Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Airship - iLiKETRAiNS - Editors
Grand Mix  (Tourcoing)  mardi 27 avril 2010

Comme Arthur retirant Excalibur du rocher, c'est à son altesse Franz Ferdinand que l'on doit une large part du renouveau rock des années deux mille et zéro. Que l'on aime plus ou moins le quartet de Glasgow, qu'il soit dans le fond héros ou éclaireur de cette nouvelle armée du rock, quelles que soient les puissances occultes qui auront présidé à son avènement – rien n'y changera rien : avant  que n'apparaisse sur la scène son étendard, et que ne s'y rallient moult formations nouvelles et vétérans revenus pour livrer une dernière bataille, on avait connu, et tout particulièrement en France, de bien tristes années.

On ne voyait plus beaucoup de Ray Ban Wayfarer ni de blouson de cuir à la radio.... Dance, musiques électroniques, chanson française plus ou moins surannée, hip hop, jazz, comme toujours renvoyé aux radios spécialistes, mais néanmoins bien vivant – la variété était bien là ; mais de rock, point. Mais je vous parle d'un temps que les moins de quinze ans n'ont pas vraiment connu, ce qui n'est pas nécessairement une mauvaise chose. Un temps où le rock se réduisait, à entendre les médias, à U2 et aux Rolling Stones, façon géronto-tuperware à faire marrer Johnny. C'était avant les jeans slim et le retour des franges.

C'est dans la veine de ce renouveau rock qu'il faut situer Editors. Un son rock un peu punk un peu froid, abreuvé du synthétisme d'années quatre-vingt qui auraient plus appartenu à Joy Division et à And also the trees qu'à Desireless et Madonna. Une belle voix grave, façon Interpol, qui chante dans ses aigus, façon White Lies.

Auteur d'un premier album indiscutable en 2005, The Black Room, le quartet a depuis prouvé sa capacité à durer (An end has a start en 2007, oscar du titre le plus joy disvisionien) et à se renouveller (In this light and on this evening en 2009, qui amorce un virage plus électronique – comme l'a d'ailleurs fait Franz Ferdinand avec son Tonight – tiens, tiens). Il a surtout conquis une étonnante audience, fédéré une armée de fan et forcé le respect de bien des observateurs.

Que l'on prenne l'ampleur de l'événement de leur venue au Grand Mix, notre salle de six cent cinquante places préférée : cent vingt places vendues en cinq minutes ; date annoncée complète cinq jours plus tard. Une inhabituelle folie que l'on doit notamment au public belge voisin, qui a l'habitude de voir Tom Smith et ses acolytes remplir des salles de plusieurs milliers de personnes et n'a pas laissé passer une occasion de le rencontrer en situation plus intime.

Intimité relative, donc, car la salle était bondée. C'est pourtant avec une chaleur tiède qu'ont été accueillies les deux premières parties de la soirée : les tous jeunes Airship et les très inattendus iLiKETRAiNS. Si les premiers jouent une musique électro-pop-rock enthousiastes et un brin futile, à laquelle l'adjectif "sucré" irait comme un gant, pour peu que l'on comprenne que les ingrédients n'en sont pas diététiques, les seconds s'étaient rendus coupables en 2007 d'un album d'une noirceur infinie, le très sérieux Elegies to lessons learnt et, en 2008, d'un EP instrumental qui n'aurait rien eu à envier à Mogwai : The Christmas Tree Ship.

Pour tout dire, ces deux disques font partie de ma discographie idéale. Imaginez : un Leonard Cohen (ancienne époque) en colère, dépressif et plus suicidaire qu'Ian Curtis, qui viendrait poser quelques lignes d'un chant meurtri sur des compositions d'Explosions in the Sky à l'occasion de l'anniversaire de quelque grand massacre historique. Amplement de quoi s'amuser les longues soirées d'hiver dans la banlieue d'une ville sibérienne, donc. De quoi, aussi, s'étonner de retrouver la formation en première partie de cette tournée des Editors. Mais la surprise ne s'est pas arrêtée là puisque c'est un set presque pop (toute proportion gardée) qu'a proposé le quartet.

Quid de la lenteur, de la densité, de la pesanteur, de la gravité, de la profondeur, de l'épaisseur ?!

Il faudra attendre la quatrième et dernier titre de cette prestation concise pour les retrouver, le temps d'une explosion délicieuse, qui arrachera finalement à la foule une exclamation admirative.

La formation amorcerait-elle un virage pop(ulaire) ? Cherche-t-elle à faire la couverture des magazines ? La réponse est espérée, avec un peu d'appréhension, pour cette année, avec la parution d'un nouvel album que le groupe espère "différent" – mais il est certain que Sea of regrets, le single qui l'a annoncé en octobre 2009, semble faire plus de place au chant et se rapprocher de structures plus classiques, à l'image de ce qui nous a été proposé sur scène. Qu'il est difficile, parfois, à négocier, le passage au deuxième album !

Quant aux Editors eux-mêmes, ils prouvent que leurs compositions n'ont pas besoin du renfort d'une industrie du spectacle mégalomane pour se tenir debout. Dans une salle à taille encore humaine, comme au contact direct du public, ils enchaînent le meilleur de leurs trois albums avec naturel et facilité, pour le plus grand délice de leurs fans, ravis.

On pourrait être tenté, sur la durée, d'objecter que tout cela tourne un peu en rond, explore les mêmes pistes, malgré le vernis de quelques touches électro supplémentaires, qui ne font en réalité que renforcer le côté new new wave originel. Mais les délices de titres imparables comme "Escape The Nest", "Racing Rats", "Munich", "Bullets" ou "Papillon", single du troisième album, suffisent à effacer toute critique sérieuse. Alors on ferme les yeux et l'on accepte de se laisser emporter dans la nuit des Editors, on se disant que c'est peut-être bien à un groupe comme celui là que pensait Joseph d'Anvers lorsqu'il écrivit le roman La nuit ne viendra jamais.

It kicks like a sleep twitch !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Airship parmi une sélection de singles (février 2011 )
La chronique de l'album Stuck In This Ocean de Airship
La chronique de l'album The Back room de Editors
Editors parmi une sélection de singles (été 2006)
Editors parmi une sélection de singles (juillet 2007)
Editors parmi une sélection de singles (septembre 2007)
La chronique de l'album In This Light And On This Evening de Editors
Articles : Editors en concerts en France - Des albums, des EP et des singles à gagner !
Editors en concert à La Maroquinerie (22 septembre 2005)
Editors en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (samedi)
Editors en concert au Festival International de Benicassim 2006 (dimanche)
Editors en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (samedi)
Editors en concert au Festival Summercase 2007 (vendredi)
Editors en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Editors en concert à Main Square Festival 2012 - Programmation
Editors en concert à Main Square Festival 2012 - Vendredi
Editors en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2016 - du vendredi au dimanche
Editors en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Dimanche 28 août
Editors en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017)
Editors en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - samedi 8 juillet
Editors en concert au Festival des Eurockéennes 2017 - Vendredi 7 juillet
L'interview de Editors (5 avril 2008)
L'interview de Editors (18 septembre 2009)

En savoir plus :
Le Myspace de Airship
Le site officiel de iLiKETRAiNS
Le Myspace de iLiKETRAiNS
Le site officiel de Editors
Le Myspace de Editors

Crédits photos :Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=