Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sophie Hunger
L'Aéronef  (Tourcoing)  1er juin 2010

La prestation de Sophie Hunger à l’Aéronef fut remarquable, tant sur le plan humain que musical. Deux heures de concert pendant lesquelles la chanteuse a présenté son troisième album, 1983 – que j’avais jugé assez faible en regard de son chef-d’œuvre Monday’s Ghost. Je ne change pas d’avis à ce propos, mais les titres de ce dernier album ont été interprétés avec une certaine intensité, se mélangeant dignement avec les anciennes chansons.

Sophie Hunger est une personne captivante, incroyablement concentrée sur scène, dont on peut deviner la qualité d’inspiration par ses silences, qu’elle n’hésite pas parfois à prolonger sans que cela ne perturbe le public : dans ses silences on arrive à percevoir sa maîtrise d’un répertoire qui a autant avoir avec le jazz et le classique qu’avec le folk.

Seule au piano ou à la guitare, ou encore accompagnée par son groupe pour des moments plus électriques, elle s’implique entièrement, ne fût-ce que par de simples inflexions de voix. Autre point fort : sa capacité à modifier la structure initiale de ses chansons, par exemple en remplaçant la mélodie de l’introduction par un ton neutre mais tout autant chargé d’émotion : les chansons n’en restent pas moins reconnaissables. Certains enchainements semblent improvisés, mais un travail rigoureux les contient entièrement.

Sa voix au timbre si particulier est plus troublante lorsque les chansons sont en allemand : assise au piano, vêtue d’une robe rouge, nous tournant le dos, cette jeune femme au tempérament fort séduit sans le vouloir.

Il faut aussi noter sa lucidité à l’endroit de l’industrie musicale, consciente qu’elle participe elle-même, instrument de spectacle, à un "show-biz" nécessaire. Pouvoir s’en moquer, et dans un même mouvement se moquer d’elle-même − dans le titre "Invisible" − est ce qui fait sa force. A vingt-sept ans Sophie Hunger connaît parfaitement les rouages du système qui lui a permis de s’affirmer ; elle joue avec sans rien compromettre de sa droiture morale.

Vers la fin du concert, au milieu d’un morceau de piano, une reprise de "Con Toda Palabra" de Lhasa nous bouleverse plus que ce que nous ne saurions dire. Nous ne remercierons jamais assez Sophie Hunger d’avoir fait cet hommage à la grande chanteuse mexicaine, dont la disparition récente continue de nous perturber.

A la sortie du concert j’ai considéré autrement l’album 1983, comme si cette soirée permettait de compléter virtuellement ce qui manque à ce disque : un souffle qui est celui de la plus grande liberté.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Monday's Ghost de Sophie Hunger
La chronique de l'album 1983 de Sophie Hunger
La chronique de l'album The Danger of Light de Sophie Hunger
Sophie Hunger en concert au Festival GéNéRiQ 2008 (6 mars 2008)
Sophie Hunger en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Sophie Hunger en concert au Grand Mix (samedi 17 otobre 2009)
Sophie Hunger en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Dimanche

En savoir plus :
Le Myspace de Sophie Hunger

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


David Falkowicz         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=