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019)
Stereolab en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019) - Jeudi 15
La chronique de l'album Socialisme ou barbarie the bedroom recordings de Monade
La chronique de l'album A few steps more de Monade
La chronique de l'album Monstre Cosmic de Monade
Monade en concert au Divan du Monde (15 février 2008)
La chronique de l'album The Last Memories Of My Old House de Zak Laughed
Zak Laughed en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (jeudi 5)
Zak Laughed en concert au Festival Ground Zero
L'interview de Zak Laughed (19 septembre 2009)
L'interview de Kütu Folk Records : Hospital Ships, St Augustine et Zak Laughed (mercredi 27 avril 2011)
La chronique de l'album eponyme de Jerri
Articles : Jerri - Le journal de l'enregistrement
Articles : B R OAD WAY - Jerri - Pocket Bastard - Projet SI - Matru - Les Sainté Sessions (partie 1)
Articles : Projet SI - Jerri - Pocket Bastard - B R OAD WAY - Matru - Les Sainté Sessions (partie 2)
Articles : Pocket Bastard - Projet SI - Jerri - B R OAD WAY - Matru - Les Sainté Sessions (partie 3)
Articles : Listen in Bed - DJ Jerri (émission 17 saison 4)
Jerri en concert à B R OAD WAY - Quatuor Pli - Gagadilo - Jerri - L'Armée des Ombres - Mick est tout seul (29 octobre 2008)
L'interview de Jerri ( août 2008)
L'interview de Jerri (21 juin 2009)

En savoir plus :
Le site officiel de Laetitia Sadier
Le Soundcloud de Laetitia Sadier
Le Myspace de Laetitia Sadier
Le Facebook de Laetitia Sadier
Le Myspace de Zak Laughed
Le Myspace de Jerri

Crédits photos : Eric Ségelle (Toute la série sur Taste of Indie)


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Laetitia Sadier (29 septembre 2014)
Le morceau caché, Stereolab (13 octobre 2008)
Kütu Folk Records - Hospital Ships, St Augustine et Zak Laughed (27 avril 2011)
Zak Laughed (19 septembre 2009)
Jerri (3 janvier 2009)


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'articice culturel c'est sur Froggy que ca se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chappelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=