Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ben l'Oncle Soul
Ben l'Oncle Soul  (Motown France / Universal)  juin 2010

Ben l’oncle soul fait le pari un peu fou de la soul à la française. Avec ce premier album éponyme, l’ambition est clairement affichée : de la soul, rien que de la soul, encore et toujours. Ambition fort louable, mais comment adapter ce style musical à la langue française (en imaginant que cela soit possible !) ? Intrigante question et courageuse réponse qu’essaie d’apporter le jeune homme avec ce disque.

Avec la volonté délibérée de sonner et sembler oldies (but goodies) (il suffit de voir le visuel adopté sur la pochette ou le site internet), Ben active la machine à remonter le temps pour nous amener cinquante ans en arrière de l’autre côté de l’atlantique.

Presque curieusement, ce revival de la soul ne nous vient pourtant pas d’Amérique mais d’Angleterre avec une certaine Amy Whinehouse comme fer de lance. Des chanteurs à la voix soul en France on en connaît mais il est rare que la musique suive avec autant de fidélité le style. Ici, c’est revendiqué et pleinement assumé. Mais cependant, se refusant à trancher catégoriquement, Ben, pour son premier album coupe la poire en deux et sur quatorze titres en assure huit en français et six en anglais dont une reprise.

Nonobstant le problème avec la soul, c’est qu’à la fin ça tourne légèrement en rond. On y trouve un peu toujours les mêmes plans, les mêmes gimmicks aux cuivres et il faut bien tout le génie des grands soulmen pour réinventer la chose à chaque titre. De plus, tellement de grands standards ont été crées pendant les années fastueuses que l’on ne peut difficilement s’empêcher de trouver dans chaque chanson actuelle des similitudes avec tel ou tel titre d’un Otis reading, Sam cook ou autres Ray Charles.

Le jeune homme, originaire de Tours, n’en est pas à son coup d’essai. Il a déjà sorti un EP de reprises, Soul Wash réarrangeant notamment Katy Perry et The White Stripes à la sauce soul. L’incontournable "Seven nation army"  qui a passé l’audition avec succès, se retrouve également sur cet album et en est d’ailleurs le premier extrait à passer sur les ondes. Ce dernier est un fort élégant cover qui s’aventure vers des contrées sixties avec craquement vinyle en prime. Joli, mais pas forcément représentatif du reste du disque.

L’album s’ouvre sur "Soulman"  où Ben fait sa déclaration de foi. Voix Soul, chœurs,  cuivres, guitare pointilleuse, tous les ingrédients sont là pour faire tout comme. On retrouve tous les plans habituels de la soul, "Lise" la ballade langoureuse au tempo lent comme un "I’ve been loving you" , "Demain j’arrête"  un peu plus swing, "Petite sœur"  basse en avant, orgue Hammond en prime, avec une accélération tendue à la "Try a little tenderness". Mais aussi "Mon amour"  à l’intro cordes  qui s’assume en tant que guimauve sucrée ou "Elle me dit"  qui s’accapare un tantinet un groove funky.

Côté anglais, on trouve une pointe de reggæ sur "I dont’ wanna waste" , "Ain’t off to the back"  s’avère plus funky et  "Lose it" bien qu’assez convenu se révèle néanmoins parfaitement entraînant. Le tout est porté par un son bien propret qu’on peu entendre sur les productions anglaises surfant sur la vague du genre et du coup, bien que très efficaces, les titres chantés en anglais manquent un peu de personnalité propre.

Alors qu’à la première écoute les titres anglais prenaient l’ascendant, la tendance se retourne peu à peu. Le résultat n’a pas à rougir de la comparaison qui pourrait être faite avec nos voisins spécialistes d’outre manche, et finalement ce sont bien les titres français qui semblent le plus originaux. Les quelques réticences de puristes dues la langue sont sans contestation balayées et on se laisse embarquer. Agréablement désuet, la motown n’est pas loin, tellement proche en fait que la signature s’est faite sur sa filiale français. La French Soul existe donc, je l’ai rencontré.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Ben l'Oncle Soul en concert au Plan (vendredi 10 décembre 2010)
Ben l'Oncle Soul en concert au Festival Les Francos Gourmandes #3 (édition 2014) - samedi 14 juin

En savoir plus :
Le site officiel de Ben l'Oncle Soul
Le Myspace de Ben l'Oncle Soul


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=