Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Arno
Interview  (Paris)  17 mars 2010

Rencontre avec Arno en fin d'après-midi. Il est au milieu de la tournée promo de son nouveau disque Brussld. La journée a été longue, plusieurs sessions, interviews enchaînées depuis le matin, et il prend un avion pour la Suisse le soir même. Alors il se dope... au coca light. Ce qui frappe lorsqu'on rencontre Arno pour la première fois, c'est son côté massif, solide. Ensuite il y a la main qu'on serre, de bonnes grosses paluches. Et pourtant, il n'a rien d'un ours, il nous reçoit avec un grand sourire, commence à raconter quelques blagues, nous demande notre avis sur le Casino de Paris, une salle qu'il ne connaît pas. Il précise qu'il préfèrerait la configuration avec le public debout dans la fosse, il n'aime pas trop lorsque les gens sont assis.

Un des charmes d'Arno lorsqu'il parle, c'est cette voix râpeuse et les silences. Pour essayer de retrouver un peu de cela dans le texte, j'ai décidé de retranscrire sa langue, les formules telles qu'il les dit. Rencontre avec un mec qui en a, avec un Monsieur de la chanson, mais aussi avec un type comme tout le monde "qui a deux trous dans son nez".

Après quoi courez-vous encore après toutes ces années ?

Après ma bite. Comme tous les mecs. (rires)

C'est bien, ça prouve qu'elle est toujours devant vous (rires). Mais y a-t-il encore quelque chose que vous rêviez de réaliser en musique, ou dans le cinéma ?

La seule chose que je sais faire, c'est la musique. J'ai deux mains gauches. Et lorsque je ne fais pas de musique, je suis dépressif. Je suis accro à ça. Quand je fais pas de tournée, je tombe dans un trou. Je n'ai pas de hobby.

Brussld, est-ce une forme passée du verbe Brussel, comme dans le "Quand Bruxelles brusselait..." de Jacques Brel ?

Brussel de Jacques Brel n'est pas Brussel d'aujourd'hui. Brussel, c'est la capitale de l'Europe. Et sans l'Europe, Brussel n'existerait pas. À Brussel, on parle quatre langues : français, arabe, flamand et anglais. En français, c'est Bruxelles, en flamand Brussel, en anglais Brussels et en arabe ça se prononce Brixel ; je ne parle pas l'arabe. Je fais un mélange de tout ça. Il n'y a pas de banlieue chez nous, on vit ensemble. Ce n'est pas comme à Paris où il y a les banlieues. Il y a seulement un million de gens. Il y a autant de gens à Paris que dans toute la Belgique, c'est petit la Belgique.

Mais ce "d" au bout de Brussel, qu'est-ce qu'il veut dire ?

C'est parce que Brussel, ça bouge.

Sur une chanson comme "Mademoiselle", vous considérez-vous comme un chroniqueur ou comme un moraliste ?

Moraliste ? Non ! Pas du tout. Je suis un voyeur et un branleur. Moraliste, non. Je constate seulement. C'est une image d'une femme qui habite dans mon quartier. C'est son histoire passée aujourd'hui. Les gens, ils m'inspirent. Sans les gens, je ne fais pas des chansons. Et j'aime les gens.

Dans cet album, on sent un rejet général de la politique et de la religion. Pourtant, il est traversé de valeurs humaines profondes. D'où vous viennent ces valeurs ?

Mon éducation. Mon père, c'était un syndicaliste, de gauche. Mais comme il y a plus de socialisme dans un salon de coiffure que chez les socialistes maintenant... (rires) Le monde est en train de changer. On a vécu avec notre cul dans le beurre, ou dans les spaghettis, pendant des années. On est la première génération qui n'a pas connu la guerre. Mon père, il a connu une guerre. Mon grand-père, il a connu deux guerres. Mais pendant ces années-là, jusqu'à il y a cinq ans, tout va bien. Il y a la crise qui commence, ou on est déjà dedans. Et tout est en train de changer. Par exemple, il y a des métiers qui existent aujourd'hui, qui n'existent plus dans cinq ans. L'avenir, c'est un grand point d'interrogation. Et je le sens. J'ai aussi des enfants. Ils ont fait des études. Mais qu'est-ce qu'ils doivent faire ?

Je suis déjà content pour moi, car maintenant pour être chanteur de charme, c'est fini. Les maisons de disque, dans cinq ans, ça n'existe plus. Vendre des millions de disques, c'est fini. Je vois dans la branche où je suis, mais je vois le bazar qui change ailleurs aussi. L'Amérique n'a plus le pouvoir qu'elle a eu il y a cinq ans. Et l'Europe, c'est le petit frère de l'Amérique. On est dans le même bazar. Je vois ça. Ça m'inspire. J'écris des chansons de ça. Je vis avec plein d'écritures. J'utilise des musiques arabes et je suis confronté avec les anglais. Et j'ai des enfants de toutes nationalités.

Sur ce disque, je vous trouve plus citoyen qu'auparavant. Pas engagé, mais citoyen.

Oui, peut-être. Je suis en manque de révolte.

D'où la reprise aussi de "Get Up, Stand Up (Don't Give Up The Fight)" de Marley ?

