Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les inepties volantes
Grande Halle de la Villette  (Paris)  mars 2010

Texte écrit, mis en scène et interprété par Dieudonné Niangouna accompagné par Pascal Contet à l'accordéon.

1993, République du Congo ou Congo-Brazzaville, début de la première guerre civile. Sur l'autre rive du fleuve Congo, le territoire qui deviendra la République Démocratique du Congo, s'appelle encore Zaïre, il est dirigé par Mobutu.

Au Congo, les fonctionnaires ne sont plus payés depuis plusieurs mois. Il n'y a pas de route goudronnée entre Brazzaville, la capitale politique du pays, et Pointe-Noire, sa capitale économique. Entre les deux villes, les voitures sur la piste de terre et les trains sont régulièrement attaqués par des bandits de grand-chemin. Une des principales banque du pays a fait faillite l'année précédente, des milliers de familles ont perdu leurs économies. Le franc CFA est en passe d'être dévalué. Le pays est ravagé par le sida, gangréné par la corruption et une grande partie de la population est au chômage.

Pascal Lissouba, dit le Professeur, est le président démocratiquement élu du pays. Il est soutenu par la milice des "Zoulous", qui s'oppose à une autre milice, les "Ninjas" de Bernard Kolélas, alors maire de Brazzaville. Denis Sassou-Nguesso, ancien président et opposant à Lissouba et à Kolélas, vit alors à Pointe-Noire, protégé par ses "Cobras". La flotte française croise au large des côtes de Pointe-Noire, prête à évacuer les ressortissants français qui travaillent principalement pour Elf et ses sous-traitants. Trois guerres civiles secoueront ce pays pendant dix longues années.

Le spectateur se sentira moins perdu à l'écoute du texte de Dieudonné Niangouna en sachant cela, pourtant lui n'a que faire de ces précisions. Il raconte non pas un contexte ou l'histoire de la guerre, mais le quotidien à hauteur d'homme, l'horreur qu'il rencontre en tant qu'individu jeté dans la tourmente. Il se rappelle le premier barrage à Brazzaville devant lequel il est mis en joue par un milicien, la traversée du Mayombe vers Pointe-Noire, les corps sur la route, le poste de police face à la gare où il se fera molester à coups de crosse. Puis encore les cadavres. Les enfants soldats. La faim. La maladie. Le froid. La chaleur. La survie sans savoir pourquoi.

Les mots de Dieudonné Niangouna se bousculent de plus en plus vite dans sa bouche. Ils perdent leur sens devant l'indicible de la guerre. Ils se transforment en un horrifique poème désespéré.

La force de ce texte vient de l'absence d'apitoiement, et de la distanciation par rapport aux évènements. Le rythme des mots, comme un délire de plus en plus décousu en raison de l'horreur, la faim et la maladie, devient transe. Une transe portée par les improvisations sonores de Pascal Contet et les lumières au néon de Xavier Lazarinei et Brunel Makoumbou qui rappellent l'éclairage des terrasses des restaurants de rue dans ces villes du Congo. Dieudonné Niangouna vit physiquement son texte, le récite en se jetant à terre ou sur les murs. Le corps parle lorsque les mots ne suffisent plus à s'exprimer. L'indicible de la guerre qui s'immisce jusque dans les chairs.

Le récit de ce long poème, exercice de reconstruction d'un homme après une tragédie, est une expérience aussi bouleversante que dérangeante.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=