Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jacques Higelin
La Cigale  mercredi 14 mars 2010

Dans la famille Higelin, je voudrais le père ! Ces dernières mois, de succès critiques en Victoires de la Musique, la progéniture a eu tendance à faire passer le patriarche au second plan. Non content d'avoir sorti le mois dernier un nouvel album unanimement et justement acclamé (Coup De Foudre), le grand Jacques accompagne son splendide come-back d'une résidence à la Cigale pour une semaine.

Dimanche oblige, c'est en pleine journée que l'on est conviés à applaudir Monsieur Higelin Boulevard Rochechouart. Le dernier de ses concerts à La Cigale débute sur un air de Duke Ellington, interprété de main de maître par un trio de cuivre qui nous épatera tout l'après-midi. Suivant de près ses cinq autres musiciens (guitare, basse, percussions, batterie, clavier), Higelin arrive, tout sourire, cheveux blancs parfaitement décoiffés. Sur "Coup De Foudre", splendide titre pop et morceau d'ouverture éponyme du dernier disque, le chanteur fait jaillir le refrain de ses tripes : "Je t'aiiiime" ! On aura appris au moins une chose aujourd'hui : le talent aidant, il est parfaitement possible de chanter ces mots sans avoir l'air immédiatement ridicule. "J'ai Jamais Su" et "New Orleans" viennent ensuite confirmer que Coup De Foudre (qui se taille la part du lion dans la setlist) est un grand cru. Le concert commence sous les meilleurs auspices, même si la semaine passée à La Cigale a visiblement laissé des traces sur les cordes vocales du chanteur.

A presque 70 ans, le barde fantasque rayonne sur scène et met tout son cœur à l'ouvrage. Il nous gratifie de moments de loufoquerie dont il a le secret : avant de se lancer dans "Paris - New York , New York - Paris", il prend le temps de nous réciter "La Cigale et La Fourmi" de Jean De La Fontaine dans la peau d'un écolier en culotte courte. Le titre et l'auteur de la fable sont répétés inlassablement avec la diction d'un gamin de 8 ans qui cherche à gagner du temps face à sa maîtresse. L'intermède se termine par une confusion volontaire avec "Le Corbeau et Le Renard". La salle est hilare. Un peu plus tard, il stoppe son groupe en plein couplet d' "Août Put" et se lance dans un numéro de chef d'orchestre grandeur nature : c'est le public qui chantera le truculent refrain ("Gourdoooon, Alpes-Maritiiiimes, dont le donjon culmiiiine à 2 500 pieeeeds du niveaaaau de la meeeer Méditeeee...rrranée"). La Cigale s'improvise en chorale géante, d'abord timidement, puis à pleins poumons devant les exhortations du chanteur.

Jacques Higelin qui, avec sa voix éraillée et son personnage insaisissable, évoque un Tom Waits francophone ("Kyrie Eleison"), poursuit son tour de chant avec "Cigarette" et "Champagne", passant de la guitare au piano. L'enchaînement de ces deux splendides morceaux s'impose comme le moment phare du concert. "Champagne", dans une version réduite à l'essentiel (piano-voix-percussions), est étourdissante. L'émotion est à son comble et Higelin reçoit une ovation méritée.

Après un "Bye Bye Bye" country et de circonstance, Higelin présente ses musiciens (mention spéciale à l'excellent Alice Botté à la guitare et à l'étrange Dr Dominique Mahut aux percussions, que le chanteur présente comme un alien venu d'une autre planète et recueilli par la troupe) puis se retire. Cinq bonnes minutes (et des tonnerres d'applaudissement) plus tard, tout ce petit monde regagne la scène et entame le rappel par "Crocodaïl", titre étrange et funky du précédent album (Amor Doloroso), aux jeux de mots encore une fois savoureux. Voix grave, diction bancale et paroles susurrées, Higelin y campe un double crédible de Gainsbourg.

Mais l'événement de cette fin de concert reste cette magnifique version reggae de "Pars". L'interprétation pleine de fraîcheur donne une seconde vie au morceau, qui se retrouve carrément dynamité lorsqu'Izïa - fille de - monte sur scène pour partager le micro. Qu'on aime ou pas le disque de la petite, il faut être sourd pour ne pas se rendre compte qu'elle dispose d'une voix époustouflante. A seulement 19 ans, elle possède une qualité réservée aux grands interprètes : dès qu'elle chante (avec une ferveur rare), il se passe quelque chose. Charisme naturel, fougue incomparable et capacités vocales extraordinaires : ne lui reste plus maintenant qu'à écrire de vraies bonnes chansons.

L'épilogue de ce spectacle plein d'entrain nous apprend que papa est incroyablement fier de sa fille et n'aime pas les empêcheurs de tourner en rond. On se fait des bisous à tout va, on s'enlace, on se dit plein de choses gentilles à l'oreille. Même si un peu long, ce bonheur fait plaisir à voir. D'autant que du bonheur, il y en a à revendre dans le public après ce concert jubilatoire.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Jacques Higelin parmi une sélection de singles (janvier 2007)
La chronique de l'album En plein Bataclan de Jacques Higelin
Articles : Hommage à Jacques Higelin - Marc Duquenoy - Armelle Yons - Jérémie Kiefer - Cat Loris - Paul Galiana - Olivier Eyt
Jacques Higelin en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (jeudi)
Jacques Higelin en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Dimanche

En savoir plus :
Le Myspace de Jacques Higelin

Le blog de Pierre


Pierre Baubeau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=