Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Paroles et Musiques #19 (2010) - dimanche
Fantazio - Féloche - Loïc Lantoine - Yodelice - Renan Luce - Bombes 2 Bal  (Saint-Etienne)  dimanche 16 mai 2010

Les grenouilles ont bien travaillé qu’elles dansent maintenant !

Dernière journée en fanfare : une dose de valeurs sûres, quelques vieux amis, du surprenant qui gratte dans les coins et une ambiance baloche pour finir… Le festival se poursuit sur une journée dense et se referme sur une soirée danse… C’est fou quand on y pense !

Fantazio, Féloche, Loïc Lantoine, Yodelice, Renan Luce, Bombes 2 Bal

Cette dernière journée s’ouvre sur un concert de Fantazio. On nous l’avait présenté comme l’ovni musical du festival, nous n’avons pas été déçus ! Difficile de classer la musique de Fantazio, encore plus difficile d’en résumer un concert. N’essayons même pas !

Fantazio parle, chante, crie… Il joue de la contrebasse… Jusque là objectivement, on ne doit pas trop se tromper, après… Le Fantazio Gang est aujourd’hui réduit à un batteur qui accompagne l’artiste. Pour cet agitateur de l’underground, les conditions sont aujourd’hui bien particulières, imaginez : une salle, une scène, un public assis, une équipe d’ingénieur du son… De son aveu, il a cru en arrivant tomber dans un salon "Hewlett Packard" !

Fervent défenseur de la forme aléatoire pour ces représentations, Fantazio recherche l’instantanée et l’authentique, pour surprendre, pour interroger. Il se retrouve ainsi à se produire dans des squats, sur un tracteur roulant à musique, sur une machine à roulette, et parfois par hasard sur une scène.

Qu’à cela ne tienne, son univers est tenace et donnera au concert une forme improvisée et aléatoire. La notion même de morceaux y est relative, la musique est coupée, charcutée, abimée, les styles sont changeants. On pourrait croire qu’un maniaque zappe sur une radio encore et encore sans jamais trouver le repos. Un discours de De Gaulle, un jazz, une voix heavy métal, des parasites et de nouveau un jazz…

C’est chantant, puis dérangeant, puis réussi, puis agaçant… Oublions les notions d’esthétiques et les règles de la scène. Entrer dans le monde de Fantazio est une épreuve. L’accès n’est pas évident, d’autant que le groupe est réduit à son minimum et perd donc en intensité musicale. Mais pour les chanceux qui y pénètrent le tourbillon est ravageur, d’autant qu’il n’existe que peu de repère auquel s’accrocher. Ceux qui ont franchi la porte de son univers ressortent perplexes, surpris mais ravis de l’expérience, les autres ont détesté. Fantazio est un ovni qui ne laisse personne indifférent.

Dans les marécages de Louisiane, point d’ovni, mais la montée en puissance de Féloche et son groupe.

Sorti d’un bayou musical, nous l’avions découvert encore humide voilà quelques années au festival des Oreilles en pointe dans la région stéphanoise.

Sympathique, nous pouvions à l’époque lui reprocher un côté jeune chien fou qui en faisait un peu trop et qui se cherchait sur scène, une réminiscence de sa période punk ?

Aujourd’hui nous trouvons un groupe qui a avancé, sorti un premier album réussi La Vie Cajun et qui semble avoir gommé ces imperfections pour se construire des bases solides.

Le concert est intelligemment construit, la complicité entre musiciens favorise la diffusion d’une ambiance agréable sous le chapiteau.

Des textes bien ficelés, une contrebasse humide qui claque, une mandoline virtuose des marécages, quelques gris-gris électroniques, l’incantation pour le shaman peut commencer.

Les totems frétillent sous la musique. Les animaux de Louisiane se réveillent et envahissent la scène. Ça fonctionne assez bien. La musique bricolée est agréable et entrainante, les mélodies sont bien ciselées.

