Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gorillaz
Plastic Beach  (EMI)  mars 2010

Jusqu'ici (mis à part un album inégal avec The Good, The Bad & The Queen en 2007), la discographie de Damon Albarn (Blur, Gorillaz) frise la perfection. Demon Days, la précédente livraison de Gorillaz, avait placé la barre très haute. Trop haute sans doute, car la comparaison est rude pour ce Plastic Beach bien en deçà de nos espérances.

Malgré l'immense succès des deux premiers albums de Gorillaz, Albarn garde la tête froide et ne verse pas dans la surenchère. Il continue son petit bonhomme de chemin, à la recherche de la pop la plus cool du monde. On retrouve donc les ingrédients habituels sur Plastic Beach : invités de marque (Snoop Dogg, Bobby Womack, Lou Reed, Mos Def, De La Soul, Mark E. Smith, Mick Jones, Paul Simonon), production rutilante et efficace, sonorités diverses, brassage des genres (pop, hip-hop, dub, reggae et electro sont passés dans un mixer géant). Mais la formule qui enchantait sur Demon Days ne fonctionne plus que par intermittence. Échoué sur son île déserte, l'unique rescapé Murdoc se la coule douce et livre un Plastic Beach certes décontracté mais en pilote automatique. On a beau chercher, on n'y trouve aucun "Clint Eastwood" ou "Dare".

La belle mécanique de Gorillaz semble donc grippée. La moitié des titres du disque peine à susciter un réel intérêt et l'album ne décolle jamais vraiment. Sur Demon Days, même les morceaux les moins passionnants attiraient l'attention ("November Has Come", "White Light"). Cinq ans après, c'est l'inverse : les meilleurs passages du disque ("Stylo", "Empire Ants", "Plastic Beach", "Some Kind Of Nature", "Glitter Freeze", "To Binge") comportent eux aussi leurs lots de ratés.

Plastic Beach, d'obédience hip-hop, est un disque mou du flow, paresseux. La pléiade d'invités n'y change rien et ne fait surtout pas oublier le charme incomparable de la voix de Damon Albarn, dont la sensibilité fait mouche même sur des titres moyens ("On Melancholy Hill", "Broken") et tire les meilleures compositions vers le haut ("Stylo" "Empire Ants", "Plastic Beach", "To Binge"). Quant aux rythmiques, effets électroniques et gimmicks autrefois passionnants, ils tournent désormais régulièrement dans le vide.

On ne trouve donc rien de bien excitant sur cette île recouverte de plastique. Après deux décennies passées en éclaireur, Damon Albarn nous déçoit pour la toute première fois. Espérons que cette soudaine baisse de créativité de l'une des figures les plus marquantes de ces vingt dernières années ne soit qu'une passade.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album D-sides de Gorillaz
La chronique de l'album Humanz de Gorillaz
Gorillaz en concert au Festival International de Benicàssim #16 (dimanche 18 juillet 2010)
Gorillaz en concert à Zénith (lundi 22 novembre 2010)
Gorillaz en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2018 - Samedi 21
The Good The Bad and The Queen parmi une sélection de singles (février 2007)
La chronique de l'album The good, the bad and the queen de The good the bad and the queen
La chronique de l'album Think Tank de Blur
Blur en concert au Bataclan (19 mai 2003)
Blur en concert à l'Olympia (16 octobre 2003)
Blur en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Dimanche


En savoir plus :
Le site officiel de Gorillaz
Le Myspace de Gorillaz
Le blog de Pierre


Pierre Baubeau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=