Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mono
Holy Ground : New York City Live with the Wordless music orchestra (CD + DVD)    (temporary residence Limited / Differ-Ant)  mai 2010

Il faudrait pour bien parler d'un album pouvoir trouver le mot juste. Un mot, un seul. Qui a lui seul en résumerait tout le trajet, tout l'esprit, tout le sujet, le verbe et l'objet. Un mot qui serait au disque le nom propre, le seul, son propre nom je veux dire, doté du pouvoir que lui confèrent les légendes : le contrôle de son âme.

Mais où se cache l'âme d'un disque ? Il est des disques dépourvus d'âme, c'est certain – de ces disques-là avec lesquels on ne voyage pas, Monsieur ; on compte, les ventes et les euro-dollars, ce qui est déjà quelque chose ; toute petite chose, qui ne compte pas, ne devrait pas compter.

Mais où se cache l'âme des grands albums, comment la posséder ? Il ne reste d'espoir à l'auditeur, apprenti sorcier mélomane, que dans l'écoute. Écouter. Écouter, encore et encore, jusqu'au par-cœur. Et surtout un peu plus loin encore. Écouter jusqu'à à parvenir à entendre, entre les lignes mélodiques, au détour d'un silence entre deux pistes, manière de ponctuation, entendre ce seul mot  qui signifierait tout. Écouter jusqu'à n'avoir plus de livre pompeux à écrire pour parler de cet album – n'avoir plus qu'un mot à la bouche, rien qu'un seul. Que l'on pourra bien imprimer au milieu de dizaines de pages blanches, comme on plie un millier de grues en papiers, pour voir s'accomplir un vœu. Comme un haïku ou un koan – ces formes littéraires japonaises qui visent, justement, à l'évidence, dans la simplicité ou dans le paradoxe. Ainsi de Mono. Parler de Mono avec évidence. Voilà qui ne sera jamais facile.

En attendant, il faudra bien raconter le disque, dévoiler en trop longues phrases, lascives étendues, toute l'intimité qui nous unit à lui ; donner à d'autres l'envie de venir s'y frotter, se laisser charmer, emporter.

S'agissant de Mono en concert, on aura une occasion supplémentaire, un nouveau point d'ouïe (comme on parlerait de point de vue) pour tenter de percer le mystère. S'agissant de Mono en images, on devra, certainement, en revenir au balancement des corps, à ces étonnantes présences fantomatiques, écrasantes d'absence...

Holy ground – la terre sainte. Titre énigmatique pour ce premier live de la formation japonaise, enregistré à New York en compagnie d'un orchestre symphonique : le Wordless music orchestra, formation de 24 pièces issue des Wordless music series, projet visant au rapprochement des musiques "classiques"  et "modernes"  – mieux : à l'effacement de la dichotomie qui les sépare (jusque dans la sociologie de leurs auditeurs, dans la littérature qui en traite). Comme un koan, là encore, dans la compréhension duquel se dissout l'apparente opposition.

L'album est proposé sous la forme d'un DVD accompagné soit d'un CD soit de trois trente-trois tours, si vous avez la chance de mettre la main sur une des trois mille copies vinyles, le CD comptant une titre de moins que les deux autres supports ("Follow the map").

Environ une heure et demie des grandioses compositions de Mono, leur intensité et leur puissance parfaitement mises et scènes et capturées, la nouvelle orchestration faisant mouche avec une évidence déconcertante. Il est vrai que la discographie de Mono nous avait déjà habitué aux sonorités d'instruments plus classiques, notamment sur son dernier album studio, le grandiose Hymn to the immortal wind (Temporary Residence, 2009). Mais mêmes les pièces plus anciennes, plus évidemment ancrée dans l'âme rock du quartet d'origine, comme "Where Am I ?" (issu du légendaire One step more and you die, 2002), "Halcyon" ou "Are you there ?" (issus de You are there, 2006), tirent leur épingle de ce jeu et trouvent là l'occasion d'un lifting tout à fait à leur avantage.

Amplement de quoi donc renouveler l'intégralité du plaisir qu'il peut y avoir à découvrir une fois encore Mono. De quoi approfondir aussi le secret douloureux qui, en studio déjà, faisait languir l'auditeur désireux d'atteindre à la vérité de cette musique complexe. De quoi, regretter, surtout, de n'avoir pas eu le plaisir d'assister à cette prestation, un support aussi fin qu'un disque ne pouvant jamais bien rendre toute l'épaisseur d'un tel concert.

Près de dix ans après son premier album (Under the Pipal Tree, 2001) et avec plus d'une dizaine de contributions studios à son actif, la formation aura fini de prouver, même aux plus sceptiques / cyniques, qui ne voulaient voir en elle que les suiveurs appliqués et poseurs de Mogwai et Godspeed You Black Emperor, qu'elle a la carrure des plus grandes formations historiques.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Walking Clouds and Deep Red Sky Flag Fluttered and the Sun Shined de Mono
La chronique de l'album For My Parents de Mono
Mono en concert au Festival de Dour 2006 (dimanche)
Mono en concert au Korigan (3 décembre 2006)
Mono en concert à Glaz'Art (27 mars 2009)
Mono en concert au Festival Furia Sound 2009


En savoir plus :
Le site officiel de Mono
Le Myspace de Mono
Le site officiel de Worldless Music Orchestra


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=