Je suis un peu frustré. Les jeunes devraient être dans la rue. Mais il ne se passe rien. Ils sont ordonnés. Je ne comprends pas. Au zapping, une séquence a été diffusée dans laquelle on voyait de jeunes dire, à propos d'une soirée de binge drinking, "nos parents ont fait mai 68. Nous, on fait ça pour évacuer la pression".

Je ne comprends pas ça. Mai 68, c'était des étudiants, mais ils ont obligé des ouvriers à venir dans la rue. Mais mai 68, ce n'était pas seulement ça. La fin 60 début 70, c'était la première fois dans l'histoire que les jeunes ont eu une culture créée par eux-mêmes. Les jeunes des années 60, ils n'ont pas été habillés comme leurs grands-pères. Ils ne font pas la musique du grand-père. Il y a une nouveauté, un truc pour avoir sa propre identité. Et on ne s'ennuie pas. Je manque de ça. Peut-être ça va changer. Peut-être qu'il va y avoir une nouvelle génération qui va dire "écoute, on en a marre de ça". J'espère. Je ne sais pas dans quelle direction ça va aller. Même dans la musique tout est devenu rétro.

Dans le nouveau disque, le thème de la mort est à nouveau présent. Pourtant, j'ai l'impression que, plus que la mort, c'est le silence et la solitude que vous craignez.

Je suis seul. Je n'ai pas de femme. J'ai mes enfants, mais ils sont déjà grands. Ils sont partis. Les musiciens, ce sont mes amis. C'est pour ça que je fais des tournées.

Si je vous dis que vous êtes un chanteur "physique", aussi bien sur scène qu'à travers vos textes, cela vous convient-il ?

Ouais. C'est pour ça que quand on me demande "pourquoi tu fais pas du sport ?", je réponds "Je fais du sport. Je joue chez Arno" (rires). Pour moi, quand je chante, tout mon corps bouge. Plus comme avant, mais ça bouge encore. Chanter, pour moi, c'est très physique. Même quand je chante et que je suis assis, je bouge. J'ai des "spasmes rythmiques". (rires)

Vous êtes très professionnel. Sur scène, vous avez toujours un œil sur les musiciens. Cela fait quarante années que vous gérez votre carrière. Pourtant, vous avez cette image d'une personne souvent ivre. Quel est votre rapport à l'alcool ?

(silence) Quand je suis en tournée, je ne bois pas. Je bois quand je fais rien. C'est très dangereux quand je ne fais pas des concerts, je deviens alcoolique. Je dois faire des choses, autrement je bois.

Mais, y a-t-il des moments où vous ne faîtes rien, entre l'écriture, l'enregistrement, le cinéma ?

Je bois. Mais maintenant, je peux plus boire comme avant. Quand je bois, le lendemain, j'ai vraiment une gueule de bois, un black dog day. Je suis dans le surréalisme, et ce n'est pas gai. Je ne supporte plus l'alcool comme avant. Pas physiquement, mais mentalement. Ce n'est pas gai, je peux être dans le dépressif.

En parlant de surréalisme, dans "Elle pense quand elle danse", vous dites le prénom Marguerite, mais on entend "Magritte".

Le peintre. "Ceci n'est pas une pipe". Oui, j'ai pensé à ça. Le surréalisme, je suis aussi comme ça. Ce pays est surréaliste, Brussel est surréaliste. C'est un bordel. Brussel est ouverte comme une vieille pute. (rires)

Comment s'était passée la rencontre avec Bashung dans "J'ai toujours rêvé d'être un gangster" ? Pour tous les amateurs de rock et de chanson, ça reste une scène d'anthologie.

Je connais Alain parce qu'il était toujours à Brussel pour ses albums. Il a toujours pris mes musiciens, c'est pour ça que je le connais. Je le croise dans le studio, on se salue. C'était toujours "Bonjour Alain", "Bonjour Arno". Je l'ai vu au studio à la période quand il était un peu dans le bazar. Il a eu des problèmes avec l'alcool, il m'a dit ça. Pendant le tournage, je ne sais pas qu'il était déjà malade. Mais il fumait beaucoup. Et il buvait beaucoup de coca light. Je lui dis qu'il doit arrêter avec ça. Un an après, dans une interview, il dit qu'il ne fumait plus, et qu'il ne boit plus de coca light. Et il dit "c'est à cause d'Arno". (rires)

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Jus de box de Arno
La chronique de l'album Covers Cocktail de Arno
La chronique de l'album Brussld de Arno
La chronique de l'album Future Vintage de Arno
La chronique de l'album Human incognito de Arno
Arno en concert au Festival Solidays 2005 (vendredi)
Arno en concert au Festival Les Nuits Secrètes
Arno en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Arno en concert à Casino de Paris (1er juin 2010)
Arno en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 23 juillet 2010)
Arno en concert à Casino de Paris (lundi 8 novembre 2010)
Arno en concert à L'Aéronef (lundi 3 décembre 2012)
Arno en concert au Trianon (vendredi 20 mai 2016)

En savoir plus :
Le site officiel de Arno
Le Facebook de Arno


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=