Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Trans Am - Lazer Crystal
L'Aéronef  (Lille)  14 mai 2010

On m'a dit : "Trans Am, c'est vachement bien". Le post-rock-électro-dégénératif-futuriste-psycho-mathématique, je n'y connais pas grand chose mis à part Kraftwerk, il était temps de rafraîchir mes références.

Aussi j'ai décidé de suivre la recommandation et de combattre mon inculture en me lançant dans ce concert, il fallait bien un départ pour combler mes lacunes.

Première constatation : Trans Am n'a pas réussi à battre le pont de l'Ascension. Le club vide de l'Aéronef avait bien triste mine à mon arrivée, pourtant, le concert était gratuit pour les abonnés de la salle... Ce genre musical serait-il réservé à une certaine élite ?

Deuxième constatation : j'étais bien contente d'avoir mes bouchons d'oreille en assistant au démarrage de la première partie, Lazer Crystal (plus cliché que ça comme nom, tu meurs).

Sans connaître le genre, je suis pratiquement sûre que le groupe en est un condensé d'influences : des synthés faisant des blips sur une batterie aux rythmes lourds et asynchrones tandis qu'une voix aux paroles indéchiffrables s'étire et se déforme, ça doit fatalement être un cliché du genre rock-électro germanique des années 90.

Hélas, leurs morceaux ne me parlent pas vraiment : à peine je m'y accroche qu'ils s'achèvent, alors que j'en attends bien plus. Comme un avion trop lourd qui peine à décoller, Lazer Crystal m'entraîne bien difficilement jusqu'en bout de piste pour me planter là, dans l'attente d'une montée en puissance qui n'arrive pas.

Cette révélation, je l'aurai lors du passage de Trans Am sur scène.

Même disposition, une batterie au milieu encadrée de deux musiciens, cette fois-ci armés de guitares. Sont-ce celles-ci qui ont changé la donne, ou la bière que j'ai avalée entre temps ?

Quoiqu'il en soit, au départ du premier morceau, "Television eyes", je sens enfin ce décollage que j'attendais tant.

Pourtant on a là aussi un batteur déchaîné, une voix transformée au vocodeur et des synthés futuristes, mais c'est une toute autre dimension que je réussis à atteindre. Je ferme alors les yeux pour mieux plonger dans cette explosion de puissance sonore à laquelle je n'avais jamais encore assisté ; les boucles mélodiques répétitives de chaque morceau sont comme un fil d'Ariane dans cette traversée d'un nouveau monde que découvre mes oreilles.

Le parallèle me paraît évident, cette musique, c'est la même émotion que je peux retrouver face à un orage : une énergie concentrée libérée par le tonnerre. C'est agressif, c'est furieux, c'est mordant, c'est dangereux, une révélation pour moi qui me croyais imperméable au crachage de bruit à tendances spatiales, loin de soupçonner toute la richesse qu'on pouvait y trouver. Il faut dire que le jeu de batterie de Sebastian Thomson est hypnotique tant il monte en puissance sans jamais montrer le moindre signe de ralentissement, à mon plus grand plaisir.

On me dit que le groupe a joué de ses classiques, piochant dans tous ses albums (et ils sont nombreux). Certains titres comme "Black matter" ou "City in flames" parleront peut-être au connaisseur, pour ma part je les ai reçus de plein fouet pour une première écoute sans savoir de quel album, de quelle influence. La claque de la découverte n'en était que plus forte.

Pendant plus d'une heure, les membres de Trans Am auront déroulé leur  concert dans une tension continue à très haut voltage. À peine le spectacle fini qu'à mon tour, redescendue sur terre, j'ai pu m'exclamer sans retenue : "Trans Am, c'était vachement bien".

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Volume X de Trans Am
Trans Am en concert au Point Ephémère (26 mars 2007)

En savoir plus :
Le Myspace de Lazer Crystal
Le site officiel de Trans Am
Le Myspace de Trans Am

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Léa S.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 octobre 2022 : La culture bien au chaud

C'est l'automne, on reste au coin du feu et on écoute de la musique, on lit des bouquins et on se connecte à la TV de Froggy's Delight pour le concert de Colin Chloé vendredi 7 octobre ! Pour les sorties culturelles, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Ti'bal tribal" de André Minvielle
Rencontre avec Bukowski autour de leur album du même nom, "Bukowski"
"Time is color" de Cédric Hanriot
"Stravinsky, Ravel, Prokofiev : Ballets" de Jean-Baptiste Fonlupt
"Ozark" le retour de Listen In Bed pour la saison 4 en direct (ou presque) de Malte
"Viva la vengeance" de Panic! At The Disco
"Symphonie Fantastique, Hector Berlioz" de Quatuor Aeolina
quelques petites news de Shaggy Dogs, KissDoomFate, Trigger King et Mind Affect
"Emerson enigma" de Thierry Eliez
et toujours :
"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'Homosexuel ou la difficulté de s'exprimer" au Théâtre de la Cité Internationale
"Les Enfants" au Théâtre de l'Atelier
"Pères & fils" au Théâtre des Abbesses
"Le comble de la vanité" à la Pépinière Théâtre
"Boulevard Davout" au Théâtre de la Colline
"Et pourquoi moi je devrai parler comme toi" au Théâtre de la Colline
"Black Legends, le musical" à Bobino
"Gazon maudit" au Théâtre Les Enfants du Paradis
"Jean-Paul Farré - Dessine-moi un piano" au Studio Hébertot
les reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre de la Tour Eiffel
"Le Montespan" au Théâtre du Gymnase
"François Rabelais" au Théâtre Essaion
"Racine par la racine" au Théâtre Essaion
"Los Guardiola - La Comédie du Tango" au Théâtre Essaion
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génie" au Studio Hébertot
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Grand Point Virgule
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre de l'Oeuvre
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Face au soleil" au Musée Marmottan Monet
"Yves Klein, l'infini du bleu" aux Carrières des Lumières aux Baux-de-Provence
les autres expositions de la rentrée :
"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle :
"Les Mystères de Barcelone" de Luis Danès
en streaming gratuit :
"A ma soeur" de Catherine Breillat
"Barbara" de Christian Petzold
"So long my son" de Wang Xiaoshuai
"Borga" de York-Fabian Raabe
"Love trilogy" de Yaron Shani
et le cinéma de Claire Denis en 3 films

Lecture avec :

"L'inconnue de Vienne" de Robert Goddard
"Mordew" de Alex Pheby
"Napalm et son coeur" de Pol Guasch
"Un bon indien est un indien mort" de Stephen Graham Jones
et toujours :
"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=