Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cascadeur - Pierre Lapointe
L'Aéronef  (Lille)  mercredi 17 mars 2010

Il pourrait aisément passer pour dépressif, Pierre Lapointe. Avec sa coupe de cheveux impossible, entre un Brian Molko au saut du lit et une contrefaçon martienne de playmobil ; avec sa tenue à faire pâlir un Kyle Mclachlan jamais revenu du Dune de David Lynch. Avec son air de s'égarer sur scène, d'errer, un peu gauche, dériver avant de se raccrocher au piano, comme pour se donner un peu de contenance. Raide. L'anti-rock star.

Avec ses textes beaux ; mais beaux à pleurer, quoiqu'on n'y comprenne pas toujours grand chose ; beaux et tristes, de toute façon, de cet air mélancolique qui ne s'en va jamais vraiment ; des textes parlant de l'autre, de la distance qui nous en sépare toujours, de langueurs et de solitude, dans une langue toute d'élégance et de poésie ; Aznavour, jeune, qui boirait de l'absinthe en tête à tête avec Rimbaud.

Il pourrait passer pour dépressif s'il n'avait pas sur scène le panache des grands, l'humour distancié, maîtrisé, de celui qui sait se moquer de ses propres airs de chanteur noir. Pince sans rire sans affectation.

À en faire éclater de rire un Aéronef entier, rempli d'un sage public d'habitués, d'amateurs, de connaisseurs. En dérision sa propre noirceur. Le visage figé, plus noir qu'il n'est. Un rien de malice au fond des yeux, commissures des lèvres. En esquissant quelques pas de danse, au pays des fleurs de la transe.

En transformant en moment de drôlerie humaine et sincère, parenthèse de camaraderie, le laborieux rituel de la présentation du quintet de musiciens qui l'accompagne sur scène.

En se moquant de cet autre rituel des rappels, à y débusquer un dernier soupçon de sincérité, dans ce cérémonial éculé.

En méprisant le succès de "Deux par deux rassemblés" (qui serait un peu au Québec son "J't'emmène au vent", sa "Fille du coupeur de joint"), en achevant son concert par une version un rien dérisoire, portée par un trio de flûtes à bec.

Si la noirceur ne laissait souvent la place à l'émerveillement, le temps de l'interprétation d'un texte de Richard Desjardins. Si sa voix ne jouait pas dans la cour des belles impossibilités d'un Tim Buckley, chaude, acrobatique, profonde, agile, cristalline, d'une expressivité indéniable. S'il n'était si émouvant, seul au piano, qui semble chanter ses plus intimes tourments dans sa langue natale, celle d'une lointaine forêt des mal-aimés. Il pourrait passer pour dépressif, si l'on n'avait surtout à cœur, ce soir-là, le temps d'une standing ovation chaleureuse, de le remercier pour le beau moment d'humble beauté passé en sa compagnie.

En première partie, Cascadeur s'est laissé découvrir avec étonnement et ravissement. Lui aussi proche de Tim Buckley pour la voix haut perchée, ou de Robert Wyatt pour l'univers faussement pop ; de la cantate écrite par le personnage du Phantom of the paradise de Brian de Palma pour une certaine grandiloquence fragile, un lyrisme en toute discrétion ; du Leonard Cohen façon années 80 pour des arrangements d'une fausse maladresse délicate.

Seul en scène, casqué puis masqué, cultivant l'étrangeté et une certaine causticité lui aussi, se retournant parfois avec une certaine angoisse vers Cascadeur, son double-mannequin, le musicien gagne petit à petit les faveurs du public, avant de quitter la scène sur un final a capella et ad lib de son "Bye Bye". Une électro-bidouillo-pop français en pleine explosion et tout à fait pertinente en première partie de Pierre Lapointe, à suivre avec délice – en se disant que l'on n'en frissonnera certainement que mieux dans une salle plus modeste, où la proximité jouera certainement en sa faveur.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Walker EP de Cascadeur
La chronique de l'album The Human Octopus de Cascadeur
La chronique de l'album Revenant de Cascadeur
Cascadeur en concert au Grand Mix (jeudi 15 avril 2010)
L'interview de Cascadeur (samedi 3 mai 2014)

La chronique de l'album La forêt des mal aimés de Pierre Lapointe
Pierre Lapointe en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - dimanche
Pierre Lapointe en concert au Festival Paroles et Musiques #27 (édition 2018)

En savoir plus :
Le site officiel de Cascadeur
Le Soundcloud de Cascadeur
Le Myspace de Cascadeur
Le Facebook de Cascadeur
Le site officiel de Pierre Lapointe

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=