Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gush
Everybody's God  (Cinq 7 / Wagram)  février 2010

Qui a découvert Gush en concert ne peut que se réjouir de les voir enfin sortir leur premier album.

Vus à deux reprises sur les planches l'an dernier (à Rock En Seine et surtout lors d'une première partie magique pour -M- à La Cigale), la grande famille Gush (deux frères et deux cousins) y excelle malgré son jeune âge. S'échangeant leurs instruments, se relayant au micro, déployant une puissance pop et une énergie communicatives, ils offrent une des prestations les plus percutantes du moment. Il faut énormément de (mauvaise) volonté pour ne pas en ressortir avec une banane énorme.

Outre de forts jolis minois, les quatre Gush ont plus d'un atout dans leur manche. Premier, et non des moindres : ils font figure de bizarrerie dans le petit monde du rock français. Guitares acoustiques limées, percussions truculentes, chœurs surf-pop tantôt électrisants tantôt caressants : leur musique est un cocktail explosif aussi foutraque que jubilatoire, entre gospel rock et folk-pop. Surtout, ils possèdent ce qui fait défaut à nombre de groupes français : grain de folie et originalité. Ils osent sans retenue et avec une réussite insolente.

Convoquant Beach Boys, Beatles, Beck et Stevie Wonder pour une orgie sonore irrésistible, Everybody's God comporte tellement de tubes potentiels qu'on ne sait plus où donner du déhanché ("Let's Burn Again", "Dance On", "Back Home", "Vondelpark", "No Way", "You Really Got Style"). Comment ne pas fondre devant le charme suranné de "Jealousy" ou les splendides ballades "My Favourite Song" et "Into The Sun" ? Capable de faire pleurer dans les chaumières, Gush nous sert aussi des riffs tranchants à la Keith Richards ("No Way", "Back Home"). A l'écoute de "Killing My Mind", on ne serait pas vraiment étonné que leur chanson préférée des Beatles soit "Ob-La-Di, Ob-La-Da".

La recette Gush est simple : quatre musiciens polyvalents, quatre bons chanteurs, quatre compositeurs futés. Et une alchimie à rendre jaloux n'importe quel Strokes. McCartney peut dormir sur ses deux oreilles : on ressent un vrai amour de l'orchestration chez Gush. Pour ces quatre drôles, les harmonies vocales semblent même être une religion, une seconde nature.

Le groupe n'en finit plus de gravir les échelons, et fort est à parier que ce n'est qu'un début. Concentré de générosité, de fraîcheur et de culot, surprenant son auditeur en permanence, Everybody's God force le respect. Gush s'impose comme un chef de file dès son premier essai, et a tout pour casser la baraque en 2010. En anglais, Gush signifie "jaillissement". On n'aurait pas trouvé nom de groupe plus approprié.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Gush en concert au Festival Rock en Seine 2009 (vendredi 28 août 2009)
Gush en concert à La Cigale (samedi 12 décembre 2009)
Gush en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mardi 13)
Gush en concert à I Love My Neighbours - Puggy - Amber and the Dude - Adanowsky - Gush (13 juin 2010)
Gush en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 6 août 2010)
Gush en concert au Festival Ground Zero
L'interview de Gush (30 novembre 2009)

En savoir plus :
Le site officiel de Gush
Le Myspace de Gush
Le blog de Pierre


Pierre Baubeau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Gush (30 novembre 2009)


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=