Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lena Deluxe - Jean-Louis Murat
Grand Mix  (Tourcoing)  vendredi 2 avril 2010

Pour apprécier Jean-Louis Murat, sur disques comme sur scène, il faut aimer les mots : c’est par le verbe que l’on peut juger, dans un premier temps, un concert de l’auvergnat. Musicalement on peut décrire la prestation de Murat comme la rencontre idéale entre la chaleur du jazz et la poésie surréaliste. Une écoute attentive des paroles nous procure un effet comparable à la lecture de certains textes surréalistes, conçus selon le procédé automatique qui consiste à écrire le plus vite possible afin d’avoir accès aux zones de l’inconscient. La créativité de Murat étant connue pour être faste on peut imaginer qu’il procède de cette manière, selon un rythme sans doute quotidien ; qu’il garde toujours en réserve une quantité de textes qui tôt ou tard finiront par figurer sur un album. Le résultat ? Un album minimum par an depuis la fin des années 90. Si l’on regarde l’ensemble de sa discographie, force est de constater que la quantité implique également une qualité d’écriture, relativement constante.

Quant à l’instrumentation, entre les nappes synthétiques des premiers albums et la facture acoustique de la dernière période on trouve évidemment un large contraste.

En ce qui me concerne – et cette constatation ne cesse de me surprendre – je trouve plus beaux et plus forts les premiers albums "synthétiques", peut-être à cause de leur caractère novateur − même s’ils sont indiscutablement en phase avec leur époque : fin des années 80, tout à fait normal d’utiliser des synthés. Mais ce que Murat a apporté avec des albums comme Cheyenne Autumn ou Le Manteau de Pluie est important.

Sur scène, la méthode, ou plutôt la formule, continue de surprendre. Vertiges des mots, mouvement fluide de la mélodie : on se laisse porter par cette ivresse même si le ton ne change pas.

Cette constante est à préciser : sur une heure et demie de concert, Murat reprend de manière cyclique les mêmes thèmes, mêmes effets, mêmes ruptures électriques. Du coup chaque nouvelle introduction est la répétition de ce qui vient de se jouer, définissant certes le prolongement de l’élan initial, mais aussi la confirmation de la tonalité centrale. Pendant la première demi-heure on a tendance à ne pas y prêter attention. Au bout d’une heure, cette impression de "déjà-vu" s’avère remarquable.

Disons que Murat s’est contenté de faire du Murat, en faisant attention de ne pas donner plus que ce qui était nécessaire. Rester entre les bornes du raisonnable, paradoxalement pourrait-on dire puisque les textes disent le contraire. C’est-à-dire que, si l’on excepte les fans radicaux qui auront toujours sur les concerts un jugement faussé par leur passion, le public est sorti de la salle du Grand-Mix plutôt satisfait, alors qu’il aurait pu être autrement marqué par l’imprévisible, l’audace – même si la prestation fut brillamment conclue par les vers du Grand Poète (L’Examen de Minuit de Baudelaire).

La chanteuse lilloise, Lena Deluxe a ouvert la soirée en solitaire : beaucoup de sensibilité et de gentillesse, ce qui humainement est déjà beaucoup. Même si certaines influences sont perceptibles (Shannon Wright pour l’immédiateté, PJ Harvey pour la sécheresse, Belle and Sebastian pour l’élégance), cette jeune chanteuse n’aura pas de mal à s’en libérer, aucun doute à ce propos. Le ton personnel finira par l’emporter. Seule, sur scène, sa présence est déjà forte, on s’en rend compte par la qualité de silence qui suit chacune de ses chansons. La curiosité nous amènera donc à guetter ses prochaines apparitions au sein d’une formation complète.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Lena Deluxe en concert à Malle à Disques (samedi 3 octobre 2015)
La chronique de l'album Moscou de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Les fleurs du mal - Charles et Léo de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Tristan de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Le cours ordinaire des choses de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Grand Lièvre de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Toboggan de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Babel de Jean-Louis Murat & The Delano Orchestra
La chronique de l'album Live aux [PIAS] Nites de Jean-Louis Murat & The Delano Orchestra
La chronique de l'album Morituri de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Travaux sur la N89 de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Il Francese de Jean-Louis Murat
La chronique de l'album Baby Love de Jean-Louis Murat
Jean-Louis Murat en concert aux Saulnières (28 octobre 2004)
Jean-Louis Murat en concert à La Cigale (17 novembre 2006)
Jean-Louis Murat en concert au Studio Davout (3 septembre 2009)
Jean-Louis Murat en concert à L'Alhambra (mardi 23 novembre 2010)
Jean-Louis Murat en concert à la Salle Moebius du Beffroi (samedi 10 octobre 2015)
L'interview de Jean-Louis Murat (20 septembre 2011)

En savoir plus :
Le Myspace de Lena Deluxe
Le site officiel de Jean-Louis Murat
Le Myspace de Jean-Louis Murat

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


David Falkowicz         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=