La sauce prend, Léa Bulle impressionne par sa présence scénique et sa capacité à changer sans cesse d’instruments, elle est le sel du groupe. Les ingrédients se mélangent, blues-rock, boucles électro, folk, un coup de rap à fromage, beaucoup de mandolines… Féloche peut être heureux, le public a goûté avec délectation à ce moment de musique cajun. La recette est bonne, bonne appétit Shaman !

Le public rassasié est prêt à recevoir Monsieur Loïc Lantoine. La cérémonie peut commencer… Mais comment ? A l’envers évidemment, il n'y peut rien c’est son coté punk ! Une tournée pour faire vivre les nouveaux titres puis l’album viendra après… Loïc est comme ça… En habitué des lieux il nous présente les nouveaux copains : Phil (ex-Tordue) et Jo et bien sûr le vieux frère à la contrebasse François Pierron.

C’est donc aujourd’hui un Lantoine nouveau qu’on découvre. Musicalité renforcée pour cette tournée : envolées jazz, riff trad et tensions rock’n roll. Mais l’essentiel reste ce pourquoi on se déplace, ce pourquoi le chapiteau est plein aujourd’hui : les mots de Lantoine, chuchotés, crachés, scandés. La voix inimitable, profonde et râpeuse fait vibrer l’air et crée une tension, une attention. Les mots percutent avec une rare puissance, mais une vraie justesse le public.

Pas un bruit dans la salle. On ne se déplace que sur la pointe des pieds et que par extrême obligation, on chuchote à peine. Un mot de Loïc et tout retombe, une main sur le pupitre et un rire général l’emporte et puis de nouveau… les mots.

La poésie de Lantoine est d’autant plus forte que la puissance de la voix n’a d’égale que la fragilité que son corps renvoie. Timidité, gène, violence et générosité font de l’interprète un humain authentique qui peut porter haut et fort ses mots.

Nous flottons dans un espace cotonneux chacun étant directement relié aux lèvres du chanteur. Expérience incroyable, expérience Lantoine. Et quand il faut en fin de concert couper le cordon, le chapiteau accouchant du public pour l’expulser au dehors, c’est encore un peu groggy que nous retrouvons la lumière.

Habitués aux grands écarts et aux cascades les plus périlleuses, nous rejoignons peu après le zénith pour la dernière soirée.

Nous y retrouvons sur scène Yodelice, personnage mystérieux et intéressant. Chapeau melon, plume et larme peinte sur la joue, il nous déroule les morceaux rock de son premier album sorti il y a tout juste un an, Tree of life.

Le concept est assez fouillé, de l’ambiance aux costumes en passant par la magnifique guitare en forme de tête macabre ! Le public réagit bien et semble apprécier le spectacle.

C’est bien. En tout c’est sûr, Yodelice a un joli chapeau.

Renan Luce aussi est un habitué du festival Paroles & Musiques, on l’a connu pour une première partie en 2006, puis au Magic Mirrors en 2007. Depuis que de chemin parcouru. Comme ce n’est pas à nous de juger de la pertinence que tel artiste explose plutôt que tel autre, contentons-nous d’affirmer que Renan Luce n’est pas moins bon qu’il y a trois ans. Ses textes restent travaillés, son timbre de voix agréable et le tout donne un résultat qui n’a pas à rougir. Une fois cela posé, précisons que le bonhomme est extrêmement sympathique et garde les deux pieds dans la musique sans se couper des petits copains. Ainsi il a passé l’après-midi au Magic Mirrors pour assister au concert de Loïc Lantoine rencontré sur le festival quelques années plus tôt, l’a invité sur la scène du Zénith pour partager une chanson improvisée et a offert ses premières minutes de spectacle à son pote Dorémus qui nous a présenté en solo un avant-gout de son prochain album.

Pour le reste, un concert de Renan Luce restera toujours plus agréable dans une ambiance intimiste de cabaret et a bien du mal à vivre dans un immense Zénith…

Les textes perdent de leur consistance et le public de sa réactivité… Mais la loi de l’offre et de la demande ne s’embarrasse pas de ces variables. Allez, la soirée reste un bon moment de distraction et Renan est vraiment un mec sympa !

