Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Deftones
La Boule Noire  (Paris)  10 mai 2010

J'ai découvert Deftones en 97, lors de la tournée "Around the fur". J'étais tombé amoureux de ce groupe qui n'a cessé d'évoluer et de me surprendre. S'il ne devait en rester qu'un, pour moi ce serait eux... Quand j'ai appris qu'il donnait une série de concerts dans des toutes petites salles pour la sortie du nouvel album, il fallait que j'y sois ! (Comme je n'avais pas de pass photo pour ce concert, je vais vous mettre des photos de moi et du groupe en 97, lors d'une séance de dédicaces à Lyon).

Les lumières s'éteignent et on aperçoit les silhouettes des 5 membres de Deftones arrivant sur scène. Les accords de "Rocket Skate", le premier extrait du nouvel album, résonnent dans la salle et la fosse s'enflamme de suite et ne s'éteindra pas avant 1h 45 de bonheur. Frank Delgado, le DJ, ne scratche pas. Deftones n'est jamais tombé dans les clichés du Rap-Metal (on n'accuse personne mais nos regards se portent sur Korn, Limp Bizkit et pleins d'autres...), Frank joue avec des effets sur la guitare de Stephen Carpenter ou sur la voix de Chino Moreno. Il produit des sons entre la sirène d'alarme lointaine et le chant d'une baleine. Ces ambiances discrètes et subtiles sur les albums se font plus présentes en live, et c'est assez agréable.

Comme à son habitude, Stef est dans son monde, il est très statique derrière sa guitare mais n'en est que plus concentré.  Abe (qui a un cocard à l'oeil gauche) frappe avec force et conviction sur ses fûts qu'il maltraite comme un bûcheron tout en faisant des blagues entre deux chansons.

Ces dernières années, Chino Moreno avait tendance à se traîner sur scène, il passait beaucoup de temps accroupi derrière une petite estrade. Sa voix était devenue un peu molle et il partait dans les aigus au moindre cri ! Mais voilà, Chino a beaucoup maigri. J'ai retrouvé le chanteur de Deftones que j'avais vu en 97 lors de la tournée "Around The Fur". Il arrive à alterner chant mélodique, très calme et sensuel avec des hurlements sans perdre sa voix. Il bouge dans tous les sens, fait des petites danses New Wave sur les gros riffs quasi-death metal de Stephen Carpenter. Chante en équilibre sur la barrière de sécurité en se tenant aux mains des fans...

Il y a un point sur lequel j'ai été très attentif : le nouveau bassiste. Chi Cheng, le bassiste original de Deftones a eu un accident de voiture et est encore hospitalisé (d'ailleurs, la chanson "My Own Summer" lui a été dédicacé par Chino). L'album Eros qui aurait dû sortir en 2009 a été repoussé. Le groupe préfère sortir le disque quand Chi sortira du coma, ils ont donc préféré enregistré un tout autre album, Diamon Eyes, avec un bassiste remplaçant ! Ce bassiste n'est pas un inconnu car il s'agit de Sergio Vega, ex Quicksand qui avait déjà joué avec Deftones en 97 et 99. Sergio est vraiment bon, il envoie la sauce quand il faut, et on voit qu'il s'amuse bien avec le groupe. Il assure les backs vocals plutôt bien (il assure même plus que Chi que l'on entendait uniquement quand il hurlait). Il réussit à s'approprier les titres en les jouant à sa façon, sans dénaturer le son Deftones (je le reconnais alors que je suis amoureux de Chi Cheng et que c'est à cause de lui que j'ai eu envie de jouer de la basse.).

Après presque deux heures, Chino annonce la toute dernière chanson et comme souvent c'est avec "7 Words" qu'ils clôturent le show. Le concert était tellement intense qu'on sent que le public n'a plus d'énergie et pourtant, tout le monde puise dans ses ultimes ressources pour jumper et chanter une dernière fois avant de partir. Le public n'est plus qu'une entité unique, une masse de viande et de sueur qui saute à l'unisson en hurlant "Shut up you don't know me... Squeal like a pig when you big fuckin, big fuckin, ape !".

On voit que le groupe s'éclate à jouer sur scène, qu'ils s'entendent à nouveau bien ensemble (ce qui n'a pas toujours été le cas) et cela se ressent. Le public n'en revient toujours pas de voir un groupe aussi énorme dans une salle si intimiste. Deftones est capable de remplir un Zénith, alors les voir dans une salle de 250 places, et les voir jouer à  moins d'un mètre de soi, c'est juste terrible (pour ma part, j'étais juste devant le bassiste !). Le groupe salue le public, Stephen prend la foule en photo (comme à chaque concert) et ils s'en vont... C'est totalement lessivé mais avec un sourire aux lèvres de tout le monde que la salle se vide, avec la conviction d'avoir vécu un moment inoubliable.

Setlist
01.    Rocket Skates
02.    Diamond Eyes
03.    Feiticeira
04.    Elite
05.    Knife Prty
06.    Passenger
07.    CMND/CTRL
08.    You've Seen The Butcher
09.    Sextape
10.    When Girls Telephone Boys
11.    Minerva
12.    Birthmark
13.    Beauty School
14.    Be Quiet and Drive (Far Away)
15.    Around the Fur
16.    Lotion
17.    My Own Summer (Shove It)
18.    Back To School (Mini Maggit)
19.    Change (In the House of Flies)
20.    Root
21.    7 Words

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Diamond Eyes de Deftones
Deftones en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (vendredi)
Deftones en concert au Trianon (13 & 15 décembre 2010)
Deftones en concert au Festival Rock en Seine 2011 (dimanche 28 août 2011)
Deftones en concert au Festival Le Cabaret Vert #9 (jeudi 22 août 2013)
Deftones en concert à Download Festival
Deftones en concert à Download Festival #1 (édition 2016)
Deftones en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018)
Deftones en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018) - samedi 23 juin

En savoir plus :
Le site officiel de Deftones
Le Myspace de Deftones

Crédits photos : Nico Gebelin


Didier Richard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=