Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les inepties volantes
Grande Halle de la Villette  (Paris)  mars 2010

Texte écrit, mis en scène et interprété par Dieudonné Niangouna accompagné par Pascal Contet à l'accordéon.

1993, République du Congo ou Congo-Brazzaville, début de la première guerre civile. Sur l'autre rive du fleuve Congo, le territoire qui deviendra la République Démocratique du Congo, s'appelle encore Zaïre, il est dirigé par Mobutu.

Au Congo, les fonctionnaires ne sont plus payés depuis plusieurs mois. Il n'y a pas de route goudronnée entre Brazzaville, la capitale politique du pays, et Pointe-Noire, sa capitale économique. Entre les deux villes, les voitures sur la piste de terre et les trains sont régulièrement attaqués par des bandits de grand-chemin. Une des principales banque du pays a fait faillite l'année précédente, des milliers de familles ont perdu leurs économies. Le franc CFA est en passe d'être dévalué. Le pays est ravagé par le sida, gangréné par la corruption et une grande partie de la population est au chômage.

Pascal Lissouba, dit le Professeur, est le président démocratiquement élu du pays. Il est soutenu par la milice des "Zoulous", qui s'oppose à une autre milice, les "Ninjas" de Bernard Kolélas, alors maire de Brazzaville. Denis Sassou-Nguesso, ancien président et opposant à Lissouba et à Kolélas, vit alors à Pointe-Noire, protégé par ses "Cobras". La flotte française croise au large des côtes de Pointe-Noire, prête à évacuer les ressortissants français qui travaillent principalement pour Elf et ses sous-traitants. Trois guerres civiles secoueront ce pays pendant dix longues années.

Le spectateur se sentira moins perdu à l'écoute du texte de Dieudonné Niangouna en sachant cela, pourtant lui n'a que faire de ces précisions. Il raconte non pas un contexte ou l'histoire de la guerre, mais le quotidien à hauteur d'homme, l'horreur qu'il rencontre en tant qu'individu jeté dans la tourmente. Il se rappelle le premier barrage à Brazzaville devant lequel il est mis en joue par un milicien, la traversée du Mayombe vers Pointe-Noire, les corps sur la route, le poste de police face à la gare où il se fera molester à coups de crosse. Puis encore les cadavres. Les enfants soldats. La faim. La maladie. Le froid. La chaleur. La survie sans savoir pourquoi.

Les mots de Dieudonné Niangouna se bousculent de plus en plus vite dans sa bouche. Ils perdent leur sens devant l'indicible de la guerre. Ils se transforment en un horrifique poème désespéré.

La force de ce texte vient de l'absence d'apitoiement, et de la distanciation par rapport aux évènements. Le rythme des mots, comme un délire de plus en plus décousu en raison de l'horreur, la faim et la maladie, devient transe. Une transe portée par les improvisations sonores de Pascal Contet et les lumières au néon de Xavier Lazarinei et Brunel Makoumbou qui rappellent l'éclairage des terrasses des restaurants de rue dans ces villes du Congo. Dieudonné Niangouna vit physiquement son texte, le récite en se jetant à terre ou sur les murs. Le corps parle lorsque les mots ne suffisent plus à s'exprimer. L'indicible de la guerre qui s'immisce jusque dans les chairs.

Le récit de ce long poème, exercice de reconstruction d'un homme après une tragédie, est une expérience aussi bouleversante que dérangeante.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=