Oyez, oyez, festivaliers, bénévoles, organisateurs, musiciens, chanteurs, venez vous retrouver au chaud sous le Magic Mirrors et venez danser pour clôturer ce 19ème festival au son des Bombes 2 Bal ! Ce soir c’est Bal indigène, la musique Occitane est à l’honneur et bien plus encore. Les Bombes 2 Bal ouvrent la danse, sur scène en musique et dans la salle pour initier les participants. Ça guinche pendant plus d’une heure. Tout le monde se mélange. Loïc Lantoine – encore lui – accoudé au bar se fait prendre dans la farandole et finit au chant pour une dernière danse mémorable ! Une soirée de clôture incroyable qui nous rappelle le leitmotiv des organisateurs : "un festival n’est pas qu’une succession de concerts". Ce soir illustre parfaitement cette logique. Rencontres et partage, quelques soit son statut dans ce festival, tout le monde danse, ensemble.

"Ça c’est Paroles et Musiques !" Cette édition pluvieuse était dédiée à Mano Solo. Elle a tenu toute ses promesses : des rencontres sincères, de beaux moments de musique, des mots frissonnants, un public fidèle, du militantisme pour la chanson,  des chansons pour les militants, et même la pluie et "le sens du vent pour savoir contre quoi lutter".

19 ans de festival pèsent plus lourds que quelques heures d’orage, le public ne s’y est pas trompé ! Tout est là. Tout le monde est là. Et jusqu’au bout. En cette dernière soirée, une fois n’est pas coutume,  on reconnait "les endurants aux "flaques" qu’ils ont sous leurs pieds…".

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Sweet Little Mother Fucking Show de Fantazio
La chronique de l'album Cinq Mille Ans De Danse Crue Et De Grands Pas Chassés de Fantazio
Fantazio en concert à L'Européen (15 juillet 2004)
Fantazio en concert au Thabor (11 avril 2005)
Fantazio en concert au Point Ephémère (mai 2005)
Fantazio en concert à l'Espace Jemmapes (17 mai 2006)
L'interview de Fantazio (octobre 2005)
La chronique de l'album La Vie Cajun de Féloche
La chronique de l'album Chimie vivante de Féloche
La chronique de l'album Féloche and the Mandolin' Orchestra de Féloche
Féloche en concert au Festival FNAC Indétendances 2008
Féloche en concert à La Boule Noire (mercredi 27 janvier 2010)
Féloche en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mercredi 14)
Féloche en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 23 juillet 2010)
La chronique de l'album Badaboum de Loic Lantoine
La chronique de l'album Tout est calme de Loïc Lantoine
La chronique de l'album Nous de Loïc Lantoine & the Very Big experimental Toubifri Orchestra
Loïc Lantoine en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005 (samedi)
Loïc Lantoine en concert à l'Olympia (18 septembre 2006)
Loïc Lantoine en concert au Transbordeur (vendredi 19 novembre 2010)
L'interview de Loic Lantoine et François Pierron (30 avril 2005)
La chronique de l'album Tree of life de Yodelice
Yodelice en concert au New Morning (15 octobre 2008)
Yodelice en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - dimanche
Renan Luce en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mardi)
La chronique de l'album Bal indigène de Bombes 2 Bal
Bombes 2 Bal en concert au Festival du Bout du Monde

En savoir plus :
Mercredi 12 mai : Féfé, Java, La rue Kétanou, Cantate pour un cœur bleu…
Jeudi 13 mai : Jeanne Cherhal, Diam’s, Olivia Ruiz, Carmen Maria Véga…
Vendredi 14 mai : Madjo, Hocus Pocus, DJ tagada…
Samedi 15 mai : Imbert Imbert, M, Soan ,Batlik…
Dimanche 16 mai : Fantazio, Féloche, Loïc Lantoine, Renan Luce…

Le site officiel du Festival Paroles et Musiques
Le Myspace du Festival Paroles et Musiques

Crédits photos : Eric Ségelle (Toute la série sur Taste of Indie)


Cyril Hortala         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=