Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A State of Mind - Wax Tailor
Le Fil  (Saint-Etienne)  jeudi 11 mars 2010

"Wax Tailor passe à Saint-Etienne le 11 mars !". Il semblerait que tout le monde se soit donné le mot puisque la salle du Fil était dès 20h déjà bien remplie. Cependant, il est vrai que depuis la sortie de son nouvel opus, In the mood for life en septembre, nous attendions avec impatience sa prochaine tournée.

Le collectif A State of Mind débute la soirée. Un nom qui me paraît inconnu au début, mais qu'au fil du concert je reconnais peu à peu. Les State of Mind ont en effet travaillé sur de nombreux titres avec Wax Tailor, notamment sur le célèbre "Positively Inclined". Et oui, les personnages hypnotisants du clip de la chanson, ce sont eux !

Néanmoins, sur cette première partie, ils tentent de se distinguer de Wax Tailor, en nous interprétant quelques titres de leur premier album, Platypus Funk, qui sortira à la fin du mois.

Armé notamment de deux chanteurs, d'un saxophone, d'un trombone et d'un DJD, le groupe anglais se permet de mélanger les genres. Sur un même fond de hip hop, les chansons s'enchainent, tantôt jazzy, aidées par le trombone et le saxophone, tantôt reggae, sur des remix de Bob Marley. Quoi qu'il en soit, une qualité qui ne manque pas au groupe est le dynamisme ! Le public se meut au rythme des chansons et est survolté. Alors même quand le chanteur essaie de nous faire chanter, nous répondons de bon choeur (malgré un anglais qu'on ne comprend pas toujours !).

Une question demeure pourtant dans mon esprit. Ce groupe s'avèrerait-il lassant et un peu répétitif à la longue ? Je dois avouer que je ne pourrai apporter de réponse, le temps réparti au groupe n'étant que de 30 minutes (un peu court, quand même...).

Comme toute fan qui se respecte, après un passage obligé au bar, j'arrive en avance pour m'installer devant la scène. Comme par enchantement, les décors ont déjà été installés.

Je m'aperçois avec délice que le décor scénique est à la hauteur du talentueux Wax Tailor. Une ville se profile devant moi, des immeubles aux lampadaires de style londonien, chaque détail est à sa place. Ce décor suit en réalité la même perspective que celle de la pochette de son dernier album.

La lumière s'éteint, une image de neige et de brume apparaît sur les écrans (au nombre de trois en tout : deux petits sur les côtés, et un grand au milieu).

Le signe WT apparaît, avant de laisser place à l'artiste : le concert a bel et bien commencé ! C'est avec "No Pity", un morceau de In the mood for life, que Wax Tailor débute.

Sur l'écran, des images urbaines défilent, nous mettant vraiment dans une atmosphère particulière.

Wax Tailor, comme à son habitude, impose son style, indéfinissable par sa multitude de genres. Ce dernier opus est néanmoins remarquable par la mélancolie qui en émerge.

Violon, violoncelle et flûte donnent une touche de poésie et de mélancolie aux arrangements, qui prennent toute leur ampleur lorsque la voix envoûtante de Charlotte Savary s'élève.

Mattic est également présent au concert, et nous fait bouger au son de son rap enflammé. Ce savant mélange entre chansons calmes et hip hop énergique permet à Wax Tailor de maintenir un public plus qu'enthousiasmé.

D'ailleurs, cette ambiance particulière dans laquelle Wax Tailor nous a fait plonger n'a pas connu une seule retombée durant la soirée. En effet, il n'y a pas de pause entre les chansons, comme s'il y avait une continuité dans toute l'œuvre de l'artiste. Les nouvelles chansons s'enchaînent, toujours accompagnées de ces animations urbaines qui constituent le thème principal de la soirée. Mais bien sûr, bien que centré sur la présentation de son dernier album, Wax Tailor n'oublie pas de nous abreuver de ses succès des anciens opus, comme "Que Sera", au génie décidément indémodable et indépassable.

Alors que nous nous complaisions dans un concert déjà à la hauteur de nos attentes, c'est à notre plus grand bonheur que le groupe A State of Mind réapparaît sur scène, pour un mix enflammé avec Wax Tailor. Leur featuring pour la chanson "Say Yes" marquera l'apogée du concert, et restera un moment mémorable.

Mais la soirée se termine déjà. Wax Tailor nous avait néanmoins préparé un rappel explosif, avec des titres comme "How I feel", "This Train", et un dernier featuring avec A State of Mind sur "Positively Inclined" (dont on n'aurait pu se passer sans une frustration certaine !).

Avant de nous quitter, Wax Tailor enlève son costume d'artiste international pour retrouver son statut de citoyen lambda français. Il nous fait alors passer un dernier message politique : aller voter dimanche prochain pour les régionales. Pas sûr que cela ait fonctionné, mais cela demeure néanmoins une noble tentative.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Crown Yard de A.S.M : A State of Mind
A State of Mind en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Jeudi 27 septembre
La chronique de l'album In the mood for life de Wax Tailor
La chronique de l'album Dusty rainbow from the dark de Wax Tailor
Wax Tailor en concert au Festival Europavox 2006
Wax Tailor en concert au Festival FNAC Indétendances 2007 (vendredi)
Wax Tailor en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mercredi 14)
Wax Tailor en concert à L'Aéronef (mercredi 14 novembre 2012)
Wax Tailor en concert à la Salle du Canton (samedi 16 mars 2013)
Wax Tailor en concert au Fil (vendredi 12 avril 2013)
Wax Tailor en concert au Festival Jardin du Michel #9 (édition 2013) - vendredi et samedi
L'interview de Wax Tailor (mercredi 29 octobre 2014)

En savoir plus :
Le Myspace de A State of Mind
Le site officiel de Wax Tailor
Le Myspace de Wax Tailor

Crédits photos : Sébastien Barriol (Toute la série sur Taste of Indie)


Lauriane Clément         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=